Emmanuel Viaud : « En piste, 2018 est une année faste pour Osarus »

Institution / Ventes / 03.09.2018

Emmanuel Viaud : « En piste, 2018 est une année faste pour Osarus »

Événement majeur pour Osarus, la vente de yearlings de La Teste-de-Buch a lieu ce mardi (à partir de 13 h) et mercredi (à partir de 12 h). Emmanuel Viaud, directeur de l’agence, a décrypté la onzième édition de cette vacation désormais bien ancrée dans le calendrier hippique européen.

Jour de Galop. – Quelles sont les principales évolutions par rapport à l’année dernière ?

Emmanuel Viaud. – Le nombre de chevaux inscrits au catalogue n’a pas évolué. En 2018, 280 yearlings sont en lice et, au final, entre 265 et 270 poulains vont passer sur le ring. La vente est solide du point de vue des pedigrees, si l’on prend pour référence les éditions précédentes. L’équipe a vu beaucoup de poulains ce printemps, pour finalement n’en garder que 280, malgré un nombre de sollicitations plus important que précédemment. Nous avons plusieurs signes positifs en vue de cette vacation, notamment le nombre de réservations d’hôtel, à destination de clients étrangers par exemple. Peter et Ross Doyle, mais aussi Mark Johnston, vont découvrir le Sud-Ouest de la France. Nous avons pu prospecter un peu partout en Europe, avec l’aide du F.R.B.C. et des équipes de Tattersalls, de l’Espagne à la République Tchèque. Les résultats de Sands of Mali (Panis), deuxième de la Commonwealth Cup (Gr1) 2018 cette année, et du très prometteur Boitron (Le Havre), qui va s’attaquer à ce niveau, constituent notre meilleure publicité outre-Manche. La notoriété de la vente est aussi alimentée par le fait que nous en sommes presque à 35 gagnants individuels issus de la vacation 2017. Si l’on fait le rapport des gagnants à 2ans divisé par le nombre de lots au catalogue, la vente de La Teste est certainement la vacation française avec le meilleur taux de réussite à cette date. C’est vraiment un très bon ratio. Enfin, depuis l’impression du catalogue, plusieurs lots ont bénéficié d’updates de taille.

On retrouve d’ailleurs cette année un certain nombre de frères et sœurs de black types vendus lors des précédentes éditions…

Le lot 275, un mâle de Pedro the Great (Henrythenavigator) présenté par le haras de la Haie Neuve, n’est autre que le propre frère de Fatale Béré (Pedro the Great), laquelle vient de s’imposer très récemment dans les Del Mar Oaks (Gr1). Elle-même avait été acquise 14.000 € lors de notre vacation 2016 à La Teste. Par le même étalon, le haras de la Haie Neuve présente le lot 33, une sœur de Flamboyant (Peer Gynt), triple lauréat de Groupe outre-Atlantique. La production de Pedro the Great réussit bien à notre vente. Lagrandecatherine (Pedro the Great) a été dénichée par Laurent Benoit (Broadhurst Agency) lors de l’édition 2017. Deuxième du Shadwell Prix du Calvados (Gr2), elle se dirige vers le Qatar Prix Marcel Boussac (Gr1). Nous avons la chance d’avoir au catalogue sa sœur par Red Dubawi (Dubawi). Il s’agit du lot 60 et elle est présentée par Normandie Breeding, la structure récemment lancée par Guillaume et Camille Vitse. Con Marnane est un fidèle des ventes Osarus, et en septembre 2017, il avait notamment trouvé Show Must Go On (Reply), lequel s’est classé deuxième du Prix la Flèche (L) depuis. Son frère par Kheleyf (Green Desert), lui aussi présenté par le haras de Galouin, portera le numéro 253.

Martial Delaplace, qui est installé à La Teste-de-Buch, a acheté Joe Français (George Vancouver) par l’intermédiaire de Nicolas de Watrigant, lors de notre vente 2017. Le poulain a depuis gagné son maiden de cinq longueurs. Le haras de Montaigu présente sa propre sœur, le lot 197. Lors de la même vente, Marc-Antoine Berghgracht avait acheté Simply Striking (Kheleyf). La sœur de ce gagnant du Prix Pharamond (Classe 1), par Vale of York (Invincible Spirit), portera le numéro 32. Elle est présentée par Yann Creff. Tout le monde se souvient de l’histoire de Cavale Dorée (Sunday Break). Acquise par Christophe Ferland lors de notre vacation 2015, elle avait ensuite remporté le Prix du Calvados (Gr3) avant de se classer troisième du Breeders' Cup Juvenile Fillies Turf (Gr1). Fairway Consignment présente son frère par Rajsaman (Linamix), le lot 72.

