Ces chiffres (cachés) qui redonnent de l’espoir au marché français

Institution / Ventes / 23.08.2018

Ces chiffres (cachés) qui redonnent de l’espoir au marché français

Les chiffres sont comme les chevaux. Il faut leur donner du temps. Et il faut se donner du temps pour les analyser. Les quatre journées que nous avons vécues autour du ring d’Arqana nous avaient laissé une impression très contrastée. Et la lecture des statistiques, le soir venu, confirmait ce sentiment teinté d’amertume. Mais douze heures après la fin de cette vacation cruciale pour l’économie des courses françaises, les chiffres nous redonnent un peu de souffle. En effet, les amiables sont désormais connues, faisant progresser le chiffre d’affaires à 38,12 millions d’euros. Nous avons donc assisté à un recul de 0,99 % par rapport 2017. Les données qui sont tombées dans les minutes après le dernier coup de marteau étaient bien plus difficiles pour le marché français. Pourtant, cette amélioration des indicateurs n’est pas un tour de passe-passe. À 11 heures ce mercredi, on dénombrait 246 ventes, amiables incluses. Soit 11 de plus qu’en 2017. Le prix moyen mis au jour après les amiables est de 154.980 €. Le médian atteint les 100.000 €

Par Franco Raimondi

Vingt-huit amiables. Le volume des amiables s’élève cette année à 2,351 millions d’euros, pour 28 sujets. Par rapport à 2017, quatre yearlings supplémentaires ont trouvé preneurs après le passage sur le ring. L’année dernière, 24 poulains avaient été vendus pour 2,24 millions. Il est très instructif de regarder en détail les amiables. Presque tous ont été finalement acquis à un prix moins élevé que celui de leur rachat. La plupart du temps, la "remise" est de l’ordre de 20 %. Le top price des amiables revient à une femelle par Galileo (Sadler’s Wells) et Cassydora (Darshaan), achetée par Sun Bloodstock pour 300.000 €. Elle n’avait pas atteint son prix de réserve à 380.000 €. La deuxième amiable le plus élevé a été réalisé par Freddy Head. Pour 200.000 €, il a acquis un magnifique Dark Angel (Acclamation), dont la mère est Tribune Libre (Nayef). Ce poulain a été racheté 180.000 € sur le ring. 

Presque sept millions de rachats. Il est aussi très intéressant de passer au crible les rachats. L’année dernière, 69 yearlings ont été rachetés pour un total de 7,095 millions d’euros. Lors des trois jours de vente 2018, 70 rachats ont été enregistrés pour 6,98 millions d’euros. Le top des rachats en 2018 revient à une pouliche par Galileo et Margot Did (Exceed and Excel). Elle a été retirée à 850.000 €. En 2017, une fille d’Invincible Spirit (Green Desert) avait été rachetée pour 550.000 €. La donnée la plus intéressante provient de la différence entre le total des rachats et celui des prix des saillies auxquels ils ont été conçus. Nous avons enlevé dans cette liste de 70 sujets la production de Galileo, car son prix n’est pas officiel. Au total, les rachats s’élèvent à 6,13 millions d’euros. Or 2,41 millions ont été investis dans les saillies pour les produire. Le rapport est de 2,53. C’est à peine un peu moins que le coefficient trois, entre le prix de vente et celui de saillie, qu’un vieux courtier m’avait enseigné comme le signe d’une vente correcte.

Un rapport saillie/chiffre d’affaires de 3,59. L’avant-dernière enchère était-elle vraiment trop basse ? La question se pose toujours car fixer le prix d’un cheval est un art à part entière. Et chacun a son idée sur la question. Cinq produits de Galileo ont été vendus pour 2,21 millions d’euros. Nous les avons donc retirés de la liste pour nous concentrer sur les 241 yearlings issus d’étalons dont le tarif était officiel en 2016. Ils ont généré un chiffre d’affaires de 35,91 millions d’euros. Or ils ont mobilisés 10 millions d’euros pour payer leurs saillies. Nous arrivons donc, pour les amiables, à un rapport prix de vente/prix de saillie de 3,59. C’est au-dessus de la barre fixée par mon vieil ami courtier. 

Dix-huit ventes à grande perte. Au final, 94 yearlings se sont vendus pour un montant qui n’était pas trois fois supérieur à celui de leur prix de saillie. Mais la plupart du temps, on n’est qu’à quelques milliers d’euros de ce coefficient. Au final, 18 sujets ont été vendus pour un montant moins élevé que celui du prix de saillie. Et parmi ces derniers, un nombre non négligeable était issu de foals sharing… L’éleveur est revenu chez lui avec un yearling qui est issu d’un étalon de valeur mais dont il n’a pas payé la saillie au prix réel.

