LE MAGAZINE - Ratings et betting : le jeu de l’Arc

Courses / 23.09.2018

LE MAGAZINE - Ratings et betting : le jeu de l’Arc

Le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1) approche à grands pas. Cette édition 2018 n’est pas simple à cerner. Nous avons donc voulu nous baser sur des données chiffrées afin de dégager une tendance. Des données réfléchies, objectives au maximum, sans l’être à 100 % : les ratings, élaborés par les handicapeurs internationaux, et les cotes des bookmakers, qui n’ont pas intérêt à trop se tromper. Alors, qui va gagner l’Arc 2018 ?

Par Anne-Louise Échevin

Le but du jeu. En confrontant les ratings des chevaux et les cotes des bookmakers, pouvons-nous dégager un chaud favori pour le prochain Qatar Prix de l’Arc de Triomphe ? Parmi les chevaux listés, certains ont des chances de ne pas être au départ de l’Arc et d’autres pourraient pointer le bout de leur nez. Nous avons fait le choix de nous concentrer sur les quatre favoris des bookmakers.

Le betting des bookmakers

Cheval Antepost Arc
1 Enable Evens à 6/5
2 Sea of Class * 4/1 à 6/1
3 Cracksman 6/1 à 7/1
4 Waldgeist 7/1 à 9/1
5 Crystal Ocean * 10/1 à 20/1
6 Study of Man 12/1 à 25/1
7 Kitesurf 10/1 à 25/1
8 Forever Together 16/1 à 25/1
9 Talismanic 20/1 à 33/1
10 Capri 14/1 à 40/1
Neufbosc 33/1 à 40/1
Defoe 25/1 à 40/1
Bateel 25/1 à 40/1
Hunting Horn 40/1
Cloth of Stars 33/1 à 50/1
Magic Wand 33/1 à 50/1
Clincher 33/1 à 66/1

* Doivent être supplémentés

Les ratings

Cheval Rating avant Arc Rating dernière course Dernière course
1 Enable  128 125 (P.S.F.) 1re September Stakes
2 Crystal Ocean * 128 128 2e September Stakes
3 Cracksman 125 125 2e Prince of Wales’s Stakes
4 Waldgeist 122 122 1er Prix Foy
5 Kew Gardens 121 121 1er St Leger
6 Talismanic 119 117 2e Prix Foy
7 Capri 118 - 5e Prix Foy
Sea of Class * 118 118 1re Yorkshire Oaks
9 Cloth of Stars 117 117 3e Prix Foy
Defoe 117 117 2e Grosser Preis von Baden
Forever Together 117 116 2e Yorkshire Oaks
12 Clincher 116 115 6e Prix Foy
Bateel 116 116 6e Prix Jean Romanet
14 Study of Man 115 115 5e Irish Champion Stakes
Hunting Horn 115 115 2e Prix Niel
Kitesurf 115 115 1re Prix Vermeille
17 Magic Wand 114 114 2e Prix Vermeille
Pastascoy 114 144 2e Prix Guillaume d’Ornano
19 Neufbosc 113 113 3e Prix Niel

* Doivent être supplémentés

La méthode

Les différents ratings auxquels s’élanceront les chevaux sont ceux dévoilés sur le blog des handicapeurs de France Galop. Les ratings restants – notamment ceux des dernières courses – ont été collectés via le site de France Galop (conversion valeur en rating), sur le site de la B.H.A., ou sur le site d’Horse Racing Ireland.

Concernant les cotes disponibles, nous avons aussi fait un écrémage. Nous sommes par exemple certains que Poet’s Word (Poet’s Voicie) ne sera pas au départ de l’Arc, étant sur la touche. Nous avons fait le choix d’écarter des éléments apparaissant parmi les favoris comme Lah Ti Dar (Dubawi), annoncée pour Ascot, ou Roaring Lion (Kitten’s Joy), dont l’entourage n’a pas évoqué l’Arc après son succès à Leopardstown. Rien n’empêche évidemment un revirement de situation, mais c’est a priori peu probable.

Enable, la favorite indiscutable… ou presque

En confrontant ratings et cotes, le lauréat en puissance du prochain Qatar Prix de l’Arc de Triomphe n’est autre que la tenante du titre : Enable (Nathaniel). Des partants potentiels listés, elle est la grande favorite des bookmakers et possède le meilleur rating, à 128, avec Crystal Ocean (Sea the Stars). Elle vient de le déposer dans les September Stakes (Gr3), pour sa grande rentrée. Lors du calcul du rating d’une course, il faut rajouter + 3 à Enable car c’est une femelle : le rating ne prend pas en compte le poids pour sexe.

Ce serait malgré tout un exploit. Si vous regardez les derniers ratings officiels Longines, vous constaterez cependant qu’Enable a un rating de 125 : c’est pour sa performance sur sa rentrée à Kempton, et donc un rating attribué sur la piste en sable fibrée. Le rating de 128 d’Enable donné plus haut est son rating sur gazon… donc celui de l’Arc 2017 !

