Quels champions vont briller pour les 48h de l’obstacle ?

Magazine / 15.10.2018

Quels champions vont briller pour les 48h de l’obstacle ?

Par Christopher Galmiche

Ce dimanche à Auteuil ont eu lieu les principales préparatoires aux différentes finales des 48h de l’obstacle. Les champions ont répondu à l’appel : le spectacle sera à la hauteur de l’événement les 3 et 4 novembre ! Quels sont ceux qui vont s’illustrer durant ces deux jours de grand sport ? Éléments de réponse dans les lignes qui suivent !

• EN VUE DU PRIX LA HAYE JOUSSELIN (Gr1, 4/11)

Un grand match à trois se profile

Sur ce que l’on a vu la semaine dernière, dans les Prix Heros XII (Gr3) et Claude Le Lorrain - Joseph Audon (L), la victoire dans le Prix La Haye Jousselin devrait se jouer entre trois chevaux : Saint Goustan Blue (Blue Brésil), Milord Thomas (Kapgarde) et Bipolaire (Fragrant Mix). Saint Goustan Blue a gagné le Heros XII de bout en bout alors qu’il découvrait la piste extérieure. Il a beaucoup consommé certes, mais n’a pas donné l’impression de gagner comme un cheval pour qui les 4.400m représentaient le bout du monde. Seul le Prix La Haye Jousselin nous donnera la vérité sur sa tenue. C’est lors du deuxième tour de piste que l’on saura si Saint Goustan Blue est de la trempe des grands champions d’Auteuil qui ont pu alterner les haies et le steeple au plus haut niveau comme Ubu III, Mid Dancer ou encore Bel la Vie.

Milord Thomas a fait une bonne rentrée dans le Heros XII sous 69 kilos, rendant 2 kilos à Saint Goustan Blue. Il n’a marqué aucune hésitation sur la rivière ou le rail ditch. Le terrain plus lourd et la distance plus longue pourraient lui permettre de prendre sa revanche sur le sauteur de Simon Munir et Isaac Souede dans trois semaines. Mais, là encore, il aura un autre rival de taille sur son chemin. Il s’agit de son tombeur de La Haye Jousselin 2017 : Bipolaire. Sa fin de course dans le Prix Claude Le Lorrain, où il est venu prendre la troisième place, en faisant juste la ligne droite, a été prometteuse. Ce qui est sûr, c’est qu’il est au moins au même niveau qu’en 2017.

Derrière ces trois champions, il y aura plusieurs candidats aux places, comme les compagnons d’entraînement de Bipolaire : Poly Grandchamp (Poliglote), Bob and Co (Dom Alco) ou encore Dieu Vivant (Network). Sur 5.500m, Sainte Turgeon (Turgeon) est aussi capable d’accrocher une place. Des chevaux en provenance de Compiègne ou des gros handicaps peuvent aussi se laisser tenter par La Haye Jousselin.

• EN VUE DU PRIX MAURICE GILLOIS (Gr1, 4/11)

Le suspense demeure

Avec le départ au haras de Whetstone (Saint des Saints) et l’absence de Lou Buck’s (Buck’s Boum), le Prix Orcada (Gr3) permettait de remettre de l’ordre dans la hiérarchie des 4ans. Eludy (Saddler Maker) s’était imposée pour la première fois dans un steeple pour AQPS sur 3.500m. Elle a franchi un grand palier en gagnant brillamment le Orcada. Elle découvrait alors les 4.400m, qui n’ont pas été un problème pour elle. Par le passé, elle a bien fait dans le terrain lourd. Dès lors, elle aura le droit de s’élancer parmi les favorites du Maurice Gillois pour tenter d’imiter Ladykish, Polivalente, Utopie des Bordes et Royale Flag, les quatre femelles lauréates du Gr1 depuis 2003. A priori, si elle refait la même valeur que dimanche, elle sera dure à battre, sauf si un Lou Buck’s au sommet de son art se présente face à elle. Cicalina (Santiago) est un métronome, elle fait les haies et le steeple avec le même brio. Elle fera partie des favoris du grand steeple des 4ans de même que Cat Tiger (Diamond Boy) et Espion Collonges (Anzillero), qui devrait être encore plus performant si le terrain s’alourdit. C’est peut-être même de lui que peut venir le plus grand danger.

• EN VUE DU PRIX CAMBACÉRÈS (Gr1, 4/11)

