Les ambitions classiques de Wonderment

Courses / 15.11.2018

Les ambitions classiques de Wonderment

Seulement deux des cinq Grs1 pour 2ans du programme hexagonal ont été remportés par des chevaux entraînés en France. Wonderment n’était sans doute pas attendue à pareille fête à cet âge. À présent, la pensionnaire de Nicolas Clément a le regard tourné vers 2019 avec les classiques en ligne de mire.

Par Adrien Cugnasse

Tina Rau a signé le bon à 60.000 € pour acheter Wonderment, en compagnie du futur entraîneur Nicolas Clément, en octobre 2017 à Deauville. Le courtier nous a expliqué : « Tous les feux sont au vert pour Wonderment en vue de 2019. Quand on gagne un Gr1 à 2ans, il y a forcément de l’ambition pour l’année suivante. Mais, si tout va bien, si l’hiver se déroule sans anicroche, on peut imaginer qu’elle visera les classiques. Un certain nombre d’éléments laissent penser qu’elle sera mieux au-delà de 2.100m. Dès lors, il est possible qu’elle regarde vers les Oaks. Encore une fois, ce sera à elle de franchir toutes les étapes. En attendant, elle va bien et s’est très bien comportée à chaque échéance que nous lui avons présentée. Personne ne pouvait savoir qu’elle allait gagner un Gr1 à 2ans. Mais Nicolas [Clément, ndlr] l’a toujours estimée. Étant une descendance de Montjeu (Sadler’s Wells), soit une lignée qui peut réagir vivement à la pression, le choix a été fait de la débuter dans le calme à Évreux. L’objectif était qu’elle réussisse à tout prix sa première sortie, dans le calme et sans avoir une course dure, pour avoir une bonne leçon. Après cette bonne première expérience, la pouliche s’est classée troisième du Prix de Condé (Gr3). Son physique laisse penser qu’elle a aussi de la marge sur ce plan-là. Nous espérons qu’elle sera meilleure à 3ans qu’à 2ans. »

L’Allemagne où on ne l’attend pas. Les origines allemandes n’ont pas la réputation de faire des chevaux précoces et Wonderment n’était pas forcément attendue au niveau Gr1 à 2ans. Mais, en regardant de plus près, on se rend compte que c’est un cheval issu de la même souche, Waldgeist (Galileo), qui avait remporté le précédent Critérium de Saint-Cloud. Sur les deux dernières décennies, cette course a été remportée à cinq reprises par des chevaux dont le père ou la mère était d’origine allemande, avec également Paita (Intikhab), Mandaean (Manduro), Fame And Glory (Montjeu)… Il faut aussi tenir compte du fait que la grande souche du Gestüt Ravensberg, celle de Wonderment, a donné de nombreux classiques dont trois gagnants de Derby allemand, Waldpark (haras d’Annebault), Waidwerk (Neckar) et Wilderer (Neckar). Mais aussi, régulièrement, des chevaux déjà performants à 2ans comme Waidmaan (meilleur cheval 2ans allemand de la saison 1958) ou Waldgeist. En outre, Konigstiger (Tiger Hill), le père de mère de Wonderment, avait gagné le Gran Criterium (Gr1, 2ans) de San Siro. Enfin, sa mère avait elle aussi montré de la qualité à cet âge, comme nous l’a expliqué Tina Rau : « Je me souviens très bien de la mère de Wonderment, Wiwilia (Konigstiger), lorsqu’elle était passée en vente à Baden-Baden en 2011. Elle m’avait beaucoup plu et a ensuite été championne à 2ans en Suisse. Certes le programme de sélection suisse ne fait pas partie de l’élite internationale, mais elle y avait battu ce qu’il y avait à battre… Wonderment est le deuxième produit de Wiwilia et nous essayons d’acheter des yearlings issus de jeunes mères. Quand on n’a pas un budget illimité, on peut tirer son épingle du jeu sur le deuxième ou le troisième produit. » Élevée par Manfred Wurtenberger et Reinhard Stockli, Wonderment est arrivée à l’âge d’un mois et demi au haras du Château Rabodanges, dont elle est le premier gagnant de Gr1. Elle a quitté cette structure pour être vendue yearling par le haras de l’Hôtellerie.

