QATAR PRIX CHAUDENAY (GR2) -  Brundtland, faute d’Arc

Courses / 06.10.2018

QATAR PRIX CHAUDENAY (GR2) - Brundtland, faute d’Arc

PARISLONGCHAMP, SAMEDI

Vainqueur du Qatar Prix Niel (Gr2), Brundtland (Dubawi) aurait parfaitement eu le droit de s’aligner dans le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1). Mais son entourage, ne le sentant pas encore venu, a choisi la voie de la facilité, celle du Qatar Prix Chaudenay (Gr2). Bien lui en a pris puisque le poulain de Godolphin est resté invaincu en quatre sorties, après son succès dans le Gr2 de ParisLongchamp, celui dans le Grand Prix de Clairefontaine (L) et celui à Newmarket. En 2019, Brundtland pourrait être un cheval d’Arc. Dans ce Chaudenay, Godolphin et Dubawi ont réalisé le jumelé grâce à Brundtland et Lillian Russell.

Une volonté de gagner hors normes. Comme dans le Prix Niel, Brundtland a paru battu à mi-ligne droite, après avoir animé la course. À ce moment du parcours, Lillian Russell (Dubawi) lui a pris aisément l’avantage en pleine piste, faisant illusion pour la victoire. Brundtland semblait devoir prendre une place. Mais il s’est ressaisi et il est revenu lutter avec Lillian Russell. Dans ce cas de figure, Brundtland est difficile à dominer car il est coriace au combat. Dans les derniers mètres, il a pris une demi-longueur d’avance pour l’emporter sûrement. Son entraîneur, Charlie Appleby, qui a réalisé une grande saison, en France notamment, nous a déclaré : « William Buick a très bien monté Brundtland. Cela fait une autre victoire de Groupe pour Godolphin et Dubawi en France. C'est très agréable de commencer ce meeting par un succès. Il a apprécié l'allongement de la distance, mais l'année prochaine, il devrait revenir sur 2.400m. Il peut devenir un cheval d'Arc. Il va passer l'hiver en Angleterre et nous regarderons son programme pour le printemps sur 2.400m. »

Lillian Russell manque encore d’expérience. Lillian Russell a longuement donné l’impression de pouvoir l’emporter aisément. Mais à la lutte, elle s’est heurtée à un mur nommé Brundtland. Son entraîneur, Henri-Alex Pantall, nous a déclaré : « C'est une pouliche qui progresse. Elle est venue comme pour gagner, mais elle est tombée sur un cheval très dur. Elle manque encore un peu d'expérience et elle a peut-être besoin de se régler un peu. C'est une petite pouliche, mais elle a du cœur et elle est courageuse. Nous pensions avoir fait le plus dur lorsqu'elle a pris l'avantage, mais c'est comme ça. »

LOGO VIDEO

My Swashbuckler réalise la meilleure valeur de sa carrière. Ce mardi, Alain Couétil nous avait dit au sujet de My Swashbuckler (Pour Moi) : « Nous l'avons préparé, au fil des courses, dans cet objectif. Il ne faut pas regarder sa dernière sortie. Par contre, sa troisième place sur 2.200m à Clairefontaine était très bonne. Il était battu par une pouliche qui devrait être au départ du Prix de Royallieu [Maroubra, ndlr]. Mon pensionnaire est en forme et j'attends de lui une bonne performance. » Et c’est effectivement ce qu’il s’est passé samedi. Après avoir patienté en sixième position, My Swashbuckler a réalisé une belle ligne droite pour venir souffler la troisième place à Ziyad (Rock of Gibraltar), qui a eu un excellent parcours dans le dos de Brundtland. Après la troisième place de son protégé, l’entraîneur nous a expliqué : « Il a été un peu allant en partant, mais son jockey a su le détendre et il signe une belle ligne droite. C’est le seul qui refait du terrain et sur plus long, Ioritz Mendizabal pense qu’il aurait pu venir inquiéter les deux premiers. Le gagnant a l’air d’être un très bon cheval. Nous avons un sujet de qualité pour l’année prochaine. Mais dans l’immédiat, je ne sais pas encore ce que nous allons faire avec lui. »

Un jumelé pour Dubawi. Élevé par James Hanly, Brundtland est un fils de Dubawi. Au départ, beaucoup voyaient en lui un petit étalon, dont les premières générations furent boudées aux ventes. Mais le sire de Darley est devenu un grand reproducteur et il approche à grand pas des 250 black types. Sa troisième place dans le Derby fut acquise sur sa classe. Et pour cause, le cheval ne tenait pas 2.400m. Parmi ses cinq meilleurs produits, trois sont issus de pères de mères ayant brillé sur la distance dite classique : Al Kazeem (mère par Darshaan), Dartmouth (mère par Galileo) et Journey (mère par Montjeu). C’est aussi le cas de Brundtland, dont la mère est issue de Hurricane Run (Prix de l'Arc de Triomphe, Derby d’Irlande et King George VI & Queen Elizabeth Diamond Stakes).

PEDIGREE WEATHERBYS

http://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/BRUNDTLAND2.pdf

Le fils d’une placée des Minstrel Stakes. La mère de Brundtland, Future Generation (Hurricane Run), dont il est le premier produit vu en piste, a remporté les Desmond Stakes (Gr3). Elle avait par ailleurs décroché une deuxième place dans les Minstrel Stakes (Gr3, 1.400m) et une quatrième dans les Matriarch Stakes (Gr1). La deuxième mère, par l’améliorateur Indian Ridge (Ahonoora), a produit deux autres black types, Rasmeyaa (New Approach), troisième des Coolmore Stud Fairy Bridge Stakes et des Flame of Tara EBF Stakes (Ls), ainsi que Dancing Breeze (New Approach), troisième des EBF Dick Hern Stakes et des Coral Distaff Stakes (Ls). La troisième mère est Persian Secret (Persian Heights), lauréate du Prix La Sorellina (L). Au haras, elle a notamment donné Seba (Alzao), lauréate des Chesham Stakes (L) et troisième des Mother Goose Stakes (Gr1), ainsi que Do the Honours (Highest Honor), lauréate du Prix de Meautry (Gr3). C’est aussi la famille de l’étalon Verglas (Highest Honor).

 

 

 

Seeking the Gold

 

 

Dubai Millenium

 

 

 

 

Colorado Dancer

 

Dubawi

 

 

 

 

 

Deploy

 

 

Zomaradah

 

 

 

 

Jawaher

BRUNDTLAND (M3)

 

 

 

 

 

 

Montjeu

 

 

Hurricane Run

 

 

 

 

Hold On

 

Future Generation

 

 

 

 

 

Indian Ridge

 

 

Posterity

 

 

 

 

Persian Secret


LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Départ à 1.000m : 1’12’’24

1.000m à 600m : 26’’06

600m à 400m : 13’’74

400m à 200m : 12’’22

200m à l’arrivée : 13’’31

Temps total : 3’17’’64