Enable a donc effectué une rentrée estimée à 125, mais le rating est scabreux. Elle n’avait pas couru depuis près d’un an. Elle a nettement battu Crystal Ocean et son rating de 128. Crystal Ocean est une valeur sûre chez les chevaux d’âge sur 2.400m, ce qui incite à la confiance. Mais Enable avait déjà bien fait sur la fibrée – gagnante facile pour ses débuts sur cette surface. Crystal Ocean se présentait de son côté sans aucune référence sur P.S.F. A-t-il fait une valeur de 128 à Kempton ? Probablement pas, et ce n’est pas le fait de battre des 95 de valeur par 17 longueurs qui va nous aider à répondre à cette question…

Est-il possible de remporter l’Arc en ayant été sur la touche tout le printemps et en n’ayant qu’une course dans les jambes sur l’ensemble de l’année ? C’est la question à laquelle Enable doit répondre. Voir Enable gagner le premier dimanche d’octobre ne serait pas une surprise étant donné sa classe. Et elle serait excusée d’emblée si elle était battue.

Cracksman, l’inclassable

Cracksman possède le troisième meilleur rating des partants potentiels, à 125. Il apparaît en position de troisième favori des bookmakers. C’est logique, plutôt bon signe et, sur ces données, nous voilà tentés de mettre le PEL sur sa candidature. Mais Cracksman est le cheval idéal pour montrer les limites de notre petit jeu : pour qu’il ait du sens, il faut le considérer dans le temps.

Les cotes à la hausse. Après sa victoire dans les Champion Stakes 2017, Cracksman était proposé à 4/1 chez les bookmakers pour l’Arc. Certains observateurs ont estimé qu’il aurait d’ailleurs déposé Enable à Chantilly. Chacun son avis sur cette question. Après la victoire de Cracksman dans le Prix Ganay, il est passé à 3/1. À quinze jours de l’Arc, il est proposé au double (entre 6/1 et 7/1). La cote reste "basse" mais son évolution montre une confiance vacillante, non sans raison.

Le rating montagne russe. Appliquons le même jeu aux ratings. Cracksman a conclu l’année 2017 avec un rating de 130. Il a été évalué à 127 après sa démonstration dans le Prix Ganay par les handicapeurs de France Galop. Cette valeur a ensuite été réajustée à 125. Cracksman a remporté après cela la Coronation Cup (Gr1), où il est "mauvais" gagnant en battant in extremis un cheval pris en valeur 110 avant la course. Le handicapeur de la B.H.A. l’a évalué à 115 sur cette performance : on peut lui pardonner, Epsom reste particulier.

Il a ensuite conclu deuxième des Prince of Wales’s Stakes (Gr1) à Royal Ascot : une performance en-dessous de ce qui était attendu, mais malgré tout jugée à 125 par le handicapeur de la B.H.A. Il y a deux écoles. On peut trouver des excuses à Cracksman : 2.000m en bon terrain, ce n’est pas pour lui et dans ces conditions, sa valeur reste bonne. On peut aussi être en désaccord, en estimant que ce 125 pour Cracksman fausse le 129 attribué par le handicapeur de la B.H.A. au gagnant des Prince of Wales's Poet’s Word (pris en rating 117 avant Royal Ascot). Ce 129 de Poet’s Word a été ramené à 125 par les handicapeurs internationaux. Reste que tout cela, par ricochet, peut avoir eu une influence sur le 128 de Crystal Ocean, lequel a bataillé avec Poet’s Word dans les King George VI and Queen Elizabeth Stakes (Gr1) juste après…. Et dont la victoire précédente, dans les Hardwicke Stakes, était estimée à 118.

Ce sera comme il le voudra. La question avec Cracksman est de savoir quel visage il va montrer : le Cracksman du Ganay, une machine à galoper, ou le Cracksman pas concentré, plus pressé d’aller au haras qu’au poteau. Ajoutons à cela qu’il lui faudra du terrain souple et que Frankie Dettori, son jockey habituel, ne devrait pas lâcher Enable cette année… Sachant que le bonhomme a du tempérament, cela complique aussi les choses et les chiffres ne peuvent pas prendre en compte ce paramètre.

Sea of Class, le petit poucet aux limites presque inconnues

Sea of Class est la deuxième favorite du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe chez les bookmakers (entre 4/1 et 6/1). Après sa démonstration dans les Darley Yorkshire Oaks, au mois d’août, à York, elle était même favorite. C’était avant que madame Enable ne se rappelle à notre bon souvenir sur le sable de Kempton. Côté rating, elle pointe cependant à la septième place seulement, avec un "petit" 118… Ou plutôt un 118 avec un petit "p".

