Les secrets de la genèse d’Al Shamoos

26.10.2018

Les secrets de la genèse d’Al Shamoos

Val Bunting, qui manage les intérêts hippiques du docteur Al Nujaifi, l’éleveur d’Al Shamoos (No Risk Al Maury), nous a expliqué : « Le croisement qui a donné cette pouliche a été réalisé pour deux raisons. La première, c’est que nous voulions depuis longtemps essayer de croiser cette jument avec un étalon de la lignée de Nevadour [elle-même issue de Nevada II, ndlr], comme No Risk Al Maury (Kesberoy). C’est un cheval que j’ai suivi tout au long de sa carrière. Et je l’ai toujours beaucoup aimé, en particulier son attitude aux courses et son tempérament. Nous avions planifié cette idée de croisement et c’est à ce moment que le docteur Al Nujaifi, lors du tirage au sort de saillies organisé tous les ans par l’Afac, a gagné la saillie de No Risk Al Maury. C’était donc un signe du destin !

Hamiya (Al Hasim), la mère d’Al Shamoos, n’est pas suitée en ce moment. Nous lui avons accordé une année de repos. Sa sœur par Izz Al Khail est à l’entraînement chez Damien de Watrigant, mais nous avons pris la décision de lui donner du temps et elle ne courra pas avant l’année prochaine, en espérant qu’elle fasse aussi bien que ses deux sœurs à ParisLongchamp ! La mère d’Al Shamoos a un mâle de 3 ans par Hilal Al Zaman qui vient juste d’arriver à l’entraînement chez Charles Gourdain. C’est un poulain que nous aimons beaucoup. Enfin, nous avons une yearling par Burning Sand.

Al Shamoos est toujours sortie du lot. J’ai toujours cru en elle. Déjà, lorsqu’elle était yearling, elle avait la bonne attitude. Rapidement, elle a montré un changement de vitesse peu commun. Mais tant qu’ils n’ont pas couru, on ne peut pas vraiment savoir. Sa mère, Hamiya, avait de la vitesse, mais elle avait également remporté les Oaks d’Irak sur 2 200 mètres. Les succès de sa descendance montrent que le programme d’élevage du docteur Al Nujaifi va dans le bon sens. »

Le coup de deux de Nevada II

L’édition 2018 est la onzième de la Qatar Arabian World Cup, qui est désormais considérée comme le véritable championnat du monde des pur-sang arabes. C’est la deuxième année de suite – et la troisième au total – que le lauréat est issu de la souche de Nevada II (Djanor), une des juments de base du stud-book français. Nous avons étudié en détail cette famille dans le numéro 53 de The French Purebred Arabian. Pour y accéder:  http://www.jourdegalop.com/Account/Download-fpa/2018/_/FPA53_JULY2018BIS.pdf/39689

PRÉSENCE DU SANG DE NEVADA II CHEZ LES LAURÉATS DE LA QATAR ARABIAN WORLD CUP

Édition Lauréat Présent dans le pedigree du père Présent dans le pedigree maternel
2018 Fazza Al Khalediah (*) Oui  Oui
2017 Gazwan (*) Non Oui
2016 Al Mourtajez Oui Non
2015 Al Mourtajez Oui Non
2014 Djainka des Forges Oui Non
2013 Mushrae Non Oui
2012 Mkeefa Non Oui
2011 Areej Non  Oui
2010 Général Non Non
2009 Général Non Non
2008 Lahib (*) Non Oui