Les ambitions internationales de Cristiana Bravo et d'Endo Botti

26.10.2018

Les ambitions internationales de Cristiana Bravo et d'Endo Botti

Depuis la victoire d’Urge di Gallura (Caligola) en juillet 2017, à Newbury, dans les Emirates Equestrian Federation International Stakes (Gr. II PA), Cristiana Bravo et Endo Botti sont de plus en plus présents dans les Groupes européens pour pur-sang arabes. Ils nous ont expliqué les raisons de cette ouverture à l’international.  

Endo Botti et sa compagne Cristiana Bravo sont des professionnels confirmés en Italie avec les pur-sang anglais. Installés depuis huit ans, ils ont sorti une série de bons sujets comme Kaspersky (Aengevelt Meilen Trophy & Premio Carlo Vittadini, Grs II), Principe Adept (Premio Carlo Vittadini, Gr. II), Act of War (Premio Regina Elena Shadwell, Gr. III), Trust You (Premio Tudini II Tris, Gr. III)… Avec un produit de l’élevage sarde, Urge di Gallura, ils se sont lancés, avec succès, dans les pur-sang arabes. Cette année à Newbury, Zoe di Gallura (Ulumu) a passé la ligne d’arrivée en tête dans les Diar International Stakes (Gr. III PA), avant d’être rétrogradé pour avoir gêné un concurrent, alors qu’Eiman du Loup (Kerbella) s’est classé troisième des Shadwell Arabian Stallions Hatta International Stakes (Gr. I PA). Toujours en 2018, ils ont présenté pas moins de cinq chevaux différents dans les Groupes français. Winne Taouy (Dahess), cinquième du Prix Chéri Bibi (Gr. III PA), a ensuite été vendu à Gérard Larrieu (Chantilly Bloodstock) sur le ring de Saint-Cloud, lors de la vente de pur-sang arabes Arqana-Afac.

Un effectif qui s’étoffe

Cristiana Bravo et Endo Botti nous ont confié : « Cela fait trois ans que nous entraînons des pur-sang arabes. Le premier, Urge di Gallura, un élève de Giovanna Picconi, est rentré invaincu en cinq sorties au haras après avoir remporté un Groupe pour 3 ans à Newbury. Ce succès fut le point de départ de l’augmentation du nombre de chevaux arabes dans notre effectif. Rapidement, monsieur Daverio et son épouse nous ont confié des produits de leur très bon élevage. Ils ont rapidement été rejoints par ceux de Mattia Cadrobbi de la Razza de Pine. À présent, nous avons une dizaine de pur-sang arabes dans notre effectif. Nous avons trouvé nos marques avec ces chevaux. Les résultats sont encourageants. Avec Zoe di Gallura, le frère d’Urge di Gallura, nous disposons d’un bon cheval pour courir l’année prochaine, en France, par exemple. Il aura 4 ans et c’est un très bon cheval. Nous sommes installés à Pise, près de la mer, avec notre propre piste, mais à seulement dix minutes de celles de San Rossore [où Vincent O’Brien avait envoyé Sir Ivor passer l’hiver précédant sa victoire dans les 2 000 Guinées et le Derby, ndlr]. Le climat nous permet de travailler toute l’année. Les pur-sang arabes sont très à l’aise sur la piste en copeaux de 2 000 mètres. L’endurance se développe beaucoup dans les environs depuis que le cheikh Mohammed Al Maktoum est tombé amoureux de notre région. »

Se confronter à la concurrence internationale

« Il n’est pas facile de venir courir en France : le niveau y est très relevé. Mais nous voulons nous améliorer, trouver de meilleurs chevaux, et pour cela il faut se mesurer à la concurrence internationale quand on a un sujet de qualité. En Italie, nous disposons d’un programme assez riche par rapport au nombre de chevaux à l’entraînement et le niveau reste relativement accessible. Nous pouvons donc les débuter dans un environnement assez facile avant d’aller se confronter aux meilleurs, à l’étranger, pour les valoriser. C’est important pour les éleveurs qui nous confient des chevaux dans un objectif commercial. En ce moment, la situation évolue en Italie. De nouveaux sponsors soutiennent nos courses. Le gagnant de la Qatar Arabian World Cup s’était imposé dans une Listed à Milan, le 1er juillet. Le nombre de juments pur-sang arabes saillies est en augmentation car les éleveurs voient qu’on peut trouver un débouché pour ces chevaux. Beaucoup sont installés en Sardaigne, mais des éleveurs sur le continent achètent des juments, en France par exemple, pour essayer de se mettre à niveau. »