Une question de marge. Sea of Class n’a pas un gros rating. C’est logique. Elle n’a couru que face aux seules femelles durant sa carrière et n’a a priori pas battu des pointures. Comme pour Cracksman, son rating est à évaluer sur la durée et celui de Sea of Class donne une indication simple : non seulement elle réalise un sans-faute, mais elle progresse à chaque sortie. Deuxième de son maiden en avril 2018, elle a ensuite remporté une Listed à Newbury, ce qui lui a valu un premier rating de 103. En l’espace de quatre mois, son rating a progressé en flèche pour atteindre son 118 actuel.

Le rating de Sea of Class indique qu’elle a dix livres à refaire sur Enable ou Crystal Ocean, sept sur Cracksman, ou encore cinq sur Waldgeist (Galileo). On peut tenter des comparaisons avec des femelles de 3ans gagnant l’Arc en n’ayant affronté que les seuls femelles auparavant. Les ratings officiels ne nous permettent que de remonter à Trêve (Motivator), qui était à 121 après le Vermeille et n’avait "que" 4 livres à refaire sur Orfèvre (Stay Gold – rating 125 après le Foy)… Autant dire que le défi de Sea of Class est grand et il lui faudra un atout de poids : il s’appelle le terrain.

Le terrain, d’une importance majeure. Sea of Class n’est pas engagée dans l’Arc. Elle sera supplémentée au prix de 120.000 € si le terrain s’annonce bon. Dans le cadre de l’antepost, même à quinze jours, c’est croire à sa bonne étoile que de mettre de l’argent sur elle. Les prédictions météo sont aussi fiables que celles de madame Irma. Si Sea of Class est supplémentée, l’effet sur le betting sera double puisque synonyme d’une piste a priori bonne : la cote de la pouliche va encore baisser. Celle d’Enable, plutôt adepte des terrains souples, peut remonter légèrement – le terrain ne sera certainement pas firm… – et celle de Cracksman devrait aussi suivre le même chemin. Tout cela dépend donc de deux "si" : le terrain associé à une défaillance des favoris. Ce n’est pas impossible : demandez à Orfèvre et Solemia (Poliglote) ce qu’ils en pensent. Mais à un tel niveau, cela tient du miracle.

Waldgeist, la meilleure chance française

Quatrième aux ratings avec 122 et quatrième au betting des bookmakers, Waldgeist est en position d’embuscade dans ce Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1), et il est logiquement la meilleure chance française. Sur le papier et sur les données ratings/betting, sa candidature est moins enthousiasmante que celle d'une Enable ou d’un Cracksman, capables de grandes démonstrations. Mais par rapport aux deux chevaux précités qui soulèvent des interrogations, Waldgeist présente un profil sécurisant.

La méthode Fabre. En grossissant le trait, on peut comparer la candidature de Waldgeist à celle de Found (Galileo) juste avant qu’elle ne remporte l’Arc : ce n’est pas forcément la plus enthousiasmante et il n’arrive pas sur l’épreuve avec le profil du crack. Mais il n’y aurait rien d’étonnant à le voir conclure dans les cinq premiers, voire, en cas de défaillance des favoris, de lutter pour la victoire.

Waldgeist s’est rappelé au bon souvenir des bookmakers en remportant le Qatar Prix Foy, alors qu’il était aux alentours de 25/1 avant cette épreuve. Waldgeist, c’est la méthode Fabre. Il a été amené en progression vers l’objectif et cet objectif est l’Arc. Cette méthode a fait ses preuves : Cloth of Stars (Sea the Stars) avait réalisé la meilleure performance de sa vie en concluant deuxième de l’Arc d’Enable l’an passé, après une rentrée en souplesse dans le Foy (2e). Waldgeist passe moins inaperçu, parce qu’il a gagné le Qatar Prix Foy en trois foulées, et parce qu’il a gagné ce Gr2 en battant facilement Talismanic (Medaglia d’Oro).

L’assurance tout risque. Waldgeist ne présente pas le profil le plus séduisant, mais il a un aspect rassurant. Le cheval arrive à maturité et au meilleur de sa forme. Il s’adaptera à un terrain bon, soit le moins probable au début du mois d’octobre, et appréciera une piste souple. Il est bien dans sa tête et arrive sur l’Arc après une rentrée sans douleur. Reste qu’il lui faudra déjouer les statistiques : le dernier doublé Foy & Arc remonte à 1984. Quant à André Fabre, il n’a pas gagné l’Arc depuis 2006 et n’a pas gagné ce Gr1 avec un cheval d’âge depuis Subotica, en 1992… En revanche, sur les quatre dernières années, ses 4ans et plus ont pris trois fois la deuxième place de l’Arc (Cloth of Stars et Flintshire à deux reprises). À Waldgeist de tenter de grignoter un rang.