Enable en quête d’un doublé inédit

International / 16.10.2018

Enable en quête d’un doublé inédit

Juddmonte vient d’annoncer, par le biais d’un communiqué de presse, que le prince Khalid Abdullah avait donné son aval pour qu’Enable (Nathaniel) dispute la Breeders’ Cup Turf (Gr1). Aucune décision concernant son avenir ne sera prise avant que cette épreuve ne soit courue.

Enable va donc tenter ce qui n’a jamais été encore réalisé : remporter l’Arc et la Breeders’ Cup Turf la même année. Mais le cas d’Enable est bien différent des autres vainqueurs d’Arc qui ont tenté l’aventure américaine avant elle. La pouliche n’en sera qu’à sa troisième sortie de l’année. Elle va donc arriver à Churchill Downs avec une certaine fraîcheur, même si elle a dû tout donner pour gagner à ParisLongchamp.

En 1986, le prince Khalid Abdullah avait décidé d’envoyer à Santa Anita son crack Dancing Brave (Lyphard), qui avait gagné un Arc d’anthologie, avec à la clé un rating Timeform de 140. Il en était à la huitième course d’une saison qui avait commencé en avril. Dancing Brave n’était pas le même cheval qu’à Longchamp et il est tombé sur les deux meilleurs spécialistes américains du gazon des quarante dernières années : Manila (Lyphard) et Theatrical (Nureyev). Il a terminé quatrième, en cheval fatigué. C’était une autre époque, avec des voyages plus épuisants. L’année suivante, Trempolino (Sharpen Up), était passé tout près de l’exploit lui aussi, n’étant battu que par Theatrical dans le Turf , à Hollywood Park.

La tentative la plus récente est à mettre au crédit de John Gosden. C’était en 2015, avec Golden Horn (Cape Cross). Mais le poulain d’Anthony Oppenheimer était tombé sur Found (Galileo) pour lui barrer la route du succès.

En 2010, Workforce (King’s Best), pour la casaque Abdullah là encore, avait été déclaré non-partant de dernière minute en raison d’un terrain jugé trop ferme. En 2007, Dylan Thomas (Danehill) n’avait pu faire mieux que cinquième à Montmouth Park. Avec Sakhee (Bahri), gagnant de l’Arc en 2001, Saeed bin Suroor avait tenté quelque chose de peu commun, puisque le cheval avait couru la Breeders’ Cup Classic, n’échouant que d’un nez face à Tiznow (Cee’s Tizzy). En 1990, Saumarez (Rainbow Quest) avait échoué à la cinquième place de la course sur gazon des États-Unis, remportée par In the Wings, qu’il avait battu dans l’Arc.