Nicolle ou Macaire ?  Macaire ou Nicolle ?

Courses / 05.11.2018

Nicolle ou Macaire ? Macaire ou Nicolle ?

Par Christopher Galmiche

Depuis trois ans, la lutte est âpre entre les deux professionnels qui exercent à quelques kilomètres d’intervalle. Et dimanche soir, pour la première fois, François Nicolle a pris l’ascendant sur Guillaume Macaire…

François Nicolle prend l’ascendant…

Les 48 h de l’obstacle ont livré leur verdict. L’écart aux gains entre Guillaume Macaire et François Nicolle était de 125.995 €, en faveur du premier nommé samedi matin. Samedi soir, après que l’écurie Nicolle a enlevé le Prix Congress (Gr2) grâce à Polirico ** (Cokoriko) et pris des places dans le Grand Prix d’Automne (Gr1) et le Prix Bournosienne (Gr3), le professionnel de Saint-Augustin avait 86.950 € d’avance. Et suite à la réunion dominicale, où il a enlevé le Prix La Haye Jousselin (Gr1) avec Bipolaire (Fragrant Mix) et pris des places dans les Prix Maurice Gillois et Cambacérès (Grs1), François Nicolle compte 125.995 € d’avance sur Guillaume Macaire. Le premier cumule 7.261.765 € de gains contre 6.942.185 € au second. D’ores et déjà, il est assuré de réaliser sa meilleure année en battant son record de gains de l’année dernière où il terminait avec 7.296.035 €. Le tout, sans avoir pu compter sur De Bon Cœur ** (Vision d’État) et Alex de Larredya ** (Crillon) à l’automne… Mais en ayant au total plus de chevaux différents que Guillaume Macaire (247 contre 219 au 4 novembre).

… Et peut espérer rester en tête jusqu’au 31 décembre !

Ce qui va décider du titre, ce sont les victoires et places dans les courses restantes les mieux dotées, à savoir les Groupes. Il en reste huit à courir : les Prix Renaud du Vivier (Gr1) et Sytaj (Gr3), le 11 novembre, le Prix Général de Saint-Didier (Gr3) et la Grande Course de Haies de Compiègne (Gr3), le 23 novembre à Compiègne, et les Prix Georges Courtois (Gr2), Léon Olry-Roederer (Gr2), André Michel (Gr3) et Morgex (Gr3) le 25 novembre.

Deux atouts de poids pour Guillaume Macaire dans le Renaud du Vivier. Le Renaud du Vivier compte vingt-et-un engagés, dont Master Dino ** (Doctor Dino) et Tunis (Estejo), les deux leaders de la génération, qui sont assurés, sauf incident, d’obtenir un bon résultat, voire de faire le jumelé, ce qui rapporterait 167.500 € à Guillaume Macaire. Dans ce Gr1, François Nicolle affiche trois engagés : Mysterious Boy (Myboycharlie), qui n’a pas couru depuis septembre 2017, Hot Motive ** (Motivator), tombé dans le Prix Bucheur le 1er novembre alors qu’il allait bien, et Ex Fan des Sixties ** (Poliglote), quatrième du Prix Bernard Secly (L). A priori, ce n’est pas dans la Grande Course de Haies des 4ans que se fera la différence. D’autant que la pensionnaire de Paul Nicholls Malaya (Martaline) sera du voyage et que la véloce Raffles Sun (Poliglote) pourrait aussi courir. Ces deux pouliches pourraient donner du fil à retordre à Master Dino et Tunis. Le Prix Sytaj ne sera pas non plus décisif. François Nicolle et Guillaume Macaire ont plusieurs femelles engagées qui ont couru ce week-end et seront donc forfaits.