Une américaine à Paris. Au sujet de la propriétaire de Wonderment, Tina Rau nous a expliqué : « Stella Thayer est très impliquée dans les courses aux États-Unis. Elle est notamment propriétaire de l’hippodrome de Tampa Bay, en Floride. Nous l’avons rencontrée par l’intermédiaire de Christophe Clément. Lorsqu’elle était étudiante, Stella Thayer avait passé une année à Paris et, depuis ce jour, elle voue une véritable passion à la France. C’est en 2014 qu’elle a eu son premier partant sous l’entraînement de Nicolas [Clément, ndlr]. L’an dernier, Princess Gibraltar (Rock of Gibraltar) a remporté le Grosser Preis der Sparkasse Dortmund (L). Elle est par ailleurs l’éleveur de Singing Tower (Siyouni), lauréate de bout en bout dans le Prix du Lude (Classe 1) au mois de septembre. En octobre 2017, Stella Thayer était en notre compagnie à Deauville. C’est là que nous avons acheté Wonderment pour 60.000 €. Au départ nous pensions qu’elle allait monter beaucoup plus haut et nous l’avons acquise sans avoir de client en particulier. Mais sa future propriétaire l’a beaucoup aimée et elle nous l’a demandée. Elle lui a d’ailleurs choisi un nom magnifique [Wonderment peut se traduire par "Émerveillement", ndlr]. À ce moment-là, Camelot n’était pas encore à son niveau de popularité actuel. Il avait seulement ses premiers 2ans en piste et pas encore de gagnant de Gr1. Parfois, il faut savoir aller un peu contre la tendance du marché et, en 2017, les yearlings de Camelot et d’Intello n’ont pas été payés très cher aux ventes compte tenu de la qualité montrée par leurs générations de 3ans en 2018. La mode pèse lourd sur les ventes et un certain nombre d’étalons sont certainement sous-évalués. À ce stade, on pouvait se dire que Camelot avait encore de la marge. Mais, plus qu’un étalon en particulier, c’est surtout le physique de Wonderment et sa famille maternelle qui nous avaient séduits. »

Un travail d’équipe. En juin dernier, Nicolas Clément, l’entraîneur de Wonderment, nous avait expliqué : « J’ai travaillé chez Vincent O’Brien. Il avait un très bon œil et était très bon juge… Mais il avait également toute une équipe autour de lui pour les ventes, avec notamment Tom Cooper [le père d’Alan Cooper, ndlr]. C’est ainsi qu’ils ont acquis aux États-Unis des sujets de la classe de Nijinsky (Northern Dancer), The Minstrel (Northern Dancer) et tant d’autres. D’une manière plus générale, j’ai tendance à penser que, seul, on est moins fort face à la quantité de chevaux à inspecter (…). Avec Tina [Rau, ndlr], ma compagne, nous nous aidons mutuellement. Étant courtier, elle a sa clientèle et moi j’ai la mienne. Je travaille parfois avec d’autres courtiers et, de son côté, elle achète parfois pour d’autres entraîneurs. Mais nous faisons la sélection en vue des ventes ensemble. Nous procédons ainsi depuis plusieurs années. Cela crée une synergie. C’est en procédant ainsi, avec quatre yeux, que nous avons déniché à des tarifs raisonnables des chevaux comme French Fifteen [acquis 30.000 €, Critérium International et deuxième des Guinées, ndlr] et Style Vendôme [acquis 92.000 €, Poule d’Essai des Poulains, ndlr]. Ils faisaient suite aux achats de Stormy River [acquis 60.000 €, Poule Jean Prat, ndlr], Vespone [acquis 68.000 €, Poule Jean Prat et Grand de Paris, ndlr]… »

