Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

THE EVEREST - Redzel, le maître de l’escalade

International / 13.10.2018

THE EVEREST - Redzel, le maître de l’escalade

ROYAL RANDWICK (AU), SAMEDI

Douze mois après son premier titre, Redzel (Snitzel) a encore réussi son ascension de l’Everest, le sprint le plus riche du monde avec ses treize millions de dollars australiens, soit huit millions d’euros. Il l’a fait à sa façon, de bout en bout et, cette fois, sans forcer. Lors de la première édition, sur le terrain bon léger, il avait trouvé pendant 800m la compagnie de la petite bombe Houten. Ce samedi à Royal Randwick, il a dansé sur le terrain lourd, en magnifique solitaire. Ses adversaires l’ont regardé sauter de la boîte à la corde et Kerrin McEvoy a endormi la course au point qu’il a passé le premiers 800m en 47’’37. Les autres n’ont pas pu l’attraper quand il a démarré à la fin du tournant. Redzel s’est imposé d’une grande longueur sur Trapeze Artist, pour un jumelé Snitzel, alors que le Godolphin Osborne Bull (Street Cry) est venu s’emparer de la troisième place avec un finish bizarre le long de la lice des tribunes.

Sur les traces de Winx. Le chrono de Redzel (1’12’’03) n’a pas fait sensation. Dans le Kosciuszko (la montagne la plus haute d’Australie) et ses 1,25 million de dollars, les sprinters entraînés à la campagne ont réalisé le parcours en 1’12’’01. Redzel a confirmé que dans ce genre de sport, le sprint avec tournant, il était imbattable chez lui. Le pensionnaire de Peter et Paul Snowden a enregistré son quatorzième succès en 28 sorties et a augmenté ses gains à 15,37 millions, soit 9,45 millions d’euros. La championne Winx (Street Cry) le devance encore dans le classement aux gains avec 19,88 millions de dollars australiens.

Snowden, le philosophe. Redzel a failli ne pas courir. Son entourage a été obligé de le déclarer non partant dans la course préparatoire, The Shorts, suite à une élongation musculaire. Son entraîneur, Peter Snowden, a expliqué : « Tout le monde pensait qu’il fallait oublier nos rêves de doublé, mais j’ai toujours gardé ma confiance dans le cheval. Il ne faut jamais lâcher le morceau dans ce sport. Il faut tout simplement travailler dur et remettre le train en marche. »

US Navy Flag avec des excuses. L’Europe était représentée par US Navy Flag (War Front). Le pensionnaire d’Aidan O’Brien s’est classé neuvième, à dix longueurs du lauréat. Avant de taper sur le sujet du manque de compétitivité des sprinters du Vieux Continent, il faut bien regarder la course. US Navy Flag a raté son départ, est revenu dans le peloton et a payé ensuite le prix de cet effort. Ryan Moore a dit : « Il a été fortement gêné par le terrain lourd. » En bon terrain et avec un départ correct, il aurait pu jouer un rôle. Les sprinters australiens sont très forts mais il ne vivent pas sur une autre planète.