Certains des étalons les plus en vue depuis le début de l’année sur les rings en Europe seront représentés.

Il est difficile d’être exhaustif sur ce point. Mais on peut noter le fait que le haras d’Haspel présente un beau mâle par Siyouni (Pivotal), avec une mère par Green Desert (Danzig), sur une famille solide. Le haras de Grandcamp est venu avec une fille de Camelot (Montjeu), dont la mère a déjà produit au niveau black type. No Nay Never (Scat Daddy) est actuellement le meilleur étalon de première production en Europe, avec pas moins de sept black types et dix-neuf gagnants. Le haras de Grandcamp présente une de ses filles, dont la mère et le frère ont du caractère gras. Une des belles histoires de la vente de La Teste, c’est Cœur de Beauté (Dabirsim), présentée par Éric Lhermite en 2016 et qui, depuis, a remporté le Prix Imprudence (Gr3), avant de se classer deuxième de l’Emirates Poule d'Essai des Pouliches (Gr1). Son père, Dabirsim (Hat Trick), est représenté par sept produits dans le catalogue. Dimanche, The Black Album (Wootton Bassett) a gagné le Prix La Rochette (Gr3). Son père, Wootton Bassett (Iffraaj), a six yearlings dans notre liste 2018. Nous aurons les premiers produits français de Kheleyf et de Lucayan (Turtle Bowl). Samedi, nous avons été ravis de voir que French Pegasus (French Fifteen) s’imposait à Chantilly sur 1.200m. Placée de Groupe à 2ans, il a été acheté à La Teste par Hervé Bunel. C’est aussi ici que Simone Brogi a trouvé Pacifica (Red Jazz), qui reste sur une victoire dans une Classe 1 à Deauville, et que Christophe Escuder a découvert Sens du Rythme (Pedro the Great), déjà deux fois sur le podium au niveau black type, cette année à 2ans.

Avez-vous de nouveaux vendeurs cette année ?

Absolument, c’est le cas de Normandie Breeding, du haras d’Annebault, la nouvelle de structure de Vita et Niccolo Riva, du haras du Grand Lys… Le haras de Colleville présente pour la première fois en nom propre, avec des produits de Galiway (Galileo) et de Kendargent (Kendor). Mais il ne faut pas oublier tous ceux qui nous font confiance depuis des années et qui sont encore une fois avec nous en 2018.

Le rapport qualité/prix fait-il partie de l’ADN de cette vacation ?

Tout à fait et lundi soir, au moment du cocktail, nous allons d’ailleurs récompenser les entourages de Fatale Béré et Master Dino (Doctor Dino), lauréat de trois Groupes à Auteuil et qui a accumulé pas moins de 495.230 € de gains. La pouliche a été payée 14.000 €. Le gagnant du Prix Cambacérès (Gr1) a été acquis 11.000 €. Les Anglais disent "finding value" et c’est une caractéristique d’Osarus, même si le prix moyen ne cesse de progresser. Les pinhookers savent qu’ils peuvent trouver des profils intéressants. Par exemple, Federico Barberini, un fidèle de nos ventes, a acheté Faviva (Wootton Bassett) pour 60.000 € à La Teste l’an dernier. Elle a été revendue aux breeze up pour 250.000 €. Cette vacation, c’est aussi un lieu de rencontre de toutes les régions françaises, avec le Sud-Est et l’Ouest qui convergent le temps de quelques jours dans le Sud-Ouest. Jean-Marie Plassan, qui préside la Société des courses de La Teste, et toute son équipe, font tout pour nous aider à réussir ces ventes. Notre filière est actuellement dans un climat un peu incertain, mais 2018 est une année faste pour Osarus en piste, avec beaucoup de gagnants, à tous les niveaux. Outre les chevaux précités, il faut noter la grande régularité d’Itsinthepost (American Post), lauréat de sept Grs2 et 1,2 million de dollars de gains aux États-Unis.