PRIX DES TERRIERS DES HOUX (MAIDEN) - Persian King, souvenez-vous bien de lui

Courses / 01.09.2018

PRIX DES TERRIERS DES HOUX (MAIDEN) - Persian King, souvenez-vous bien de lui

CHANTILLY, SAMEDI

Persian King (Kingman) était le grand favori de ce Prix des Terriers des Houx (Maiden) et ses nombreux preneurs n’ont pas transpiré… Le représentant de Ballymore Thoroughbred a démoli l’opposition. Vite en tête, il a été un peu surpris au passage de route, qu’il a sauté. Dans la ligne droite, il a enclenché, plaçant une première accélération pour conserver la tête. Puis il a changé de jambes, a dit au revoir et merci à ses adversaires et s’est détaché. Une, deux, trois, quatre, cinq et finalement six longueurs sanctionnent sa supériorité. Les temps partiels sont canons :  12”06 des 600 aux 400, 11”43 des 400 aux 200 et surtout 10”74 des 200m à l’arrivée, montrant que non seulement il n’a jamais relâché l’effort, mais qu’il a surtout poursuivi son accélération jusqu’au bout. Visuellement, c’était impressionnant et les chronos le confirment. Nous lui décernons donc une JDG Rising Star.

C’est Boardman (Kingman) qui prend la deuxième place, offrant un jumelé gagnant à Kingman (Invincible Spirit), l’étalon de Juddmonte Farms. Montagu (Motivator) est troisième à une longueur un quart.

En progrès après de bons débuts. Persian King est un sacré poulain. Il est bien fait, puissant, grand, pas taillé précoce… et il ne devrait pas en rester là. Le pensionnaire d’André Fabre avait débuté par une bonne deuxième place dans le Prix de Crèvecœur (Inédits), cet été à Deauville, derrière Anodor ** (Anodin). Anodor s’était imposé facilement, en poulain déjà bien façonné et professionnel. Derrière, à deux longueurs, Persian King avait pris une nette deuxième place en poulain encore très immature. Il avait manqué son départ et avait bien fini. Ce fut une bonne leçon. Avec Anodor ou encore Lone Peak (Lope de Vega), dans des styles très différents, Persian King est probablement ce que l’on a vu de mieux chez les inédits de 2ans cette année.

Pierre-Charles Boudot, qui a monté Persian King à Deauville et ce samedi à Chantilly, nous a dit : « Il est assez impressionnant aujourd’hui. Persian King avait bien débuté, il s’était montré assez immature à Deauville. Aujourd’hui, il était plus professionnel, tout de suite en course, et je l’ai trouvé plus tonique dans la phase finale. Il a placé une longue accélération et n’a fait qu’avancer jusqu’au poteau. »

Les bons débuts au haras de Kingman. Les premiers 2ans de l’ancien pensionnaire de John Gosden sont en piste cette année. Il compte déjà neuf gagnants sur 31 partants, dont trois black types, ce qui le place au troisième rang des étalons de première production en Europe selon ce critère. Il aura du mal à rattraper No Nay Never (Scat Daddy), qui fait la course en tête chez les étalons entrés au haras en 2015. Mais le sire de Coolmore était un pur 2ans. Lauréat de Gr3 à cet âge, c’est l’année suivante que Kingman a montré toute l’étendue de son potentiel. Aussi, les produits de l’étoile montant de Juddmonte sont souvent regardés comme des sujets dont on espère qu’ils vont confirmer en 2018. C’est le cas de Calyx (Coventry Stakes, Ascot, Gr2), lequel fait figure de favori pour les 2.000 Guinées (Gr1). À ce jour, les deux autres black types de Kingman sont Look Around (British Stallion Studs EBF Star Stakes, Listed) et Sicilia (troisième du Shadwell Prix du Calvados, Gr2).

Le neveu de Planteur. Élevé par Dayton Investments Ltd, Persian King est un fils de Pretty Please (Dylan Thomas). Il appartient donc à la grande souche des "P" Wildenstein. Sa mère a gagné le Prix de la Croix de Pontarmé (B) pour ses débuts à 3ans et n’a couru qu’une fois ensuite, à 4ans. Persian King est son deuxième produit et son premier gagnant. Pretty Please est une fille de Plante Rare (Giant’s Causeway), restée inédite et mère de Planteur (Danehill Dancer). Ce gagnant du Prix Ganay (Gr1), du Prix d’Harcourt (Gr) et du Prix Noailles (Gr2, à l’époque) s’est classé deuxième du Juddmonte Grand Prix de Paris (Gr1), du Prix d’Ispahan (Gr1) et du Prix du Jockey Club (Gr1) ainsi que troisième de la Dubai World Cup (Gr1). Il fait la monte au haras de Bouquetot. Plante Rare est aussi la sœur de Pilote d’Essai (Oasis Dream), gagnant de Stakes en Australie.

La troisième mère, Palmeraie (Lear Fan), a donné Policy Maker (Sadler’s Wells), gagnant du Grand Prix de Deauville, du Prix Foy et double lauréat du Grand Prix de Chantilly (Grs2). Palmeraie a aussi donné Pushkin (Caerleon), lauréat du Prix Maurice de Nieuil (Gr2). La quatrième mère, Pétroleuse (Habitat), a remporté les Princess Elizabeth Stakes (Gr3). Elle est surtout la mère du champion Peintre Célèbre (Nureyev), gagnant du Prix du Jockey Club, du Grand Prix de Paris et du Prix de l’Arc de Triomphe (Grs1). Elle a aussi donné Peinture Rare (Sadler’s Wells), gagnante du Prix de Pomone (Gr2).

 

 

 

Green Desert

 

 

Invincible Spirit

 

 

 

 

Rafha

 

Kingman

 

 

 

 

 

Zamindar

 

 

Zenda

 

 

 

 

Hope

PERSIAN KING ** (M2)

 

 

 

 

 

 

Danehill

 

 

Dylan Thomas

 

 

 

 

Lagrion

 

Pretty Please

 

 

 

 

 

Giant’s Causeway

 

 

Plante Rare

 

 

 

 

Palmeraie

LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Du départ à 600m : 1’03”67

De 600m à 400m : 12”06

De 400m à 200m : 11”43

De 200m à l’arrivée : 10”74

Temps total : 1’37”90