GRAND PRIX D’AUTOMNE (GR1) - Galop Marin au sommet

Courses / 03.11.2018

GRAND PRIX D’AUTOMNE (GR1) - Galop Marin au sommet

GRAND PRIX D’AUTOMNE (GR1)

Galop Marin au sommet

Troisième de l’édition 2017, Galop Marin (Black Sam Bellamy) était le logique favori de ce Grand Prix d’Automne (Gr1). En l’absence de la championne De Bon Cœur (Vision d’État) et d’Alex de Larredya (Crillon), tous les deux sur la touche, il pouvait espérer briller enfin au plus haut niveau. Récent vainqueur des Prix de Compiègne et Carmarthen (Grs3), le représentant de la famille Papot a de nouveau prouvé qu’il était plus fort que jamais, offrant par la même occasion un premier Gr1 à son jockey, Morgan Regairaz. L’alezan a réalisé une véritable démonstration et a mis un uppercut à ses adversaires en s’imposant de… quinze longueurs ! La course promettait d’être rythmée avec sa participation et celle du brillant Azucardel (Della Francesca), et ce fut effectivement le cas. Les deux rivaux sont partis en tête sur les chapeaux de roue, et l’on pouvait craindre qu’ils s’usent mutuellement à cette cadence, car la route était longue. Ils ont commencé à se détacher du reste du peloton au bout de la ligne d’en face, pendant le premier tour. Azucardel a pris seul l’avantage à la sortie du tournant, se montrant ensuite fautif sur la future dernière haie du parcours. Réprimandé par son jockey au début du deuxième tour, il a commencé à montrer des signes de fatigue et Galop Marin en a profité pour reprendre les commandes de l’épreuve. Appuyé contre le rail extérieur dans la ligne opposée, le pensionnaire de Dominique Bressou n’a fait que prendre du champ sur ses rivaux grâce à sa grande action et la cause était déjà entendue entre les deux dernières haies. Miss Salsa Blue (Blue Brésil) n’a pu que le regarder filer sur le plat, mais elle s’est montrée courageuse pour conserver la deuxième place face à sa compagne d’entraînement Dalia Grandchamp (Kapgarde). Titi de Montmartre (Montmartre) se classe quatrième, précédant Le Rocher (Saint des Saints).

Vers un doublé dans le Léon Olry-Roederer ? Dominique Bressou, entraîneur du lauréat, nous a dit : « On a toujours la pression lorsque l’on est favori dans ce genre d’épreuves. J’ai eu un peu peur qu’il soit trop motivé en partant, car Azucardel se tenait à une demi-longueur de lui. Ils auraient pu se tirer la bourre tous les deux et mon cheval aurait pu en faire les frais, ce qui n’a heureusement pas été le cas. Je pense que Galop Marin mûrit bien, il arrive à être assez sage et à se poser. C’est un cheval qui a du braquet, qui aime bien avancer et aller à sa propre vitesse. Aujourd’hui, il a répété ses deux courses préparatoires. Bravo à toute mon équipe et à Morgan Regairaz ! Je lui avais dit un jour de le monter de façon plus sage, mais il m’avait dit qu’il fallait ne pas se battre avec et le laisser galoper. Il avait raison ! Si le cheval récupère bien, il pourrait remettre son titre en jeu dans le Prix Léon Olry-Roederer (Gr2) à la fin du mois. »

Une course qui commençait mal pour la famille Papot. La famille Papot aurait dû être triplement représentée au départ de cette épreuve. Cependant, Sainte Turgeon (Turgeon) a occasionné un faux départ en refusant de s’élancer au lâcher des élastiques et elle a été déclarée non-partante à la dernière minute. Patrick Papot a déclaré : « Ce sont des courses difficiles à vivre, car il ne faut pas les perdre. Sainte Turgeon n’a pas pris le départ, cela ne commençait donc pas très bien. Ensuite, Azucardel est venu nous embêter un peu, mais cela fait partie du jeu. Mais après, le rouleau compresseur est parti en face, et quand il a fait parler son braquet, il a fait très mal aux autres. Il a gagné facilement et il progresse. Nous ne battrons jamais De Bon Cœur, car c’est une extraterrestre, mais il est sur la montante. Nous avons connu des années plus difficiles, ce n’est pas simple de rester au top niveau. Notre écurie a remporté deux Grs1 en 2018 et on a toujours autant envie de pleurer lorsque l’on gagne des courses comme celle-là. »

