À la découverte du centre de balnéothérapie et musculation intensive équine de Claude Petit Boileau

Courses / 23.10.2018

À la découverte du centre de balnéothérapie et musculation intensive équine de Claude Petit Boileau

Claude Petit Boileau dirige le haras Petit Boileau de la Houssaye, avec une expérience de plus de cinquante ans au contact des chevaux. Installé à Épaignes, à quelques kilomètres de Deauville, son haras est un centre de balnéothérapie et de musculation intensive équine. Il s’agit d’une petite structure d’une dizaine de boxes, accolés à une piscine de balnéothérapie et de nage. Il nous a détaillé sa méthode de travail : « Vingt ans d’étude sur l’homme m’ont permis de transposer cette expérience au monde équin. Avec l’homme, les performances obtenues sont liées généralement à la volonté et au courage. Avec les chevaux, elles sont obtenues généralement par la contrainte, avec le risque de destruction ou d’accidents lors des efforts, et cela à partir de dix-huit mois par la mise à l’entraînement. » Claude Petit Boileau utilise une méthode dite douce. Il nous a expliqué : « Ma méthode permet d’obtenir un travail progressif et non destructeur pour former et participer au développement musculaire, cardiaque et mental du yearling. Les chevaux sont travaillés dans un environnement sécurisant avec plusieurs intervenants, dans des conditions affectives et douces. »

L’utilisation de la boue. Le travail est effectué dans un couloir de boue. Le fond est sain et sans pierre. Le travail du cheval est progressif et sous contrôle d’un cardio. Claude Petit Boileau a ajouté : « Le passage dans la boue plus ou moins collante demande un effort pour remonter les membres et le cheval fait doublement travailler sa musculature. Le travail peut être effectué avant le débourrage du yearling. Cela a pour effet de muscler le cœur d’une façon efficace par la sollicitation de celui-ci. En effet, lors des travaux, le rythme cardiaque passe rapidement, par l’effort demandé, à 120 – 140 pulsations minute pendant 3 minutes pour redescendre à 60 - 80 pendant les 3 autres minutes lors du retour en terrain normal et cela à chaque tour. Au fur et à mesure des séances de travail et en quelques semaines, à travail égal, le rythme cardiaque descend par l’accoutumance à l’effort. » Les muscles du cheval sont sollicités et travaillés avec plusieurs mois d’avance par rapport à un cursus normal de préentraînement et entraînement. Les articulations ne sont pas mises à l’épreuve car elles ne sont pas sollicitées. Il n’y a pas de risque d’écrasement des cartilages.