Maisons-Laffitte n’est pas encore fermé

Institution / Ventes / 11.09.2018

Maisons-Laffitte n’est pas encore fermé

Exclusif JDG. Le 24 septembre, les administrateurs de France Galop doivent se réunir pour parler de l’avenir de Maisons-Laffitte. Édouard de Rothschild aime à dire qu’il faut savoir parler de tout "sans tabou". Le 24 septembre, il devrait être servi, entre ceux qui veulent ne rien toucher et continuer à dépenser 4 millions pour 500 chevaux chaque année à Maisons… et ceux qui vont jusqu’à demander une fermeture du centre d’entraînement et de l’hippodrome ! Les arguments des uns et des autres se tiennent. Mais peut-être aucun des deux camps ne sortira-t-il vainqueur de cet échange, puisqu’une troisième option vient de voir le jour. Elle est portée par le maire de Maisons-Laffitte Jacques Myard. Celui-ci aurait abattu une carte nouvelle auprès de certains administrateurs et serait prêt à venir présenter son plan de sauvetage devant le Conseil d’administration et le Comité de France Galop.

Que propose-t-il ? D’abord, il accepterait la fermeture de la moitié du centre d’entraînement. Pour lui, ce sera toujours mieux qu’une fermeture totale. Cette demi-fermeture aurait, toujours selon lui, l’agrément des professionnels présents sur le site. Eux aussi préfèreraient sacrifier certaines pistes plutôt que déménager. Ensuite, Jacques Myard serait prêt à faire investir à sa ville 1,2 million d’euros sur l’hippodrome pour éviter sa fermeture… une somme qui pourrait monter à 2 millions si la Région Île-de-France répond favorablement à sa demande de subvention d’un montant de 800.000 euros.

Cette intervention forte de la commune est-elle une première étape avant que France Galop, un jour, ne se sépare définitivement du site pour l’abandonner à la ville ? Ou simplement une manière pour Jacques Myard de sauver les centaines de milliers d’euros que le prélèvement de 0,1 % sur les enjeux PMU rapporte directement à sa commune… depuis que "l’amendement Myard", voté par l’Assemblée nationale le 5 décembre 2007, en a décidé ainsi pour les commune ou regroupements de communes accueillant un champ de courses ?