TRIBUNE LIBRE - Notre passion doit nous unir

Courses / 24.08.2018

TRIBUNE LIBRE - Notre passion doit nous unir

Par Patrick Klein, propriétaire et éleveur

« J’ai lu des avis très contradictoires sur les primes éleveurs concernant les chevaux d’âge.

Ce débat, bien que nécessaire, semble à nouveau diviser la France du galop, les partisans du rétablissement des primes étant désignés comme les mauvais élèves de la filière.

Dans ces différentes prises de position, de nombreux chiffres ont été avancés. Je souhaitais rappeler qu’une majorité de courses de Groupe, de Listed et de Classe 1 sont déficitaires pour France Galop. En cela, elles sont financées par les courses supports du Quinté et, plus généralement, par les handicaps. C’est ainsi que vivent les courses depuis des décennies. Le fait que l’amélioration de la race soit l’une des missions de France Galop justifie cette répartition des allocations et, même s’il est logique que les meilleurs chevaux bénéficient d’allocations supérieures aux chevaux de moindre valeur, la difficulté pour France Galop est de s’assurer un équilibre financier entre ces courses de sélection et celles plus rentables. Plus il y a d’enjeux sur une course, plus elle est "profitable" pour toute la filière.

L’autre mission de France Galop est de sauvegarder la filière et ses 60.000 emplois directs. En cette période difficile, la priorité me semble être de rassembler tous les acteurs, petits ou grands, et d’arrêter de diviser. La base de la pyramide, petits propriétaires et éleveurs, doit rester solide afin d’assurer de nombreux partants dans les courses "profitables", celles-ci assurant le financement de toutes les missions de France Galop.

Analysons les problèmes – sans esprit partisan – et trouvons ensemble des solutions allant uniquement dans l’intérêt général de la filière. Cessons de prendre des décisions influencées par un lobby ou un autre. Ainsi, nous pourrons pérenniser notre activité. La baisse très sévère des enjeux du Quinté, le poumon financier de la filière, va rendre urgente l’union de tous vers un cercle vertueux : réduire drastiquement les frais non productifs et investir pour une relance des enjeux, moteur de la filière.

Nous partageons tous la même passion, les courses et les chevaux, cette passion doit nous unir. »