À LA DECOUVERTE DES REPRÉSENTANTS DE LA FEGENTRI - Trois questions à la Belge Alice Bertiaux

Courses / 27.09.2018

À LA DECOUVERTE DES REPRÉSENTANTS DE LA FEGENTRI - Trois questions à la Belge Alice Bertiaux

Alice Bertiaux, âgée de 36 ans, est originaire de Belgique. Cette professeure d’éducation physique représente son pays dans le championnat du monde de la Fegentri 2018. Sa meilleure performance en date est sa victoire dans le Sheika Fatima Bint Mubarak Ladies World Championship en 2017, à Abu Dhabi. Elle s’est aussi imposée le jour du Prix de Diane Longines 2018, à Chantilly, dans le championnat du monde Longines Fegentri - Prix de la Reine Marie-Amélie.

Jour de Galop. – Quel est votre parcours ?

Alice Bertiaux. – J’enseigne l’éducation physique dans une école secondaire depuis 2004. 

Depuis toute petite, je participe à des compétitions équestres et je monte en course depuis 2011. J’ai toujours monté mes propres chevaux car avec mon travail et ma vie de famille, il m’était difficile de libérer des matinées pour monter chez des entraîneurs. C’est avec l’aide de mon père que nous avons acheté un cheval sans grande prétention, pour le plaisir de l’entraîner et de le monter en course. Puis un deuxième et finalement un troisième. Mon père s’occupait des chevaux et moi je les montais pendant ma pause déjeuner, ou après le travail. C’est avec nos propres chevaux que j’ai réussi à obtenir les cinq victoires nécessaires pour monter avec les jockeys, et surtout participer à la Fegentri en 2015. J’avais donc vingt-cinq courses au compteur en m’inscrivant à la Fegentri, mais ce nombre a explosé en quelques mois, car en ayant la possibilité de monter avec les professionnels, je montais régulièrement quatre à cinq courses par réunion.

Que représente pour vous  la Fegentri ?

Pour moi la Fegentri représente la consécration, l’aboutissement d’une carrière d’amateur. Pendant une année, nous avons la chance de représenter notre pays dans les hippodromes les plus prestigieux du monde entier, de rencontrer des professionnels et des pointures du milieu des courses. C’est un honneur d’avoir été choisie par mon club, soutenue par les membres et les sponsors, sans lesquels cette belle aventure ne serait pas possible. Je suis maman et chaque long voyage est un sacrifice familial. Je suis aussi enseignante et chaque jour non travaillé est donc non rémunéré. Participer aux manifestations de la Fegentri demande beaucoup d’investissement, d’organisation, et j’ai la chance de pouvoir compter sur ma famille, mes parents, pour me soutenir et m’aider dans ma vie de famille. Mes parents sont mes plus fervents supporters, mais mon plus grand fan reste mon fils, Ethan, et j’en suis très fière. Une fois, il m’a dit "maman t’es une star", j’en étais même gênée. C’est formidable je trouve, qu’il pense cela de moi, et c’est en partie grâce à la Fegentri.

Quel est votre meilleur souvenir ?

Mon plus beau souvenir Fegentri est celui d’Ostende, quand j’ai remporté la manche belge avec mon cheval, sous mes couleurs et le jour de l’anniversaire de mon père. C’était le Longines World Fegentri Championship for Lady Riders, le 31 août 2015. J’ai eu aussi la chance dans mon parcours de remporter le Sheika Fatima Bint Mubarak Ladies World Championship en 2017, à Abu Dhabi.