Dans le numéro 1656 de JDG… - Quand le PMU affichait des résultats records

Institution / Ventes / 17.11.2018

Dans le numéro 1656 de JDG… - Quand le PMU affichait des résultats records

EN ROUTE VERS LES #4.000

Cela paraît si loin ! Et pourtant, le 6 avril 2012, il y a six ans et demi, nous annoncions les chiffres records enregistrés par le PMU en 2011. Pour la première fois, l’opérateur passait la barre des 10 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Le résultat net s’établissait à 876,2 millions d’euros, soit une hausse de 10,8 %.

L’année 2010 avait été marquée par l’ouverture du marché des paris en ligne. Le PMU avait pris l’option de se diversifier, et Philippe Germond expliquait, à l’issue de cette année décisive : « Le PMU va bien. L’année 2010, que l’on pouvait voir comme une année de menace, s’est en fait transformée en une année d’opportunités. Tout en consolidant le pari hippique, nous avons réussi notre diversification. »

On connaît les recettes qui ont permis cette hausse. Elles étaient essentiellement liées à l’augmentation de l’offre.

Dès 2013, crise économique oblige, on a commencé à parler de « baisse maîtrisée du produit brut des jeux ». Le résultat net avait reculé à 854 millions d’euros. L’année suivante, il s’établit à 850 millions d’euros, puis à 807 millions d’euros en 2015. En 2016, il passe sous la barre des 800 millions d’euros, à 796 millions d’euros. En 2017, pour la première fois depuis 2012, l’activité hippique a connu un regain d’activité, et le résultat net s’est établi à 793 millions d’euros. De recul en repli, il a bien fallu réagir et, en juin 2017, Édouard de Rothschild annonçait les grandes lignes de son plan d’économies, incluant une baisse de 25 millions d’euros des encouragements. Après des discussions (parfois houleuses), ce plan a été aménagé puis adopté, fin octobre…