Tous contre Beaumec de Houelle

Beaumec de Houelle (Martaline) a remporté le Prix Georges de Talhouët-Roy (Gr2) grâce à une belle pointe de vitesse finale. Vainqueur du Prix Robert Lejeune (L), il a déjà passé les deux premières marches pour les 3ans ; reste la plus dure, le Prix Cambacérès. Le 4 novembre, il tentera de faire aussi bien qu’Esmondo, Hippomène et Bonito du Berlais qui avaient réussi le triplé "Robert Lejeune - Talhouët-Roy - Cambacérès". Sur ce que l’on a vu dimanche, il a de fortes chances de réussir. D’autant que le Gr2 préparatoire à la Grande Course de Haies des 3ans s’est disputé à une allure sélective avec une réduction de 1’11”61. Un seul espoir pour les adversaires de Beaumec de Houelle : qu’il pleuve beaucoup et que ce dernier n’apprécie pas le terrain lourd. Car Pic d’Orhy (Turgeon), lui, aimera ce genre de terrain. Il l’a prouvé au printemps et même encore ce dimanche, en déployant une grande action, tout en galopant du genou. Si la piste est pénible le 4 novembre et qu’il applique la même tactique que dans le Talhouët-Roy, ce ne sera pas évident d’aller le chercher. Son compagnon d’entraînement Farnice (Saddler Maker) a tracé un parcours plein de promesses. Venu un peu tôt parmi les premiers en face, le poulain de Franck Deliberos et du haras de Saint-Voir a malgré tout fourni une belle ligne droite pour conclure troisième. On aurait aimé voir Flying Startandco (Cokoriko) dans ce lot, car il aurait sans doute pu prendre une bonne place. Tout comme Pat du Pont (Cokoriko). Dans le Prix Paul’s Cray, il a ouvert son palmarès logiquement. Sans sa chute dans le Prix Royal Junior, il aurait peut-être couru le Gr2 dominical dans lequel il aurait pu faire galoper Beaumec de Houelle. Dimanche, il a maîtrisé sa course d’un bout à l’autre. Lorsqu’il a mis un coup d’accélérateur à la sortie du tournant final, personne n’a pu lui résister. Vu son modèle, on va certainement entendre parler de lui l’année prochaine. Une chose est sûre, c’est un cheval de Groupe.

• EN VUE DU GRAND PRIX D’AUTOMNE (Gr1, 3/11)

Galop Marin, le phare des hurdlers d’âge

Récompensé de sa régularité au plus haut niveau l’an dernier avec une victoire dans le Prix Léon Olry-Roederer (Gr2), Galop Marin (Black Sam Bellamy) avait souvent subi la loi de De Bon Cœur (Vision d’État) et d’Alex de Larredya (Crillon). Sans ces deux chevaux, il a pris place provisoirement au sommet de la hiérarchie des hurdlers. Mais autant son succès dans le Prix de Compiègne (Gr3) a été facile, autant celui du Prix Carmarthen (Gr3) a été plus dur à décrocher. La faute à… une faute sur la dernière haie ! Ce qui l’a obligé à une vive lutte face à Titi de Montmartre (Montmartre), Dalia Grandchamp (Kapgarde) et Miss Salsa Blue (Blue Brésil). Le tout sous la chaleur et une piste rapide. Il faut donc espérer qu’il ne se ressente pas de ces efforts en vue du Grand Prix d’Automne (Gr1). Dans ce cas, il sera dur à déloger de son nouveau piédestal car, s’il a gagné les Prix de Compiègne et Carmarthen, il peut faire encore mieux sur plus long et plus lourd. Il ne faut pas non plus oublier un cheval comme Azucardel (Della Francesca), qui peut aussi s’orienter vers le Gr1 après son succès dans le Prix Claude Le Lorrain-Joseph Audon (L), et Roxinela (Muhtathir), capable de faire aussi bien les haies que le steeple.

• EN VUE DU PRIX CONGRESS (Gr2, 3/11)

Tout est clair et limpide !

Quasiment tous les ans, Guillaume Macaire remporte tout ou presque chez les steeple-chasers de 3ans à Auteuil mais, généralement, il le fait avec plusieurs chevaux. Cette année, un seul et même 3ans a gagné les trois premiers steeples de 3ans sur la butte Mortemart : Goliath du Berlais (Saint des Saints). Le représentant de Stéphane Szwarc a gagné les Prix Weather Permitting, Kargal et Noiro, soit les trois courses qui mènent au Prix Congress. À chaque fois en allant devant avant de repartir à la fin. À chaque fois, en affrontant de nouveaux venus ambitieux qui se sont cassé les dents sur lui. Parfois, lors des steeples de 3ans, on peut se dire que tel ou tel cheval pourra prendre sa revanche sur plus long. Mais pas les adversaires de Goliath du Berlais car il fera les 4.400m au vu de sa façon de finir ses courses. Dès lors, sauf incident, le Congress lui est promis. Derrière lui, il y a de très bons chevaux comme Fantastic Sivola (Noroit), qui confirme à chaque sortie, par sa régularité, qu’il est le dauphin tout indiqué de Goliath du Berlais. Du Prix Noiro, il faut surtout retenir le parcours de Royal et Tic (Policy Maker). Même s’il sera certainement mieux sur 4.400m, il a de quoi devenir l’un des bons éléments de sa génération. Du reste du lot du Noiro, il faut retenir Sunday à Paris (Sunday Break), qui a connu un contretemps suite à sa troisième place dans le Prix Weather Permitting. Il devrait finir beaucoup plus près le 3 novembre. Il faudra aussi se souvenir que Polirico (Cokoriko) a joué de malchance avec la selle de son jockey, qui a tourné alors qu’il avait encore beaucoup de ressources. Et qu’il avait dominé Goliath du Berlais sur les haies au printemps…

Des chronos et un temps propices aux problèmes de santé

La pluie se faisant toujours désirer, le terrain d’Auteuil était plutôt rapide ce dimanche. Preuve en est certaines réductions kilométriques affichées dans les Prix Georges de Talhouët-Roy (Gr2-1’11”61), Carmarthen (Gr3-1’10”30) et Paul’s Cray (1’11”77). Dans ces trois cas, les chevaux sont passés sous la barre des 1’12” qui, selon les statistiques, est moins accidentogène. Ce dimanche à Auteuil, il faisait aussi lourd et chaud et quelques chevaux ne sont pas rentrés en bonne forme et ont fait des malaises. Dès lors, il faudra tenir compte de ces paramètres d’ici trois semaines car les performances dominicales peuvent avoir laissé des traces suffisamment durables pour entraîner une contre-performance le jour J.