Mr. Owen, de la vitesse et un superbe pedigree au Petit Tellier

Élevage / 14.10.2018

Mr. Owen, de la vitesse et un superbe pedigree au Petit Tellier

Issu de deux gagnants de Gr1, lui-même placé au niveau classique, Mr. Owen est un très beau bai, avec de la vitesse. Il s’annonce comme un prospect de premier choix au haras du Petit Tellier. Ce débutant y sera stationné à partir de la saison 2019.

Ces dernières saisons, le haras du Petit Tellier a entamé sa mutation en accueillant de nouveaux reproducteurs qui n’ont pas tardé à trouver leur public, sous l’impulsion de Patrick Chedeville. Les arrivées d’un australien confirmé comme Elvstroem (Danehill) et du lauréat classique The Grey Gatsby (Mastercraftsman) – près de 100 juments pour sa première année de monte, malgré une arrivée tardive au haras – en attestent. Anne-Sophie Yoh Benet, de Yoh Equine Agency, nous a expliqué : « Les propriétaires du cheval – Mr. Owen Partners – m’ont mandatée pour manager sa carrière de reproducteur. Il s’agit d’une première pour la jeune agence que je viens de créer, Yoh Equine Agency. Débuter avec un tel cheval, c’est une chance et je suis honorée par cette marque de confiance. Ses propriétaires et moi-même sommes ravis de travailler avec le haras du Petit Tellier dont on connaît l’expertise et la réussite dans le domaine de l’étalonnage. En outre, et c’est vrai un plus, ce haras a une situation géographique très avantageuse. Mr. Owen Partners va soutenir le cheval, en envoyant des juments, mais également en achetant des produits aux ventes d’élevage en France, en Irlande et en Angleterre. Ce jeune sire a beaucoup d’atouts à faire valoir et ce n’est pas un hasard si Qatar Racing – son précédent propriétaire – a conservé des breedings rights avec la ferme intention de lui confier des mères de qualité. Le haras du Petit Tellier, qui est l’un des plus anciens de France, va lui aussi utiliser les services de ce jeune étalon qui devrait séduire beaucoup d’éleveurs européens. Il toise 1,64m. » Mr. Owen va faire la monte à 3.000 € H.T. et les breeding rights sont proposés à 7.500 € H.T. (une saillie annuelle, plus une deuxième lors des deux premières saisons de monte).

Sa mère était très bonne. Entraînée par François Rohaut, Mrs Lindsay (Theatrical), la mère du cheval, avait gagné le Prix Vermeille (Gr1) devant West Wind (Prix de Diane, Gr1) avant de confirmer dans les E.P. Taylor Stakes (Gr1). Il s’agit de la famille de Dame Dorothy (Bernardini), lauréate des Humana Distaff Stakes (Gr1), d’Unaccounted For (Private Account), gagnant du Whitney Handicap (Gr1), de Mrs. Penny (Great Nephew), gagnante du Prix de Diane, du Vermeille et des Cheveley Park Stakes (Grs1), et d’Hatoof (Irish River), lauréate des Dubai Champion Stakes, des 1.000 Guinées et des Beverly D. Stakes (Gr1).

Une origine paternelle qui fait référence. On ne présente plus Invincible Spirit (Green Desert), le père de Mr. Owen. Auteur de plus de 200 black types individuels, dont 57 gagnants de Groupe, c’est un étalon qui a gravi tous les échelons grâce à la qualité de sa production. L’évolution de son prix de saillie en atteste : proposé à 10.000 € en 2003, il officie désormais à 120.000 € ! Déjà installé parmi les meilleurs sires européens, il est aussi, à présent, à l’origine de plusieurs étalons à succès. C’est le cas de Lawman (54 black types, cinq gagnants de Gr1) en Europe, I Am Invincible (32 black types, dont quatre de Gr1) en Australie et de deux des jeunes étalons de premières générations les plus en vues, Kingman (déjà cinq black types dans sa première production) et Charm Spirit (le père de deux chevaux de Groupe à cette date). Invincible Spirit, et à présent Mr. Owen, représentent la lignée mâle de Green Desert (Danzig) un des plus importants vecteurs de vitesse à haut niveau de l’élevage moderne. On notera par ailleurs que Mr. Owen présente un papier qui lui autorise de nombreux croisements, étant indemne des sangs de Sadler’s Wells (Northern Dancer), Urban Sea (Miswaki) et Danehill (Danzig).  Les éleveurs français apprécieront tout particulièrement l’absence, dans son pedigree, de Linamix (Mendez), Kaldoun (Caro), Kendor (Kenmare)… et autres lignées très largement représentées dans la jumenterie hexagonale.

Placé d’une très bonne édition de la Poule. Poulain avec de la vitesse, Mr. Owen s’est vaillamment défendu pour sa quatrième sortie, la première au niveau Gr1. Après la troisième place dans la Poule d’Essai des Poulains, François Rohaut nous avait expliqué : « Je suis très content de lui. Cela s’est bien passé malgré son numéro à la corde défavorable. François-Xavier Bertras s’en est parfaitement sorti. Nous pensons qu’il sera encore plus efficace en bon terrain. Il n’a encore que peu d’expérience et devrait bien évoluer… Il a pris de sa mère, qui était une vraie guerrière. » Trois ans plus tard, cette édition de la Poule se révèle de premier plan. Le gagnant, Make Believe (Makfi), a ensuite remporté le Qatar Prix de la Forêt (Gr1, devant Limato), alors que le deuxième, New Bay (Dubawi), s’est imposé dans le Prix du Jockey Club (Gr1). Le quatrième, Karar (deuxième et troisième du Qatar Prix de la Forêt, Gr1), le cinquième, Helene Paragon (double gagnant de Gr1 à Hongkong), le sixième, Highland Reel (lauréat de sept Grs1), et le huitième, Muhaarar (quadruple lauréat de Gr1), ont tous par la suite brillé à haut niveau.

La Poule d’Essai a façonné l’élevage français. Le podium des Guinées françaises a profondément marqué les courses et l’élevage de notre pays. Des jeunes étalons comme Style Vendôme (père de Lily's Candle, Qatar Prix Marcel Boussac, Gr1, dans sa première production) ou Intello (père de 13 black types, dont Intellogent, Prix Jean Prat, Gr1) en sont issus. Leurs débuts prometteurs font suite à la réussite de Lope de Vega (Shamardal), Le Havre (Noverre), Shamardal (Giant’s Causeway), Dansili (Danehill), Kingmambo (Mr Prospector), Linamix (Mendez), Kendor (Kenmare), Highest Honor (Kenmare), Blushing Groom (Red God), Riverman (Never Bend), Caro (Fortino)… qui ont tous été classés parmi les trois premiers de la Poule d’Essai des Poulains.

Un record de vitesse. Après ce podium au niveau classique, Mr. Owen a gagné le Prix de Tourgéville (L). Il s’est classé troisième du Prix du Muguet (Gr2), derrière les gagnants de Gr1 Vadamos (Monsun) et Ervedya (Siyouni), puis deuxième du Prix Messidor (Gr3), entre Vadamos et Territories (Invincible Spirit). Le 16 décembre, lors du Prix Lyphard (L), Mr Owen a réalisé une performance peu commune. Il a établi le nouveau record de la piste des 1.900m P.S.F. de Deauville en s’imposant en 1’52’’97 ! Ce jour-là, il dominait City Light ** (Siyouni), futur deuxième des Diamond Jubilee Stakes (Gr1), d’un peu moins de deux longueurs.