PRIX DELAHANTE (L) - Pappalino, bébé nageur

Courses / 11.11.2018

PRIX DELAHANTE (L) - Pappalino, bébé nageur

MARSEILLE-BORÉLY, DIMANCHE

Jérôme Reynier l’avait dit avant la course : « Ce sont des bébés, il y a 2.000m en terrain lourd, c’est le bout du monde… » Tout cela n’a pas dérangé son pensionnaire Pappalino (Makfi), qui n’a pas tremblé dans ce Prix Delahante (L). Le représentant de Gérald Laroche et de Jean-Louis Quiniou a patienté le long de la corde, sur une troisième ligne. Il n’a pas fait un seul effort superflu, contrairement, par exemple, à Place Rouge (Evasive), tendue en début de parcours… En terrain lourd, cela ne pardonne pas. Dans la ligne droite, Pappalino a trouvé l’ouverture et a vite pris la mesure de ses adversaires. Une, deux, trois, quatre et finalement cinq longueurs le séparent de son dauphin, Capitole (Born to Sea), animateur de la course qui permet à Born to Sea (Green Desert) d’obtenir un dixième black type. Talk or Listen (Alhebayeb) est troisième à une longueur.

Pappalino conclut son année en beauté. Il n’y a pas de fausse note dans la musique de Pappalino. Deuxième pour ses débuts sur la P.S.F. de Vivaux, il avait remporté son maiden dans un très bon style, et en terrain pénible, à Vichy. Troisième ensuite du Prix François Boutin (L), il a pris une correcte cinquième place dans le Prix des Chênes (Gr3) avant de laisser une bonne impression dans le Haras de Bouquetot - Critérium de la Vente d’Octobre Arqana (Classe 1). Il terminait sixième mais traçait une bonne fin de course.

Jérôme Reynier a expliqué au micro d’Equidia : « Pappalino a l’aptitude à ce genre de piste. Nous sommes à domicile, ce qui est un avantage : nous avons pu éviter de voyager, comme ce fut le cas à Vichy, Deauville ou ParisLongchamp. Ce matin, il était dans son box et il y sera de nouveau ce soir. Il sera un poulain sympa pour l’année prochaine. Je suis très content pour ses propriétaires, qui m’ont fait confiance depuis que je me suis installé. J’ai une pensée pour mon père, qui a gagné cette course en 1988, il y a trente ans. »

La famille de Titus Livius. Élevé par Stud RDI, Pappalino est un fils de Makfi (Dubawi), désormais étalon au Japon, et de Bartira (Cape Cross), gagnante sur l’hippodrome d’Argentan. Présenté par le haras d’Étreham, il a été vendu 18.000 € à PB Bloodstock Services lors de la vente de yearlings d’octobre Arqana. Bartira est inscrite à la prochaine vente d’élevage Arqana (lot 401), où elle sera présentée par le haras d'Étreham.

La deuxième mère, Briseida (Pivotal), a remporté les 1.000 Guinées allemandes (Gr2). C’est une sœur de Titus Livius (Machiavellian), gagnant de quatre Groupes, parmi lesquels le Critérium des 2ans et le Prix du Gros-Chêne (Grs2), et devenu étalon. C’est aussi la sœur de Bahama Dream (Machiavellian), deuxième du Prix du Cercle (L), et de Party Zane (Zafonic), deuxième du Prix Zeddaan (L). Au haras, Briseida a donné Brisanto (Dansili), champion à 2ans en Allemagne et gagnant du Preis der Winterfavoriten (Gr3).

La troisième mère, Party Doll (Be my Guest), a remporté le Critérium du Béquet, les Prix La Camargo et de la Vallée d’Ange (Ls). Pappalino appartient à la famille de Zagora (Kingmambo), lauréate de dix courses dont la Breeders' Cup Filly & Mare Turf et les Diana Stakes (Grs1).

 

 

 

Dubai Millenium

 

 

Dubawi

 

 

 

 

Zomaradah

 

Makfi

 

 

 

 

 

Green Desert

 

 

Dhelaal

 

 

 

 

Irish Valley

PAPPALINO (M2)

 

 

 

 

 

 

Green Desert

 

 

Cape Cross

 

 

 

 

Park Appeal

 

Bartira

 

 

 

 

 

Pivotal

 

 

Briseida

 

 

 

 

Party Doll