Agir

Le Mot de la Fin / 15.11.2018

 Agir

Dans son livre Pour en finir avec le Moyen Âge (éditions du Seuil), l’historienne Régine Pernoud évoque la restauration de monuments médiévaux à partir des années 1950 : « On a enfin compris qu’en ce domaine tout devait venir de l’initiative privée, celle-ci suivie, contrôlée, encouragée par les pouvoirs publics – puisque, pour la restauration comme pour les fouilles proprement dites, la bonne volonté ne peut suffire (…) [mais on] ne peut rien faire de sérieux sans [bonne volonté]. »

Il y a, dans cette formule, une adaptation de la célèbre antienne : « Aide-toi et le ciel t’aidera. » Mais pas seulement. Il faut aussi lire deux choses. Premièrement : l’initiative privée est primordiale ; sans elle, rien ne se fera de sérieux. Deuxièmement : le rôle de l’État peut être de contrôler et de conseiller, il doit être d’encourager (en particulier d’encourager financièrement)… mais il ne doit être en aucun cas de décider ni d’agir à la place des acteurs d’un univers.

Voilà des leçons très éclairantes, dans la période que nous vivons – émaillée par le rapport étatiste et technocratique d’un ancien ministre des Finances et par une certaine frilosité des dirigeants des courses à prendre le taureau par les cornes. Agissons, que diable ! Car si nous ne réformons pas notre sport, ou bien il mourra ou bien l’État l’annexera.