Lady Aurelia, 7,5 millions à la Banke

International / 05.11.2018

Lady Aurelia, 7,5 millions à la Banke

Les millions volent comme les papillons au Kentucky, même au mois de novembre. Ce dimanche, la grande boutique de Fasig-Tipton offrait un catalogue impressionnant en termes de qualité, et le marché a répondu. Le plus beau fleuron de la vente, la bombe Lady Aurelia (Scat Daddy), ne pouvait pas rivaliser avec les deux stars de l’année dernière, les championnes Songbird (Medaglia d’Oro) et Tepin (Bernstein), qui avaient affiché respectivement 9,5 et 8 millions de dollars. Barbara Banke, qui était associée sur la pouliche avec Peter Leidel, a dû monter jusqu’à 7,5 millions pour s’en assurer la pleine propriété. Lady Aurelia avait remporté les Queen Mary Stakes (Gr2) par sept longueurs et le Darley Prix Morny (Gr1) à 2ans. Elle avait ensuite gagné à 3ans les King’s Stand Stakes (Gr1). Barbara Banke l’a élevée et l’avait vendue 350.000 $ aux ventes de Keeneland, en septembre. D’après les rumeurs, elle aurait même payé plus cher pour la défendre et c’est Boyd Browning, président de Fasig-Tipton, qui a posé l’enchère gagnante pour Stonestreet Thoroughbred, la griffe de Barbara Banke. Elle avait déjà acquis la part de George Bolton, un autre associé de la première heure, et a expliqué : « C’était le plan et on l’a suivi. Lady Aurelia avait du muscle et de la vitesse, j’espère qu’elle va transmettre cela à ses produits. À présent, il faut choisir le premier étalon, elle peut aller en Europe ou rester aux États-Unis. » John Sikura, qui gère les étalons de Stonestreet chez Hill’n’Dale Farms, a suggéré Curlin (Smart Strike), le champion maison.

Mandy Pope, 80 millions en huit ans. Mandy Pope a fait le coup de deux pour acheter la mère et la fille. Elle a payé 4,4 millions pour la multiple gagnante de Gr1 Stopchargingmaria (Tale of the Cat), qui est pleine de Tapit (Pulpit), et 1,9 million pour sa foal par Pioneerof The Nile (Empire Maker). Sous la griffe Whisper Hill Farm, elle a aussi acheté American Gal (Concord Point) pour 3 millions et sa propre sœur, America’s Starlet, pour 550.000 $. Elle a donc dépensé 9,85 millions de dollars. Depuis 2011, l’année de son premier achat millionnaire, Mandy Pope a investi presque 80 millions de dollars dans l’achat de femelles.

Godolphin et Coolmore font leur shopping. Ceux qui pensaient voir Lady Aurelia partir pour Coolmore ou Godolphin ont été déçus, mais les deux géants ont quand même fait leur shopping bien ciblé. Les Irlandais ont payé 3,5 millions pour la gagnante de Gr1 Daddys Lil Darling (Scat Daddy), âgée de 4ans, qui est aussi une demi-sœur de Mongolian Saturday (Any Given Saturday), lauréat du Breeders’ Cup Turf Sprint (Gr1). Pour le même prix, les émissaires du cheikh Mohammed Al Maktoum ont acheté une autre gagnante de Gr1, la 4ans Pretty City Dancer (Tapit), qui est pleine de Medaglia d’Oro (El Prado).

Treize millionnaires pour les étrangers. Les investisseurs étrangers ont acheté 13 des 21 pouliches ou poulinières millionnaires. Les Chiliens de Don Alberto ont déboursé 3,15 millions pour Constellation (Bellamy Road), qui est pleine de Curlin, et 3 millions pour Salty (Quality Road). Les deux, cela va sans dire, sont gagnantes de Gr1. Barronstown Stud a acheté deux poulinières, Appealing Zophie (Successful Appeal) et Hopeoverexperience (Songandaprayer). La première, pleine de Tapit, a coûté 1,2 million. Quant à l’autre, qui a déjà produit la bonne 2ans So Perfect (Scat Daddy), elle est pleine d’Into Mischief (Harlan’s Holiday) et elle a affiché un million tout rond.

Il n’y a pas que les Yoshida au Japon. La majorité des achats étrangers sont japonais, mais à la surprise générale, le top price destiné au Japon n’ira pas chez les Yoshida. Emmanuel de Séroux a signé le bon à 2,3 millions pour Caledonia Road (Quality Road), gagnante de la Breeders’ Cup Juvenile, qui sera poulinière chez Grand Farm, le haras de la famille Ito. Le troisième frère Yoshida, Haruya, s’est assuré pour 2 millions A Raving Beauty (Mastercraftsman), un magnifique coup de pinhooking de Mandore International pour ses clients. L’année dernière, chez Arqana, Nicolas de Watrigant avait déboursé 225.000 € pour la pouliche, quelques semaines après sa deuxième place dans le Premio Lydia Tesio (Gr1). Cette saison, sous la férule de Chad Brown, elle a remporté deux Grs1 avant de se classer troisième dans la Breeders’ Cup Filly & Mare Turf (Gr1), et elle a pris 999.000 $ de gains. Katsumi Yoshida a acheté deux millionnaires et Teruya, son frère aîné, une seule, mais il faut noter que deux autres haras japonais, K.I. Farm et Lake Villa Farm, ont payé un prix à sept chiffres.

Keeneland Novembre vers le milliard. La nuit des étoiles de Fasig-Tipton affiche une progression importante du chiffre d’affaires (20,4 %) qui se fixe à 89,47 millions, avec une baisse fractionnelle du prix moyen (639.093 $), alors que le médian est monté de 31 % à 327.500 $. Cent quarante lots ont été vendus sur un total de 193 (72,6 %) et les poulinières millionnaires sont au nombre de 21, c’est-à-dire trois fois plus qu’en 2017. Ce lundi, a démarré l’énorme Keeneland Novembre avec un catalogue de 4.263 lots. L’année dernière, le chiffre d’affaires fut de 202 millions de dollars. Si le résultat se répète, le marché du pur-sang aux États-Unis dépassera pour la première fois depuis 2007 le milliard de dollars. D’après le State of the Market de www.bloodhorse.com, il a atteint 886.002 millions après Fasig-Tipton.