Le mot de la fin - Climat

Le Mot de la Fin / 12.09.2018

Le mot de la fin - Climat

On le sait… Le dérèglement climatique va avoir – et a déjà – de lourdes conséquences sur les mouvements migratoires et l’économie mondiale. Ce sujet d’une importance capitale, envers lequel les politiques n’arrivent pas à faire face, ou ne veulent pas faire face, ne va que prendre de l’ampleur dans le futur : plus de sécheresses dans les parties du monde déjà touchées par ce phénomène, montée des océans, plus d’ouragans… Ce n’est pas encourageant.

Le monde du cheval et des courses n’échappe pas au dérèglement climatique. Aux États-Unis, à Tryon, les Jeux équestres mondiaux sont sous la menace d’un cyclone nommé Florence. En Asie, Hongkong pourrait être touché ce week-end par le super typhon Mangkhut, même si les météorologistes ont du mal à évaluer quelle sera l’évolution de son intensité et de sa trajectoire. Il y a moins d’une semaine, le sud du Japon a été balayé par le typhon Jebi, d’une violence rare. En France, en plein mois de septembre, nous avons des températures avoisinant les 30 degrés. Un été qui se prolonge, c’est bien sympathique… Mais pas forcément bon signe, et pas évident pour les chevaux. Les conséquences du dérèglement climatique pour les courses restent anecdotiques par rapport aux dégâts engendrés dans le monde entier.

Dimanche, nous râlerons pour aller à ParisLongchamp à cause de la Journée sans voiture à Paris, qui va quelque peu compliquer la tâche. Que l’on soit d’accord ou non avec l’initiative et les méthodes de la Mairie de Paris, on pourra aussi relativiser en se disant que oui, c’est pénible… Mais que si cela ne fera pas de grand bien à l’échelle mondiale et ne sauvera pas la planète, cela ne fera pas de mal non plus.