Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Les confidences de Marcel Boussac

Le Mot de la Fin / 18.10.2018

Les confidences de Marcel Boussac

Par Adrien Cugnasse

Personne n’a plus influencé les courses et l’élevage français que Marcel Boussac. Mais ses interviews sont rares. En 1953, alors qu’il avait  déjà remporté dix de ses douze victoires dans le Prix du Jockey Club, il avait néanmoins déclaré dans L’Eperon : « Si vous me demandez quelles sont les principales règles sur lesquelles on doit se fonder pour faire un élevage, je vous répondrai : en premier lieu, n’en avoir aucune. L’élevage ne consiste pas à prendre des pedigrees d’étalons et de poulinières, et à les juxtaposer en outcrossings et en inbreedings en fonction de règles déterminées ; l’élevage du pur-sang est individualiste [c’est-à-dire qu’il se concentre sur la connaissance de l’individu, ndlr]. Personnellement, je pense que les alliances doivent d’abord s’inspirer des qualités physiques et des qualités morales des sujets en cause, ensuite des expériences générales du passé, mais plus encore de l’expérience personnelle que vous avez pu tirer des résultats obtenus avec chacune de vos poulinières. Muni de tous ces éléments, vous pouvez alors travailler sur les origines en amalgamant ces conditions avec les croisements scientifiques, dont les résultats d’ailleurs varieront fréquemment. Cela demande beaucoup de travail et une connaissance – je dirais une psychologie – de tous les éléments qui constituent votre élevage. Il ne faut pas oublier que votre élevage est une matière essentiellement mouvante, ce qui entraîne une variation constante dans les méthodes et dans leur application. J’ai commencé à faire de l’élevage il y a 40 ans. Ce que j’ai fait au début était complétement différent de ce que je faisais il y a 20 ans. Ce que je fais aujourd’hui est également complétement différent de ce que je faisais en 1930, et je suis convaincu que ce que je ferai demain sera à nouveau différent de ce que je fais aujourd’hui. »