Winx, un vrai roman de science-fiction

International / 28.10.2018

Winx, un vrai roman de science-fiction

Madame s’est rendue à la plage, celle d’Altona Beach, où elle se promène après chaque victoire à Melbourne. Routine quotidienne après les jours de gloire. Winx (Street Cry) c’est une championne au naturel et c’est là que réside son secret. Elle a gagné 29 courses consécutives, dont 22 Grs1. Elle a battu le record de Frankel (Galileo), Zenyatta (Street Cry) et Hurricane Fly (Montjeu) en remportant coup sur coup dix Grs1. Quatre succès dans le Cox Plate ont encore un peu plus forgé la légende. Surtout si on compare cette course australienne avec l’Arc de Triomphe. Verra-t-on un jour un crack capable de gagner quatre fois la course phare de ParisLongchamp ? Même avec des stars comme Trêve (Motivator) et Enable (Nathaniel), cela paraît difficilement imaginable… On peut rêver d’un troisième succès d’Enable en 2019, mais pour un éventuel quatrième, en 2020, la jument serait âgée de 6ans. Cela paraît peu probable.

Par Franco Raimondi

Gagnante pour ses débuts à 2ans. Winx va plus loin que notre imagination. Dans le Cox Plate,  elle en était à sa 39e course. Sa carrière a débuté en juin 2014 avec un succès sur 1.100m, à Warwick Farm. Elle était alors, selon le calendrier de l'hémisphère nord, une pouliche de 2ans. Et elle a gagné une autre course avant la fin de sa première saison. Winx a remporté son premier Groupe, les Furious Stakes (Gr2), trois mois après ses débuts, connaissant ensuite un passage à vide : quatre courses sans un seul succès. Winx n’a pas été ménagée lors de sa saison de 3ans, avec dix sorties, puis une coupure de trois mois. Et c’est à cet âge qu’elle a connu sa dernière défaite, le 11 avril 2015, dans les ATC Oaks (Gr1). Sept semaines après, elle a gagné son premier Gr1, les Queensland Oaks (Gr1, 2.200m).

Courses et vacances, la bonne formule. Chris Waller a géré au millimètre la suite de la carrière. Les Australiens appellent preparation un cycle de trois mois suivi d’un temps de repos. Son premier Cox Plate est arrivé après deux courses de mise en forme. Elle a eu un break et puis quatre courses en sept semaines (trois Grs1), dont le Doncaster Mile. Nouveau break et quatre courses en neuf semaines, dont le deuxième Cox Plate. Vacances et quatre courses en huit semaines, dont les Queen Elizabeth Stakes (Gr1). L’année dernière, elle n’a pas couru pendant quatre mois. Mais après son retour, elle a couru cinq fois en dix semaines avant de partir en décompression après le troisième Cox Plate. Winx a gagné en avril les Queen Elizabeth, avec deux courses de préparation en l’espace de six semaines. Le programme en vue de son quatrième Cox Plate a été le même que celui utilisé pour le deuxième.

Et le cinquième ? Son copropriétaire Peter Tighe a déjà annoncé qu’un cinquième essai dans le Cox Plate était hors de question. La jument aurait 8ans et, surtout, le Cox Plate est une course de printemps en Australie, qui coûte une année de production à une poulinière. En revanche, si après les vacances, elle a encore envie de galoper, Winx se lancera dans une autre preparation en vue des Queen Elizabeth Stakes, en avril.

Et pourquoi pas le haras dans l’hémisphère nord ? Une des raisons fournies par le propriétaire pour la garder à l’entraînement,  c’est que la saison de monte est déjà trop avancée. Elle pourrait avoir son premier foal en novembre 2019, voire plus tard. Mais dans l’hémisphère Nord, elle pourrait l’avoir en mai. Trop tard. Et pourtant avec un peu d’imagination… La championne de tous les records pourrait être saillie en suivant la saison nord par un grand étalon australien (son pedigree est libre de Danehill) avant de partir pour l’Europe (Galileo et Dubawi sont "croisables" avec une 3x3 sur Mr Prospector) ou le Japon (Deep Impact). C’est un peu de la science-fiction, d’accord, mais tout ce qu’elle a fait n’appartient pas au domaine de la réalité. 

Le défi avec Cracksman. Un produit de Winx en Europe serait une petite compensation pour les turfistes qui n’ont pas eu droit à l’applaudir sur un hippodrome. C’est dommage, mais à notre époque, les champions n’ont pas de drapeaux et j’aime Winx comme si elle était entraînée à Trenno. Dernière note : le défi Cracksman-Winx peut bien avoir lieu. Certes, il ne s’agit pas du vrai Cracksman mais du son homonyme australien, un 3ans par Zoustar qui a fait ses débuts ce dimanche avec une troisième place à Sale.