Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Les drôles d'adieux de Gary Stevens

International / 21.11.2018

Les drôles d'adieux de Gary Stevens

Le métier de jockey est bien plus dangereux que celui de rockstar. Il est impossible d’enchaîner les tournées d’adieu comme les Rolling Stones. Gary Stevens n’était pas prêt pour prendre sa retraite à 55 ans, mais un poulain facétieux, un certain Northwestern (Medaglia d’Oro), en a décidé autrement. Au rond de présentation, avant la première course de samedi à Del Mar, il a fait un mouvement, le jockey l’a repris et s’est fait mal : « J’ai tout de suite pensé au coup du lapin, mon bras était presque mort. » Il a monté une autre course, les Bob Hope Stakes (Gr3), en selle sur Sparky Ville (Candy Ride) qui s’est classé troisième, et après avoir renoncé à son seul engagement de dimanche, il est parti voir les médecins.

Retrouvez cet article en entier dans notre édition du soir. Vous n'êtes pas abonnés ? Cliquez ici