TATTERSALLS IRLANDE - Fairyhouse, la charge des 800

International / 24.09.2018

TATTERSALLS IRLANDE - Fairyhouse, la charge des 800

Il y a seulement vingt ans, en 1998, les enchères à la Tattersalls Ireland September Sale étaient encore posées en livres anglaises et la vente faisait figure d’un marché mineur par rapport à Goffs. Le chiffre d’affaires de l’Orby Sale était six fois supérieur et on parlait des yearlings de Fairyhouse comme d’un produit de troisième classe. Le différentiel entre les deux ventes s’est beaucoup réduit. Orby reste LA vente de yearlings en Irlande avec son chiffre d’affaires de 40,69 millions en 2017, mais Fairyhouse, l’année dernière, en ajoutant les lots du book 2, est arrivé à 13,54 millions pour plus de 600 yearlings vendus.

Une année 2017 record. L’année dernière, Tattersalls Ireland, avec 11,45 millions de chiffre d’affaires pour 401 yearlings vendus lors du book 1, a dépassé pour la première fois le record d’avant-crise (10,7 millions en 2006). La crise était à son paroxysme en 2009 quand le chiffre d’affaires avait fondu à 3,91 millions pour 398 lots vendus, à un prix moyen de 9.844 €. Neuf ans après, le chiffre d’affaires a progressé de 292 %, et pour acheter le yearling moyen, il fallait compter 28.556 €. Sept yearlings ont été adjugé à plus de 100.000 € (ils étaient trois en 2009) mais c’est surtout le milieu de gamme qui a enregistré la progression la plus spectaculaire, avec le médian qui est passé de 5.500 à 23.000 €. À Goffs Orby, le médian a un peu plus que doublé, passant de 30.000 à 65.000 €.

300 sont déjà passés sur un ring. Le catalogue de cette année propose 560 sujets dans le book 1, en vente ces mardi et mercredi, plus 285 dans le book 2 de jeudi. Avec les absents, c’est environ 800 yearlings qui passeront sur le ring, un chiffre record. Tattersalls Ireland est depuis toujours une vente qui lance les étalons. Une augmentation de l’offre sur un marché similaire comme celui de Doncaster a généré une baisse de 10,5 % du prix moyen, avec un maintien du chiffre d’affaires et plus de vendus. Les éleveurs et les pinhookers ont dû vendre moins cher mais ils ont eu un retour sur leur investissement. Cette tendance devrait se confirmer à Tattersalls Ireland. Il faut noter que presque 300 sujets sont déjà passés sur un ring de vente.

Un tremplin pour les étalons. La liste des étalons représentés est longue et on peut dénicher des noms haut de gamme comme Sea the Stars (Cape Cross), Teofilo (Galileo), Pivotal (Polar Falcon), Australia (Galileo), Gleneagles (Galileo), Lope de Vega (Shamardal), Camelot (Montjeu) et Golden Horn (Cape Cross). Ils sont importants, bien sûr, mais ce ne sont pas eux qui feront le marché. Tattersalls Ireland, c’est une vente qui sert de tremplin, un premier test important pour apprécier les yearlings d’un jeune reproducteur prometteur. En 2005, Invincible Spirit (Green Desert) avait commencé sa montée en flèche ici avec 17 sujets.

No Nay Never sur la vague de ses 2ans. Les premiers yearlings du demi-frère d’Invincible Spirit, Kodiac (Danehill), avaient été vendus à Fairyhouse en 2009 et il avait enregistré huit vendus pour un prix moyen de 8.938 €. L’année dernière, il fallait sortir 113.000 € pour s’assurer l’un de ses 140 produits qui ont trouvé preneurs en Europe… Cette année, il en a 11. L’étalon le plus populaire est Gutaifan (Dark Angel), avec 26 sujets, suivi par Camacho (Danehill), avec 24, mais il ne faut pas être un génie de l’économie pour deviner que No Nay Never (Scat Daddy), sur la vague de ses premiers 2ans, sera très recherché. Il a 15 yearlings inscrits.

Et des français aussi. Dans la liste des étalons, on a aussi trouvé des français. Grove Stud présente un Kendargent (Kendor) qualifié pour la prime et Castelbridge Consigment a une Le Havre (Noverre). Toronado (High Chaparral), qui a 12 gagnants issus de sa première génération, compte sur une offre de quatre sujets, et Olympic Glory (Choisir), qui officie comme lui au haras de Bouquetot et a donné 13 lauréats, a une pouliche. Dream Ahead (Dream Ahead), qui fonctionne au haras de Grandcamp, a une offre de 11 sujets issus de sa dernière saison irlandaise chez Ballylinch Stud.