Quand l’élevage de sauteurs prend son destin en main

Élevage / 24.09.2018

Quand l’élevage de sauteurs prend son destin en main

Ce lundi 24 septembre à Auteuil, ce sont les poulains entiers qui ont fait le spectacle, performance qui n’est pas si fréquente dans le temple de l’obstacle. Goliath du Berlais (Saint des Saints) et Beaumec de Houelle (Martaline), des 3ans, ont tous les deux laissé une forte impression, l’un sur le steeple, l’autre sur les haies. C’est tout sauf un hasard. Le haras du Berlais, par exemple, conserve un ou plusieurs entiers par génération. À la fin de leurs années de compétition, les sauteurs jouissent à présent d’une cote considérable au haras. En 2018, ils ont connu une excellente saison et sept ont dépassé le cap des 100 saillies en France : Cokoriko (234), Kapgarde (144), Castle du Berlais (131), Chœur du Nord (130), Magneticjim (116), Buck's Boum (110) et Great Pretender (105).

La réussite commerciale de ces étalons récompense le courage de leurs entourages qui ont osé les conserver entiers. Depuis plusieurs décennies, l’élevage de galopeurs s’oriente vers la vitesse avec des chevaux sur les épaules, « incapables de sauter un crayon », comme le dit un célèbre entraîneur d’obstacle. L’Allemagne, moins touchée par cette tendance, permet encore parfois d’approvisionner les rangs des sires d’obstacle. Mais trouver un prospect étalon est de plus en plus difficile et ces derniers viennent donc de plus en plus souvent directement d’Auteuil, comme ce fut le cas des vedettes comme Saint des Saints ou Kapgarde. Le premier est d’ailleurs à l’origine de Goliath du Berlais, lauréat du Prix Kargal. Magnifique poulain, il est désormais invaincu en steeple en deux sorties. Bien né, doté d’un beau modèle, il ne lui manque que quelques victoires de Groupe pour avoir une voie ouverte vers le haras dans le futur. Une remarque qui vaut aussi pour l’autre entier qui a gagné ce lundi, Beaumec de Houelle. Le pensionnaire d’Arnaud Chaillé-Chaillé a effectué un retour gagnant dans le Prix Robert Lejeune (L), décrochant une troisième victoire en quatre sorties sur les obstacles. Lui aussi est bien né et a le profil pour faire un étalon. Goliath du Berlais va prendre la voie du Prix Congress (Gr2) ; Beaumec de Houelle, celle du Prix Cambacérès (Gr1). Deux championnats qu’il serait bon d’avoir sur son C.V en vue d’une carrière de reproducteur.