Tout sauf un Gr1 au rabais. En étudiant le palmarès du Critérium de Saint-Cloud, on se rend compte que 12 des 19 derniers gagnants sont montés sur le podium d’un Gr1 à 3ans. Il faut aussi y ajouter le fait que deux autres chevaux ont remporté une préparatoire classique. Si les échellistes du Racing Post n’ont pas été très généreux avec Wonderment, il faut avoir en tête que seulement quatre femelles ont réussi à gagner ce Gr1 depuis 1998.  Et les trois qui ont précédé la lauréate 2018 – Paita, Passage of Time et Goldamix – ont confirmé au niveau Gr1 à 3ans. Enfin, sur cette période, sur les onze gagnants du Critérium de Saint-Cloud dont le rating était le plus faible, sept ont été de vrais chevaux de Gr1 lors des saisons suivantes : Robin of Navan (2e du Prix d’Ispahan et du Premio Roma, Grs1), Passage of Time (3e des Nassau Stakes, de la Breeders’ Cup Filly & Mare Turf et du Prix Vermeille, Grs1), Sagacity (3e du Prix de l’Arc de Triomphe, Gr1), Goldamix (3e du Prix de Diane, Gr1), Fame and Glory (Ascot Gold Cup, Irish Derby, Coronation Cup et Tattersalls Gold Cup, Grs1), Paita (3e du Prix Vermeille et du Prix de Diane, Grs1), Alberto Giacometti (3e du Prix Lupin, Gr1)… Deux autres ont gagné une préparatoire classique et seulement deux (sur 11) ont vraiment déçu.

                                                                                     

LES 20 DERNIÈRES ÉDITIONS DU CRITÉRIUM DE SAINT-CLOUD

Édition          Gagnant                                  Sexe            Palmarès à 3ans & plus

2018             WONDERMENT                    Femelle      

2017             pas de course                           -                  -

2016             WALDGEIST                          Mâle           Grand Prix de Saint-Cloud (Gr1)

2015             ROBIN OF NAVAN                Mâle           2e du Prix d’Ispahan et du Premio Roma (Grs1)

2014             EPICURIS                               Mâle          

2013             PRINCE GIBRALTAR           Mâle           Longines Grosser Preis von Baden (Gr1), 5 fois sur le podium au niveau Gr1

2012             MORANDI                              Mâle           2e du Prix du Jockey Club (Gr1) d’Intello

2011             MANDAEAN                          Mâle          

2010             RECITAL                               Mâle           Derrinstown Stud Derby Trial Stakes (Gr2)

2009             PASSION FOR GOLD             Mâle           Gagnant de Listed

2008             FAME AND GLORY              Mâle           Ascot Gold Cup, Irish Derby, Coronation Cup et Tattersalls Gold Cup (Grs1)

2007             FULL OF GOLD                     Mâle           Prix Noailles (Gr2)

2006             PASSAGE OF TIME               Femelle       3e des Nassau Stakes, de la Breeders’ Cup Filly & Mare Turf et du Prix Vermeille (Grs1)

2005             LINDA’S LAD                        Mâle           Derby Trial Stakes et Prix de Condé (Grs3)

2004             PAITA                                     Femelle       3e du Prix Vermeille et du Prix de Diane (Grs1)

2003             VOIX DU NORD                    Mâle           Prix Lupin (Gr1). Accidenté la vieille du Jockey Club, dont il était le favori.

2002             ALBERTO GIACOMETTI      Mâle           3e du Prix Lupin (Gr1)

2001             BALLINGARRY                    Mâle           Canadian International Stakes (Gr1). 3e du Derby d’Irlande (Gr1)

2000             SAGACITY                             Mâle           3e du Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1)

1999             GOLDAMIX                           Femelle       3e du Prix de Diane (Gr1)

1998             SPADOUN                              Mâle