Wootton Bassett fois 13,8. Dans le tableau ci-dessous, nous proposons la liste des étalons qui étaient représentés par trois produits ou plus. En passant ces chiffres à la loupe, plusieurs éléments sautent aux yeux. Fort logiquement, les étalons qui affichaient un tarif plus modéré en 2016 sont ceux qui permettent de réaliser les retours sur investissements les plus impressionnants. Les 15 yearlings par Wootton Bassett (Iffraaj) ont coûté 90.000 € en termes de saillies et les 12 vendus ont généré un chiffre d’affaires de 999.000 €. C’est 13,8 fois le tarif de 2016. No Nay Never (Scat Daddy) a eu 4 vendus pour un total de 560.000 €. Leurs saillies n’avaient coûté que 70.000 €. Les six Muhaarar (Oasis Dream) ont multiplié par sept les 201.432 € d’investissements en saillies. Lope de Vega (Shamardal) a également obtenu un excellent résultat avec 2,70 millions pour 12 vendus sur 15 présentés et conçus, pour 540.000 € de saillies. Parmi les jeunes, Camelot (Montjeu) a reçu un excellent accueil, tout comme Charm Spirit (Invincible Spirit).

Tout le monde aime Siyouni. L’étalon de la vente a sans aucun doute été Siyouni (Pivotal). Il était représenté par 23 sujets, pour lesquels les éleveurs ont virtuellement investi 690.000 € en saillies. Les 19 yearlings vendus ont généré un chiffre d’affaires de 3,41 millions. Les quatre rachetés correspondent à un volume de 455.000 €. Le rapport brut saillies/chiffre d’affaires est de 4,94. Mais si on ne tient compte que des vendus, on arrive à presque six fois le prix de saillie. Dabirsim (Hat Trick) était représenté par 15 sujets issus de sa dernière saison à 9.000 €. Il affiche un rapport brut de 7,29 et un rapport net de 8,41 pour les 13 vendus.

Avec Shadwell et Hongkong, on aurait presque atteint un record. Presque tous les étalons haut de gamme ont permis de réaliser des profits. La vente reflète donc la bonne santé d’un élevage haut de gamme, même si les indicateurs sont en très légère baisse. Je vous propose pour terminer un petit jeu. Il faut ajouter au chiffre d’affaires les 2,4 millions investis en 2017 pour 9 yearlings par Shadwell, une entité qui n’a pas acheté cette année. Il faut également rajouter le 1,45 million consenti pour 7 sujets par le Hong Kong Jockey Club, cet acheteur n’ayant acquis qu’un seul sujet cette année (150.000 €). Cela représente au total un apport de 3,7 millions d’euros. Son apport aurait fait progresser le chiffre d’affaires à 41,826 millions d’euros. C’est très proche du record de 2015 (42, 88 millions)…

LES ÉTALONS DE LA VENTE DE YEARLINGS ARQANA D'AOÛT 2018

Étalon Yearlings présentés Yearlings vendus Chiffre d’affaires saillies (€) Chiffre d'affaire yearlings (€) Rachats (€)
Acclamation 4 3 120.000 282.000 260.000
Australia 6 5 300.000 950.000 48.000
Camelot 11 10 275.000 1.825.000 70.000
Charm Spirit 5 5 137.500 630.000
Dabirsim 15 13 135.000 985.000 40.000
Dark Angel 12 10 720.000 1.720.000 280.000
Dawn Approach 3 1 105.000 60.000 135.000
Declaration of War 4 4 141.800 310.000
Frankel 3 2 433.794 1.080.000 240.000
Gleneagles 8 7 480.000 1.145.000 120.000
Golden Horn 8 5 537.180 802.000 760.000
Intello 13 7 325.000 827.000 577.000
Invincible Spirit 9 7 1.080.000 1.895.000 380.000
Kendargent 6 4 108.000 197.000 150.000
Kingman 3 3 184.647 660.000
Kodiac 6 5 270.000 818.000 160.000
Le Havre 19 14 665.000 1.198.000 180.000
Lope de Vega 12 3 540.000 2.705.000 252.000
Makfi 3 3 60.000 117.000
Mastercraftsman 5 3 175.000 330.000 335.000
Muhaaarar 6 6 201.432 1.540.000
New Approach 3 2 208.218 122.000 70.000
No Nay Never 4 4 70.000 560.000
Oasis Dream 3 1 260.304 230.000 300.000
Olympic Glory 10 8 150.000 412.000 79.000
Rock of Gibraltar 3 3 30.000 160.000
Sea the Stars 8 8 1.000.000 1.000.000
Showcasing 4 3 115.676 250.000 40.000
Siyouni 23 19 690.000 3.410.000 455.000
Teofilo 3 2 150.000 365.000 110.000
Toronado 7 7 121.457 355.000
Wootton Bassett 15 12 90.000 999.000 165.000
Zoffany 8 7 360.000 642.000 48.000