Born to Sea, le frère de Sea the Stars et Galileo au haras des Faunes

Élevage / 27.09.2018

Born to Sea, le frère de Sea the Stars et Galileo au haras des Faunes

Déjà père de dix black types, dont une placée classique, Born to Sea arrive en France pour la saison de monte 2019. Exceptionnellement bien né, il va officier au haras des Faunes, où il sera soutenu par la famille Tsui.

Entré au haras en 2013, Born to Sea (Invincible Spirit) fut le deuxième meilleur étalon européen de première génération en 2016 (selon le nombre de produits dépassant un Racing Post rating de 100). Son fer de lance, Sea of Grace, lauréate des Flame of Tara EBF Stakes (Gr3), s’est classée deuxième de l’édition 2017 de l’Abu Dhabi Poule d'Essai des Pouliches (Gr1). Sa production continue de s’illustrer en 2018, avec notamment Born to Be Alive (deuxième des Doncaster Mile Stakes, L), Alberone (troisième du Boutique Bolou Scandinavian Open Championship, Gr3), Endspiel (deuxième du Criterium Varesino Mem Virginio Curti, L)… Ils prennent ainsi la suite de Born to Play (deuxième des Airlie Stud Gallinule Stakes, Gr3), Born to Be (deuxième des Blenheim Stakes, L), Star of Rory (deuxième des 32Red Casino Ascendant Stakes, L), et Aurora Butterfly (troisième des ebfstallions.com Eternal Stakes, L).

Black type à 2ans et placé classique. De bonne taille (1,65m), Born to Sea signe sa production. Il fut lui-même un bon cheval de course. À 2ans, il a débuté directement au niveau black type en s’imposant dans un bon style à l’occasion des Blenheim Stakes (L, 1.200m) face à des chevaux expérimentés et pour certains déjà black types. Ce jour-là, son entraîneur, John Oxx, avait déclaré au Racing Post : « Il est beaucoup plus précoce que son demi-frère [Sea the Stars, ndlr]. Nous aurions pu le courir en avril. Nous avions envisagé de le débuter en juillet mais il a eu un sore shin. Born to Sea gagne très bien : il n’est jamais facile de revenir de cette manière sur les animateurs en étant aussi peu expérimenté. » Born to Sea a confirmé quelques semaines plus tard en se classant deuxième des JRA Killavullan Stakes (Gr3, 1.400m). L’année suivante, il s’est classé deuxième du Derby d’Irlande (Gr1, 2.400m) du champion Camelot (Montjeu), puis également deuxième des Royal Whip Stakes (Gr2, 2.000m).

Galileo toujours au top. Lauréate du Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1), Urban Sea (Miswaki), la mère de Born to Sea, est entrée dans l’histoire en produisant non seulement des champions mais aussi des étalons de premier plan. On a tout dit, tout lu et tout écrit sur Galileo (Sadler’s Wells). Les chiffres parlent par eux-mêmes : 455 black types, plus de 60 fils au haras, 14,44 % de gagnants de Groupe par partants en 2018 (le meilleur étalon européen selon ce critère)… Le chef de race de Coolmore a produit des champions à 2ans comme de grands chevaux de tenue. Ses produits vont dans tous les terrains et durent. Le 16 septembre, il a égalé son père, Sadler’s Wells (Northern Dancer), selon le nombre de gagnants de Gr1 (73 à ce jour). Il ne va donc pas tarder à le dépasser.

La grande année de Sea the Stars. Lui aussi lauréat de l’Arc, Sea the Stars (Cape Cross), l’autre frère de Born to Sea, a largement prouvé qu’il était un étalon de premier plan. Déjà à l’origine de près de 80 black types, le champion de la famille Tsui réalise une superbe saison 2018, avec pas moins de six chevaux de Gr1 (le troisième meilleur européen selon ce critère) : l’étoile Sea of Class (Darley Irish Oaks & Darley Yorkshire Oaks, Grs1), une des favorites de l’Arc 2018, Cloth of Stars (troisième du Ganay, Gr1), Mekhtaal (deuxième des Northern Dancer Turf Stakes, Gr1), Stradivarius (Ascot Gold Cup & Qatar Goodwood Cup Stakes, Grs1), qui vient de remporter le million de livres promis au lauréat du challenge de Weatherbys Hamilton, Crystal Ocean (deuxième des King George VI and Queen Elizabeth Stakes, Gr1) et Almodovar (deuxième du Churchill Coolmore Prix d'Ispahan, Gr1). À ce jour, Sea the Stars a donné neuf gagnants de Gr1, dont quatre lauréats classiques.

Une lignée mâle très solide. Les étalons stationnés au haras des Faunes ont connu une belle réussite ces dernières années. Le meilleur exemple étant Panis (Miswaki), qui a sorti quatre chevaux de Groupe cette année (Sands of Mali, Princesschope, Magic Bibou et Alistair). Alain Chopard, l’homme du haras des Faunes, nous a expliqué : « Nous sommes très heureux d’accueillir un tel cheval. Son papier est exceptionnel. On ne présente plus sa mère et ses frères. Le fait que Born to Sea soit un petit-fils de Green Desert (Danzig) est extrêmement important à mes yeux. C’est un courant de sang précieux. Regardez dans l’édition 2018 du Darley Prix Morny : quatre des six premiers sont des descendants de Green Desert. Born to Sea avait lui-même gagné en débutant, à 2ans, une Listed sur 1.200m, avant de terminer deuxième d’un Gr3 sur 1.400m lors de sa sortie suivante. C’est vraiment un très beau cheval, sans un poil de blanc. Il n’est jamais facile de faire la monte dans le même haras que son frère, surtout quand ce dernier n’est autre que l’illustre Sea the Stars. Born to Sea a déjà sorti dix black types et une placée classique. À 4.000 € (P.V.) il devrait attirer une jumenterie qui va bien au-delà du Sud-Ouest. » Déjà installé parmi les meilleurs sires européens, Invincible Spirit (Green Desert), le père de Born to Sea, est à présent à l’origine de plusieurs étalons très en vue. C’est le cas de Lawman (54 black types, cinq gagnants de Gr1), en Europe, I Am Invincible (32 black types, dont quatre de Gr1), en Australie, et de deux des jeunes étalons de première génération les plus en vues, Kingman et Charm Spirit.