PRIX NOIRO - Le Goliath du steeple

Courses / 14.10.2018

PRIX NOIRO - Le Goliath du steeple

AUTEUIL, DIMANCHE

À l’issue du Prix Noiro, Goliath du Berlais (Saint des Saints) a démontré, une fois encore, qu’il était le leader incontestable des steeple-chasers de 3ans grâce à un brillant succès. Invaincu en trois sorties sur les gros obstacles, il faudra être fort pour le faire galoper dans le Prix Congress (Gr2, 3/11). Beau, bien né, encore entier, il donne l’impression d’être un véritable mur infranchissable pour ses adversaires lorsque ces derniers passent à l’attaque.

Un roc ! Fidèle à sa tactique de prédilection, Goliath du Berlais a rapidement pris les devants. Hormis l’oxer sur lequel il a retapé une foulée, il n’a fait aucune faute dans le parcours. À l’amorce du tournant final, le débutant en steeple Royal et Tic (Policy Maker) s’est annoncé et à l’entrée de la ligne droite, il a fait illusion pour la victoire. Mais dès la double barrière franchie, Bertrand Lestrade, jockey de Goliath du Berlais, a laissé aller son partenaire. Calé contre la corde, le représentant de Stéphane Szwarc et Palmyr Racing a accéléré comme un rouleau compresseur. Sur le plat, il n’a eu qu’à filer au poteau pour l’emporter sans opposition. Stéphane Szwarc nous a déclaré : « Ce sont des courses qui me font peur, moi qui ai plus l’habitude des trotteurs ! Aujourd’hui, il a très bien sauté, n’a pas tiré, puis est reparti à la fin. Nous attendions un terrain lourd car plus la piste sera pénible, mieux ce sera pour lui. Le Prix Congress est son objectif majeur. En haies, il manquait de vitesse et, dès le départ, le steeple a été son objectif. Il a couru en haies pour s’endurcir. »

Jamais en danger. Goliath du Berlais transmet à son jockey comme aux spectateurs une grande sérénité. Bertrand Lestrade a d’ailleurs expliqué : « Je ne me suis pas senti en danger. Il court très bien, même si Polirico ** (Cokoriko) est venu me faire galoper un peu tôt. Aujourd’hui, j’étais quasiment certain, au vu de son comportement de l’autre jour, qu’il allait être calme. Il ne fait pas d’effort en sautant. Du coup, il est capable de réaccélérer après la dernière haie. Il transpire tout le temps, il est entier, mais tant qu’il va vite, ce n’est pas très grave ! »

Royal et Tic, la bonne note. Royal et Tic est encore maiden, mais il est certainement le meilleur maiden d’Auteuil. Sur le papier, il était celui qui pouvait avoir la plus grande marge de progrès pour ses débuts en steeple. C’était effectivement le cas. D’abord maintenu dans la seconde moitié du peloton, il a regagné du terrain côté corde pour aller sauter le talus. Puis il s’est retrouvé deuxième après la rivière du huit. Un instant, à l’entrée de la ligne droite, on a pu penser qu’il serait capable de menacer Goliath du Berlais. Mais ce dernier est reparti et Royal et Tic a assuré une probante deuxième place devant l’éternel placé Fantastic Sivola (Noroît), deux fois deuxième du pensionnaire de Guillaume Macaire par le passé. Dans le futur, le poulain de l’écurie Sagara devrait apprécier à la fois l’allongement de la distance et le terrain lourd. Fantastic Sivola devrait encore être là dans le Congress lui aussi. Powder Path ** (Coastal Path) a réalisé des débuts convenables en steeple pour se classer quatrième devant Sunday à Paris (Sunday Break), lequel va progresser sur cette sortie. Il faudra aussi revoir Polirico. En effet, au printemps, il avait battu Goliath du Berlais en haies. Et surtout, ce dimanche, la selle de son jockey, Thomas Gueguen, a avancé à partir du petit open ditch et il n’a pu éviter la chute après la rivière du huit, alors que Polirico avait beaucoup de ressources.

Une mère lauréate du Bournosienne. Comme son nom l’indique, Goliath du Berlais a été élevé par Jean-Marc Lucas. C’est un fils de Saint des Saints, étalon au haras d’Étreham, et de King’s Daughter (King’s Theatre), lauréate du Prix Bournosienne (Gr3) et multiple placée de Groupe sur les haies d’Auteuil. C’est la sœur de Brother du Berlais (Saint des Saints) et de Son du Berlais (Muhtathir), deux gagnants. Deuxième mère de Goliath du Berlais, Bint Bladi (Garde Royale) s’est imposée dans le Prix Bois Rouaud. Elle a été exportée en Irlande. Outre King’s Daughter, elle avait donné Patent Pending (Double Bed), un très bon cheval de plat. Goliath du Berlais appartient à la souche de Tarta Whisky (King of Macedon), mère de Five Fishes (Mujtahid), lauréate du Prix Coronation (L) et deuxième du Prix Corrida (Gr3 à l’époque), Sawasdee (Nikos), French Flag (Diamond Shoal) et Call me Sam (Kaldoun). Que des chevaux black types en plat !

 

 

 

Green Dancer

 

 

Cadoudal

 

 

 

 

Come to Sea

 

Saint des Saints

 

 

 

 

 

Pharly

 

 

Chamisène

 

 

 

 

Tuneria

GOLIATH DU BERLAIS (M3)

 

 

 

 

 

 

Sadler’s Wells

 

 

King’s Theatre

 

 

 

 

Regal Beauty

 

King’s Daughter

 

 

 

 

 

Garde Royale

 

 

Bint Bladi

 

 

 

 

Tkisam