ASCOT (GB), SAMEDI - Premier League, les finales

International / 19.10.2018

ASCOT (GB), SAMEDI - Premier League, les finales

Par Franco Raimondi

C’est le jour des grandes finales. Fort probablement, les cinq courses du QIPCO British Champions Series, samedi à Ascot, ne changeront pas la tête du classement pour les cinq catégories du galop anglais. On attend donc plutôt des confirmations et pourquoi pas quelques rachats.

Chez les quadrupèdes, les champions sont ceux qui décrochent le meilleur rating de leur catégorie. Dans les Champions Stakes, il est difficile d’imaginer que Cracksman (Frankel), même avec l’aide des œillères et du terrain, soit capable de sortir une performance créditée 131, soit le niveau requis pour dépasser Poet’s Word (Poet’s Voice). Roaring Lion (Kitten’s Joy), raccourci sur le mile, doit battre les "FR" Laurens (Siyouni) et Recoletos (Whipper) dans les Queen Elizabeth II Stakes (Gr1). C’est la condition nécessaire pour décrocher un rating supérieur au 120 attribué à Lightning Spear (Pivotal) dans les Sussex Stakes (Gr1) et à Saxon Warrior (Deep Impact) dans les 2.000 Guinées (Gr1). Si le pensionnaire de Carlos Laffon-Parias gagne en reproduisant sa valeur du Prix du Haras de Fresnay-le-Buffard - Jacques Le Marois (Gr1), il sera sacré roi de sa catégorie par les sujets de sa très gracieuse majesté. Dans le Sprint, il faudrait qu’Harry Angel (Dark Angel) retrouve sa forme des grands jours pour dépasser les 120 de l’autre Godolphin Blue Point (Shamardal) et ainsi s’emparer de la couronne des courtes distances. Dans les QIPCO British Champions Fillies & Mares Stakes, il faudra un miracle pour que Lah Ti Dar (Dubawi) et la française Kitesurf (Dubawi) fournissent 123, soit le rating nécessaire pour devancer Alpha Centauri (Mastercraftsman). Stradivarius (Sea the Stars) va devoir battre le 3ans Flag of Honour (Galileo) pour ne pas rester un roi sans couronne, après avoir dominé la ligue des stayers tout au long de la saison. Mais cela ne suffira probablement pas. Le poulain de Coolmore Kew Gardens (Galileo) a produit dans le St Leger une valeur (121) d’une livre supérieure à celle du pensionnaire de John Gosden, qui, compte tenu de sa façon de courir, n’est pas une machine à produire des ratings spectaculaires.

John Gosden compte deux victoires d’avance sur Aidan O’Brien au classement des entraîneurs et son bras droit, Lanfranco Dettori, devance Ryan Moore dans celui des jockeys. Gosden et Dettori sont les mieux armés dans la réunion de samedi. L’entraîneur peut compter sur les quatre chevaux de l’Apocalypse – Cracksman, Lah Ti Dar, Stradivarius et Roaring Lion – dont les trois premiers seront associés à Frankie. Pour nous, les vieux cuirs des courses, la vieille école, il est difficile de se passionner pour ce genre de tournois et de classements. Mais parfois il faut savoir faire un effort pour s’adapter au goût des néophytes dont le palais n’est pas encore formé. Les courses sont comme un très bon vin rouge : elles ravissent les connaisseurs mais semblent un peu tanniques et puissantes à ceux qui ont été biberonnés pendant des années au sucre des sodas. 

Le cheikh Fahad a eu une bonne idée quand il a décidé d’inventer les QIPCO British Champions Series. Lors d’un entretien réalisé en 2017, chez lui en Angleterre, il nous avait dit : « Trouvez-vous logique qu’à la fin d’une saison sportive il n’y ait pas de champion ? »   

Photo : Recoletos est à 1.600m d’un titre européen