On peut déjà rêver à 2019…

Courses / 25.09.2018

On peut déjà rêver à 2019…

Un confrère spécialisé dans le trot a dit, un jour, que nous n’avions pas forcément, en plat, la chance de pouvoir suivre les vedettes pendant de nombreuses années. Mais que nous avions la chance, chaque saison, chaque année, d’avoir devant nous une page blanche, avec de nouveaux espoirs à découvrir, de nouvelles vedettes à rencontrer, de nouveaux duels à imaginer sans l’ultra-domination d’un seul cheval…

Ce mardi, à Bordeaux, l’avenir était en piste à l’occasion de deux des plus importantes courses pour inédits du Sud-Ouest. Le Prix du Four à Chaux (Inédits) et le Prix Didier Vezia (Inédites) ont tenu leur rang : celui de nous faire découvrir des éléments capables d’écrire leur avenir en lettres dorées. Dans le Prix du Four à Chaux, Parafection ** (Mastercraftsman) s’est imposé sur une simple accélération, uniquement sollicité aux bras par Julien Augé, se mettant hors de portée de ses rivaux à l’entrée de la ligne droite, dans le style d’un poulain d’avenir. Dans le Prix Didier Vezia, Aimara ** (Makfi) a laissé sur place ses adversaires à 300m du poteau, Olivier Peslier n’ayant qu’à ouvrir les mains pour que la pouliche prenne le large.

Les 2ans français n’ont pas eu un début de saison facile… Mais depuis Deauville, nous commençons à voir en piste des éléments qui nous ont donné envie de les suivre durant cet automne 2018, l’année prochaine et la saison classique… Ils se nomment Parefection et Aimara, mais aussi Anodor ** (Anodin), invaincu en deux sorties, dont le Prix des Chênes (Gr3), et attendu dans le Qatar Prix Jean-Luc Lagardère (Gr1), Rocques (Lawman), lauréate du Prix d’Aumale (Gr3), Persian King ** (Kingman), si impressionnant lors de ses deux sorties à Chantilly au mois de septembre, Montviette (Le Havre), gagnante du Prix des Marettes (Inédites) et victorieuse depuis à Lyon-Parilly, en souplesse… Il y en a d’autres.

Ce ne sont pas des 2ans de Royal Ascot ni de Morny… Mais des 2ans pour l’avenir, qu’il s’agisse du week-end du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe, des Critériums de Saint-Cloud peut-être, ou encore de l’année prochaine. Rêver à 2019, c’est aussi avoir les yeux tournés vers le Royaume-Uni, jusqu’aux Dubai Dewhurst Stakes (Gr1). Les 2ans, les promesses, et de quoi rêver encore. N’oubliez pas de lire l’article de Franco Raimondi dans cette édition : « Non, gagner à 2ans ne nuit pas à la santé… »