La force des meetings. Pour la clôture de Compiègne, les deux hommes auront certainement de quoi passer une bonne journée, même si là encore, un autre cheval pourrait se mettre sur leur chemin dans la Grande Course de Haies : Corazones (Nidor). Les plans ne sont pas établis pour la grande journée du 25 novembre, qui comptera quatre Groupes et sera donc capitale dans l’obtention du titre. Dans chaque épreuve, les deux professionnels devraient seller les favoris. Il restera ensuite le mois de décembre, avec des courses à Cagnes et Pau. François Nicolle participe régulièrement aux deux meetings, alors que Guillaume Macaire ne va pas, ou peu, à Cagnes. La fin d’année s’annonce donc palpitante sur les obstacles !

Une "prouesse" réalisée à deux reprises en 15 ans de règne

Guillaume Macaire domine le classement des entraîneurs d’obstacle depuis 2003. En quinze ans, deux hommes seulement ont réussi à lui brûler la politesse. Il s’agit de son voisin Arnaud Chaillé-Chaillé, en 2007, et de François-Marie Cottin, en 2008.

Graphique

Du lourd dans les boxes et de grands propriétaires, la condition sine qua non. Il faut avoir des chevaux de Groupe et de grandes casaques pour espérer battre Guillaume Macaire. En cela, François-Marie Cottin représentait le bon exemple en 2008, puisqu’il cochait toutes les cases. Il avait l’appui de propriétaires importants comme Jean-Paul Sénéchal, qui lui permettait de compter sur Princesse d’Anjou (Nononito), lauréate de son deuxième Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1) 2008, Musica Bella (Bateau Rouge), placée de Groupe, Grivette (Antarctique), lauréate du Prix Alain du Breil (Gr1), et Louping d’Ainay (Saint Preuil), gagnant du Prix des Drags (Gr2) et troisième du Prix La Haye Jousselin (Gr1). Jacques Détré avait aussi des chevaux chez François-Marie Cottin, comme Oculi (Denham Red), lauréat des Prix Ferdinand Dufaure et Maurice Gillois (Grs1) 2008. En 2007, Arnaud Chaillé-Chaillé avait une ribambelle de champions estampillés Sean Mulryan comme Cyrlight (Saint Cyrien), Mid Dancer (Midyan), Zaiyad (Sadler’s Wells), Or Noir de Somoza (Discover d’Auteuil) ou encore Shekira (Medaaly), qui défendait, elle, les couleurs Séguinotte.

En 2018, François Nicolle a de nombreux propriétaires, de grandes casaques et des champions : tout ce qu’il faut pour devenir le numéro 1.

Guy Cherel, le dernier à avoir approché Guillaume Macaire. Entre 2009 et 2017, l’entraîneur qui a été le plus proche de devancer l’homme aux treize titres de tête de liste a été Guy Cherel, en 2010. Il avait fini à 4.435.405 € contre 4.549.685 € pour son rival, soit un écart de 114.280 €. Cette année-là, le professionnel mansonnien avait pu s’appuyer sur plusieurs bons éléments comme Salder Roque (Muhtathir), vainqueur du Prix Alain du Breil (Gr1).

8.492.075 €, la barre est très haute. Guillaume Macaire a été tête de liste en 2017 avec 8.492.075 €, le meilleur score jamais enregistré pour un entraîneur d’obstacle. Cela fait d’ailleurs deux ans de suite qu’il passe la barre des huit millions. Un grand écart par rapport aux gains qu’il fallait avoir pour être tête de liste au début des années 2000. En effet, si entre 2000 et 2002, il fallait récolter entre 2.500.000 € et 3.000.000 €, ces chiffres sont progressivement passés à 4.000.000 € avant de grimper en flèche pour atteindre la barre des 8.000.000 €. De surcroît, les écarts se creusent plus entre les deux premiers au classement et le reste des entraîneurs par rapport à la période 2000-2010, au cours de laquelle une dizaine d’entraîneurs était très proche en termes de gains.

Le titre par les victoires. Depuis 2005, Guillaume Macaire enlève au moins 200 courses tous les ans. Il avait même déjà passé cette barre en 2003. Au nombre de succès, il a été le numéro 1 depuis 2003. La dernière année où un autre entraîneur l’avait précédé dans ce registre, c’était en 2002 lorsque Jacques Ortet avait gagné 145 courses contre 140 à Guillaume Macaire.