Cartier Awards : Roaring Lion devance Enable à la photo

International / 14.11.2018

Cartier Awards : Roaring Lion devance Enable à la photo

La grande Enable (Nathaniel) a fini très fort, en pleine piste, poussée par les voix des journalistes et des handicapeurs et le vote populaire. Elle n’a pas réussi rattraper le fuyard Roaring Lion (Kitten’s Joy), qui avait pris une énorme avance avec le classement aux points sur les résultats des Groupes, et le gris a conservé le titre de Cheval de l’année, annoncé mardi soir au gala Cartier, à Londres. Le cheikh Fahad Al Thani, propriétaire avec ses frères du Cartier Horse of the Year, a dit avec humour : « Quand Roaring Lion a gagné à Ascot, Sa Majesté la reine d’Angleterre m’a dit que j’avais le droit de crier et de m’amuser. J’espère en avoir encore le droit après ce que j’ai fait… » La course virtuelle entre les deux champions a pris l’allure d’un match sur 2.000m : Roaring Lion a pris le meilleur sur une pointe, la pouliche a refait du terrain et aurait gagné sur plus long. Leur entraîneur l’avait dit dans une interview quelques jours avant l’annonce : le mâle sur 2.000m, la femelle sur 2.400… Au moment de la remise des trophées il a expliqué : « Nous avons eu de la chance de tomber sur un poulain et une pouliche d’une telle qualité. Roaring Lion a progressé avec le travail. Enable est une pouliche très fière, avec beaucoup de sérénité. Ce n’est pas facile de revenir au top-niveau mais elle a eu la force de le faire. »

C’est dur pour les vieux… Le système choisi pour attribuer les Cartier Awards tient compte pour 30 % des points gagnés par les chevaux dans le Groupes alors que le vote du jury technique (journalistes et handicapeurs) et le vote populaire pèsent chacun pour 35 %. L’immense Frankel (Galileo) et Ouija Board (Cape Cross) restent les seuls à avoir gagné la couronne de Horse of the Year à deux reprises depuis 1991. Frankel est aussi le dernier cheval d’âge qui a remporté le titre absolu, en 2012, et le score des vieux est de sept sur vingt-huit.

Razzia Gosden : cinq titres. John Gosden a fait une razzia avec cinq titres. Roaring Lion a aussi été élu meilleur mâle de 3ans. Chez les stayers et les mâles de 2ans, pas de surprise avec les succès de Stradivarius (Sea the Stars) et de Too Darn Hot (Dubawi). Le seul entraîneur ayant décroché cinq trophées avant lui est Aidan O’Brien, qui avait dominé 2016 avec Minding (Galileo) et ses deux titres, Found (Galileo), Order of St George (Galileo) et Churchill (Galileo). C’est drôle : les deux ont remporté leurs titres dans les mêmes catégories.

Ballydoyle les mains vides. Le choix était plus compliqué dans trois catégories : les sprinters, les pouliches de 2ans et de 3ans. Laurens (Siyouni) n’a pas réussi à mettre sa tête devant celle d’Alpha Centauri (Mastercraftsman) qui aurait aussi remporté le titre – qui n’existe pas – de Champion miler. La lauréate du Prix de l’Abbaye de Longchamp Longines Mabs Cross (Dutch Art) a gagné chez les sprinters, une catégorie dans laquelle le "FR" Sands of Mali (Panis) avait terminé avec le plus de points acquis sur les pistes. Il était difficile de détacher une pouliche de 2ans mais le jury et le vote ont confirmé ce qui s’était passé en piste, où Skitter Scatter (Scat Daddy) a toujours battu les Aidanettes. L’année, pour Ballydoyle, n’a pas été inoubliable : pour la première fois depuis 2004, Aidan O’Brien est réparti les mains vides.