À dans deux semaines…

Courses / 22.09.2018

À dans deux semaines…

À dans deux semaines…

Ce samedi, c’était la dernière réunion de ParisLongchamp avant le week-end du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1). L’Arc, de retour à la maison, au sein d’une polémique : celle concernant sa piste. Il y a eu beaucoup de débats autour de l’état de la piste lors du dimanche des Qatar Arc Trials, le 16 septembre dernier. Ce samedi, le contexte était différent : terrain jugé à 3,3 (bon souple) et lice à 27m, sans open stretch. Pas de quoi tirer des enseignements…

Pas d’open stretch pour l’Arc, c’est possible… Quel sera l’état du terrain et comment sera la piste pour l’Arc ? À quinze jours, ce n’est pas facile de répondre. La plupart des prévisions météorologiques indiquent un temps clément, avec peu de pluie. Évidemment, tout peut vite évoluer. Rien n’est encore décidé du côté de France Galop concernant la journée du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe, et notamment de l’utilisation ou non de l’open stretch. France Galop avait expliqué, avant la réouverture automnale de ParisLongchamp, que l’open stretch « a cependant un effet collatéral qu’il est nécessaire de contrôler pour mieux préserver les terrains sur l’ensemble de la saison. Le décalage de six mètres à l’extérieur de la corde dans la fausse ligne droite et à la sortie du tournant de la moyenne piste réduit d’autant la largeur utilisable de la piste à ces endroits du parcours. Cela entraîne par conséquent plus de chevauchements des passages. » Plus de chevauchements des passages, donc un terrain qui souffre et, à l’intérieur de l’open stretch, un terrain neuf.

Une nouveauté et ses premiers enseignements. Pour le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe, il faut proposer la meilleure piste possible : pour ce faire, l’open stretch pourrait ne pas être utilisé le jour du Gr1. Cela permettrait d’avoir une bande la plus régulière possible sur l’ensemble de la ligne droite. Et peut-être le fameux "tapis roulant" de la corde qui, open stretch ou non, a toujours été présent… Ce n’est pas un aveu d’échec de la mise en place de cette voie de dégagement : cet outil a été installé cette année et France Galop tire les enseignements de cette expérience et de ses conséquences. En 2018, l’open stretch devrait être bien présent, mais peut-être comme il l’a été durant cet automne : à la carte.