Révision des valeurs handicaps : François Boulard explique

Institution / Ventes / 16.10.2018

Révision des valeurs handicaps : François Boulard explique

Le Conseil d’administration de France Galop, réuni ce lundi, a validé les principes de révision des valeurs handicaps.

À la lumière de ce texte, voici ce qui est mis en œuvre désormais :

- Tout engagement d’un cheval dont la valeur ne correspondrait pas aux conditions de la course sera non valable. Une révision de valeur postérieure à un engagement ne peut être qualificative pour l’épreuve en question.

- Tout engagement supplémentaire d’un cheval dans une course pour laquelle il ne remplissait pas les conditions de valeur à l’engagement initial sera non valable. Une révision de valeur postérieure à un engagement ne peut être qualificative pour l’épreuve en question.

- Toute modification de valeur non consécutive à une performance récente sera motivée par écrit par les handicapeurs sous 24 heures, sur leur blog, accessible depuis la page d’accueil de France-galop.com.

Directeur programmes et régions à France Galop, et responsable du service des handicapeurs, François Boulard a bien voulu expliquer les raisons pour lesquelles ces nouvelles règles ont été édictées, et ce qu’elles signifient au quotidien pour les socioprofessionnels…

 

Jour de Galop. – Quels sont les principaux changements que ces nouvelles règles impliquent ?

François Boulard. – Une vigilance accrue de chacun et une plus grande transparence. En effet, jusqu’à présent, les entraîneurs pouvaient engager dans des handicaps de catégorie ou des courses à conditions avec valeur handicap des chevaux dont la valeur était supérieure à la limite fixée. Par exemple un cheval en valeur 31 dans un handicap de catégorie réservé aux chevaux de moins de 30. À ce moment-là, les handicapeurs pouvaient ré-estimer la valeur des chevaux de façon à ce qu’ils entrent dans l’épreuve, parce que les valeurs accordées lors des précédentes performances avaient pu être surévaluées.

 

Pourquoi avoir changé les règles ?

Parce que ce n’était pas une méthode suffisamment transparente. Les handicapeurs travaillent dans l’intérêt de tous, pour que tous les chevaux soient réellement compétitifs. La révision des valeurs s’appuie exclusivement sur des réalités bien établies, sur le verdict de la compétition. L’usage qui consistait à réviser certaines valeurs après l’engagement pouvait susciter des interrogations. On a eu l’exemple cet été d’un cheval qui a été baissé d’une livre à son engagement dans un handicap support d’événement et a ainsi pu être supplémenté le même jour dans une course à conditions avec une valeur handicap à laquelle il n’était pas qualifié par sa valeur à la date de l’engagement initial. Nous avons donc voulu rendre le processus plus clair et éviter ce type de situation très mal comprise sur le coup.

 

Si les handicapeurs ne peuvent plus réviser une valeur après un engagement, comment les entraîneurs pourront-ils s’organiser ?

Il leur reviendra de signaler les cas qui, à leurs yeux, mériteront une révision avant de faire leur engagement. Et si la valeur du cheval en question est effectivement révisée, les handicapeurs publieront une explication sur leur site dans les 24 heures. Chacun pourra ainsi s’assurer de la bonne marche du système et comprendre les raisons pour lesquelles chaque révision effectuée dans ce contexte a pu avoir lieu. C’est aussi un outil pédagogique.

 

Vous avez aussi modifié les règles pour les supplémentations dans les courses à valeur handicap…

Oui, pour éviter que des chevaux dont la valeur a évolué après les engagements puissent alors entrer dans une course. Il nous a semblé que les parieurs ainsi que l’entourage des autres concurrents pouvaient se méprendre dans certaines situations. C’est d’ailleurs pour améliorer la compréhension du travail des handicapeurs par les parieurs comme par les socioprofessionnels que nous publions cette semaine un Guide des handicaps sur le site de France Galop, vers lequel je vous renverrais volontiers. Il me semble qu’il résume bien ce qu’il faut savoir sur les handicaps et l’établissement des valeurs des chevaux.