Trois 2ans, trois styles différents

Courses / 01.09.2018

Trois 2ans, trois styles différents

La jeunesse était à l’honneur ce samedi à Chantilly. Au programme, le Prix d’Arenberg (Gr3), pour les petites bombes sur 1.000m, et deux Maidens de bonne facture : le Prix des Terriers des Houx (Maiden - mâles) et le Prix de la Mare aux Oiseaux (Maiden - femelles). À chacun son style, à chacun son sport.

Soldier’s Call à l’anglaise. Sur le papier, il paraissait difficile de battre les britanniques dans le Prix d’Arenberg. Cela s’est vérifié sur la piste. Soldier’s Call s’est imposé à l’anglaise, faisant honneur à ce qu’il est : un 2ans de Royal Ascot, où il avait remporté en force les Windsor Castle Stakes (L). Le pensionnaire d’Archie Watson a gagné son premier Groupe en costaud : devant et au bout. Il offre un premier succès à ce niveau à son jeune entraîneur. Les chronos intermédiaires sont bons : 10”71 des 600m aux 400m et 10”71 des 400m aux 200m. Le démarrage qu’il a fait subir à ses rivaux les a mis dans le rouge. La note reste Queen of Bermuda (Exceed and Excel), lauréate du Prix de la Vallée d’Auge (L), qui a fini très vite pour prendre une nette deuxième place malgré un départ poussif.

Persian King, éblouissant. Les deux Maidens cantiliens nous permettaient de voir en piste les battus des Prix de Crèvecœur et des Marettes (Inédits). Les verdicts ne sont pas les mêmes. Nous avons eu droit à un éclair de classe dans le Prix des Terriers des Houx, survolé par le grand et beau Persian King (Kingman). Il a mené et, après son changement de jambe dans la ligne droite, a assommé l’opposition. Résultat : six longueurs à l’arrivée et des temps partiels canons dans les 200m à l’arrivée : 10”74. Une accélération continue jusqu’au poteau qui augure de lendemains en or pour ce fils de Kingman. Il confirme les promesses qu’il avait laissé entrevoir à Deauville derrière Anodor (Anodin), gagnant facile ce jour-là mais déjà bien plus professionnel. La victoire de Persian King flatte donc ce nouveau représentant de Jean-Louis Bouchard, qui est engagé dans le Prix des Chênes (Gr3, 9 septembre).

Suphala, pour ses vrais débuts. La ligne du Prix des Marettes s’annonce moins forte que celle du Crèvecœur, même si Suphala (Frankel), la gagnante du Prix de la Mare aux Oiseaux, avait débuté dans l’épreuve cantilienne. Débuté, mais pour ainsi dire quasiment pas couru : mal partie avec un numéro tout à l’extérieur, elle avait suivi le peloton avant de tracer gentiment un joli bout dans la ligne droite… Nous n’avions pas pu voir grand-chose et, ce samedi, nous en savons plus. La représentante de Lady Bamford a certainement des moyens. Elle n’a pas été éblouissante comme son camarade d’entraînement Persian King, mais elle gagne, et elle gagne bien. Avec certainement de la marge. À revoir…