Ces étrangers qui font la France des courses

Courses / 09.09.2018

Ces étrangers qui font la France des courses

Au XIe siècle, la commune de Milan jouissait d’une grande liberté et la loi locale annoncait d’ailleurs : « Qui vient à Milan et connaît un travail est un homme libre. » Le Moyen Âge est désormais loin de nous. Mais celui qui vient en France et décide d’investir son argent, son savoir-faire et sa passion dans l’élevage et les courses… devient français sur le plan hippique. La réunion du Prix du Moulin de Longchamp nous l’a encore une fois démontré. Ce Gr1 a permis à Recoletos (Whipper) de réussir le rare doublé Ispahan & Moulin. Il met en lumière deux Espagnols, son éleveur et propriétaire, Dario Hinojosa, et son entraîneur, Carlos Laffon-Parias. Dans le Prix d’Aumale (Gr3), Rocques (Lawman) s’est payé le luxe de devenir la première française née en 2016 à gagner un Groupe face aux anglaises. Elle a été élevée en France par San Paolo Agri Stud. Le haras de la famille Di Paolo, qui a ses racines près de Rome, compte aussi désormais sur une antenne française. Called to the Bar (Henrythenavigator) est un français aux racines scandinaves, celles de Fair Salinia et de Pia Brandt. Et Anodor (Anodin) ? Il a grandi au Quesnay. Là même où son père (Anodin) et ses deux grands-pères (Anabaa et Kentucky Dynamite) officiaient. Son histoire, tant du côté maternel que paternel, est très liée à la famille Head. Ces derniers, d’ascendance anglaise, ayant débarqué dans l’Hexagone il y a fort longtemps !

La France est depuis longtemps la terre promise pour les professionnels qui ont dû quitter leur pays. Elle l’est aussi pour les propriétaires et les éleveurs qui ont fait le choix de s’installer dans un pays avec un système solide. Riccardo Di Paolo, qui s’occupe de San Paolo Agri Stud, l’éleveur de Rocques, avait effectué un stage chez Alain de Royer Dupré par le passé. Il nous a confié ce dimanche : « Nous avons gardé quelques poulinières en Italie, où j’entraîne les chevaux moi-même par passion. Mais l’installation en France est logique si l’on veut produire pour le haut niveau… ». Notre pays est toujours le centre de l’Europe. Et sa version hippique est l’un des meilleurs exemples de ce que les étrangers peuvent apporter à un pays !