BREEDERS' CUP 2018 - Le grand défi d’Enable et de Roaring Lion

International / 29.10.2018

BREEDERS' CUP 2018 - Le grand défi d’Enable et de Roaring Lion

Le tirage au sort des places à la corde, ainsi que la déclaration des partants pour les 14 courses de la Breerdes’ Cup, sont prévus ce lundi de 16 h à 18 h. C’est-à-dire de 22 h à minuit pour ceux qui vivent à l’heure européenne. À ce moment-là, tous les journaux hippiques sont déjà bouclés... Cette année le Vieux Continent sera représenté avec quantité et qualité, malgré quelques défections de dernière minute, comme celle de Crystal Ocean (Sea the Stars) dans le Longines Turf. Ce lundi à 18 h, nous avons effectué un premier pointage. Et le record d’européens, avec 34 partants en 2009 à Santa Anita et en 2017 à Del Mar, pourrait bien être battu !

Par Franco Raimondi

Thunder Snow et Mendelssohn ont déjà goûté. En 2018, nous aurons une Breeders’ Cup à l’ancienne, malgré la multiplication des courses : Khalid Abdullah et le cheikh Fahad Al Thani ont relevé le défi. Ils présenteront à Churchill Downs la grande Enable (Nathaniel), qui peut devenir le premier cheval à remporter le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe et le Breeders’ Cup Turf la même année, et Roaring Lion (Kitten’s Joy), qui effectuera ses débuts sur le dirt dans la Breeders’ Cup Classic. Trois européens s’aligneront au départ du parcours emprunté par le Kentucky Derby. Les deux autres ont déjà connu l’ambiance de Churchill Downs le jour du Derby. Et elle a de quoi perturber plus d’un cheval. En tout cas, il faut espérer que Thunder Snow (Helmet) et Mendelssohn (Scat Daddy) n’en ont pas gardé de mauvais souvenirs…

Cinq succès de l’Europe sur le dirt. L’Europe a gagné le Classic deux fois. En 1993, André Fabre avait eu le génie de présenter Arcangues (Sagace). En 2008, Raven’s Pass (Elusive Quality) avait profité de l’édition courue sur la P.S.F. pour dominer les locaux. Au final, le seul européen qui a battu les américains sur leur terrain reste Arcangues et les gagnants sur le dirt se comptent sur les doigts d’une main. Trois ont remporté le Juvenile : Wilko (Awesome Again), en 2004, à Lone Star Park, Johannesburg (Hennessy), en 2001, à Belmont Park et le français Arazi (Blushing Groom) lors de l’inoubliable édition 1991, à Churchill Downs. Cette année là, l’Europe avait remporté trois des sept courses : l’anglais Sheikh Albadou (Green Desert) avait battu les américains dans le Sprint et la française Miss Alleged (Alleged) s’était imposée dans le Turf. Trois sur sept, c’est un taux de réussite de 42,8 %. Pour répéter un tel niveau de réussite avec la Breeders’ Cup à 14 courses, il faudra que l’Europe gagne six épreuves. Cela paraît très difficile, bien que la moitié des courses se déroule sur le gazon. Le Classic est la seule épreuve où les européens ont accepté le défi du dirt. Il n’y a pas un seul partant du vieux continent dans les deux Juveniles de vendredi, dans le Dirt Mile, dans le le Filly & Mare Sprint et dans le Distaff. Pour arriver à six victoires, il faut donc que les européens réalisent un sans faute dans les épreuves où ils sont engagés.

Les juniors sur le gazon. Malgré une belle équipe du spécialiste Wesley Ward, les juniors européens ont des premières chances dans le Juvenile Turf Sprint, en particulier Soldier’s Call (Showcasing) et Sergei Prokofiev (Scat Daddy), même si le parcours des 1.100m avec un tournant serré n’est pas trop favorable à des poulains qui ont fait carrière en ligne droite. La française Lily’s Candle (Style Vendome) est la seule gagnante de Gr1 européenne à se présenter dans le Juvenile Fillies Turf car la Godolphin La Pelosa (Dandy Man) a décroché son titre au Canada. Les américains comptent sur une bonne pouliche, Newspaperofrecord (Lope de Vega), née en Europe mais entraînée par Chad Brown. Il n’y a pas un gagnant de Gr1 dans le Juvenile Turf. Mais le "FR" The Black Album (Wootton Bassett) sera au rendez-vous. Anthony van Dyck (Galileo) et Line of Duty (Galileo) peuvent battre les américains.

Polydream et le King of the Mile. Avec un peu de chance, l’Europe peut aborder les quatre courses de samedi avec deux succès. Les chances d’Enable dans le Turf sont indiscutables. La française Polydream (Oasis Dream) est la favorite du Mile, et pas seulement grâce au charme du King of the Mile, Freddy Head, qui a gagné cette course deux fois en selle sur Miesque (Nureyev) et trois fois comme entraîneur avec Goldikova (Anabaa). Dans le Filly & Mare Turf, Eziyra (Teofilo) sera montée par Frankie Dettori pour faire face à la "FR" Sistercharlie (Myboycharlie). Si tout se passe bien, l’Europe peut gagner trois courses car les chances d’Havana Grey (Havana Gold) dans le Turf Sprint s’annoncent très minces. Aucun européen ne l’a remporté. Pour arriver à six victoires européennes, il faudra donc un miracle avec un cheval du Vieux Continent capable de battre les américains sur le dirt. C’est ça, l’esprit de la Breeders’ Cup !