Miss Salsa Blue, la belle surprise. Lauréate de l’édition 2017 du Prix Sytaj (Gr3), Miss Salsa Blue restait sur une quatrième place dans le Prix Carmarthen. Elle avait déjà prouvé sa tenue en steeple, mais le rythme des courses de haies n’est pas le même et la distance de ce Gr1 constituait un point d’interrogation. La jument de Catherine Coiffier a levé les doutes haut la main, réalisant la meilleure performance de sa carrière pour son premier essai au plus haut niveau. Son entraîneur, François Nicolle, nous a confié : « Je suis très content de Miss Salsa Blue, très agréablement surpris. J’avais peur de la distance, mais ce sont des courses rythmées comme celle-ci qu’il lui faut. Ainsi, elle ne tire pas, elle respire et elle peut aller au bout du monde. Galop Marin m’a quand même "scotché". »

Dalia Grandchamp, moins tranchante que par le passé. L’entraîneur royannais présentait également Dalia Grandchamp, dont on pouvait attendre mieux dans ce terrain et sur cette distance. Elle venait de prendre la troisième place du Prix Carmarthen et sa belle performance dans la Grande Course de Haies d’Auteuil (Gr1) au printemps laissait croire qu’elle avait une très belle carte à jouer ce samedi. François Nicolle nous a dit : « Dalia Grandchamp a pas mal de problèmes de santé, c’est compliqué avec elle. Elle est moins tranchante qu’elle ne l’a été dans le passé. J’ignore si elle restera à l’entraînement l’année prochaine, ou alors peut-être pour aller sur le steeple. Mais il faut en discuter avec ses propriétaires. Pour la suite, nous allons les laisser rentrer. Il ne faut pas se tromper : ce sont de vraies courses. »

Lien weatherbys http://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/Galop-Marin-1.pdf

Urban Sea, aussi sur les obstacles. Galop Marin est un fils de Black Sam Bellamy (Sadler's Wells). Ce dernier a déjà produit The Giant Bolster (deux fois placé de Gr1 à Cheltenham), Sam Spinner (JLT Rêve De Sivola Long Walk Hurdle, Gr1)… et Galop Marin (Grand Prix d’Automne, Gr1). À ce jour, trois fils d’Urban Sea (Miswaki) ont déjà produit des gagnants de Groupe sur les obstacles français : Galileo (Sadler’s Wells), Urban Ocean (Bering) et Black Sam Bellamy… Déjà omniprésente dans les pedigrees de plat, Urban Sea est partie à la conquête de ceux d’obstacle. Six fils ou petit-fils de Galileo ont fait la monte en 2018 en tant que père de sauteurs !

Le neveu de Gaélic Ocean. Élevé par M. R. Fleming et M. A. Molloy, Galop Marin a été cédé 13.000 € à l’Agence FIPS aux ventes Tattersalls. Il est issu de la "FR" Great Jane (Great Palm), exportée en Grande-Bretagne et gagnante sur le steeple de Kelso. Cette dernière a donné Diego Manchego (Kalanisi), placé sur les haies de Wexford. Great Jane est la sœur de plusieurs bons éléments comme Gaélic Ocean (Urban Ocean), vainqueur du Prix de Pépinvast (Gr3) et quatrième du Prix Alain du Breil (Gr1), Gaélic Joy (Turgeon), lauréate du Prix Gérald de Rochefort (L) et Gaélic Beauty (Garuda), troisième du Prix Finot (L). Il s’agit de la famille de Gaélic Lord (Révoque), gagnant du Prix Altipan (L) en plat. C’est la famille de l’étalon Graveron (Mille Balles), placé du Prix du Point du Jour (L), puis père de bons sauteurs dans le Limousin, à l’image de Soldatino (JCB Triumph Hurdle, Gr1 à Cheltenham), Grain de Sable (triple vainqueur du Prix Jean Granel), Sarako (Grand Cross de Craon, L)…

Northern Dancer

Sadler’s Wells

Fairy Bridge

Black Sam Bellamy

Miswaki

Urban Sea

Allegretta

GALOP MARIN (H6)

Manila

Great Palm

Hat Tab Girl

Grear Jane

Hero’s Honor

Gaelic Jane

Gaélique