Le champion Storm of Saintly renoue avec la victoire

Courses / 11.11.2018

Le champion Storm of Saintly renoue avec la victoire

AUTEUIL, DIMANCHE

Storm of Saintly (Saint des Saints) n’avait plus gagné depuis son succès dans le Prix des Drags (Gr2) 2016. Le gagnant du Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1) 2014 était l’attraction de la réunion et participait au Prix Général Donnio (L). Il a répondu à l’attente de ses preneurs en s’imposant brillamment, de huit longueurs, pour la plus grande joie de son entourage. Storm of Saintly a connu de nombreux ennuis de santé, des problèmes peu courants, mais il a su s’en remettre à chaque fois pour revenir à un haut niveau. Peu de chevaux en sont capables. Il faut donc savoir reconnaître la classe et le courage de ce cheval. Espérons maintenant que les bien pensants ne détruiront pas la beauté de cette victoire !

Un parcours sans encombre. Comme à son habitude, Storm of Saintly a galopé à l’arrière-garde, sautant avec justesse. À la sortie du tournant final, il s’est rapproché avec du gaz dans le dos de l’animateur, Shakapon (Deportivo). Son jockey, Bertrand Lestrade, a temporisé avant de le lancer entre les deux derniers obstacles. Il a pris aisément l’ascendant sur Shakapon et son compagnon d’entraînement Politikar (Poliglote). Sur le plat, il s’est détaché pour l’emporter sans opposition. Politikar a assuré la deuxième place, terminant devant Shakapon, lequel a plafonné à la fin après avoir pris le meilleur à la rivière des tribunes.

Storm of Saintly dans son sport. Après une bonne rentrée dans le Prix Duc d’Alburquerque, Storm of Saintly a retrouvé un parcours et un terrain plus à sa convenance. Il a logiquement pris sa revanche sur Politikar qui venait de le devancer. L’entraîneur des deux chevaux, Guillaume Macaire, nous a déclaré : « Storm of Saintly et Politikar ont fait leur boulot. Le fait que Shakapon vienne en tête a permis de donner plus de rythme, ce qui a été mieux. Ce n’est pas simple de ramener un cheval comme lui au top, les gens ne s’en rendent pas compte. Pour qu’un cheval soit à son pic de forme, il faut six mois. Ensuite, il est dans sa zone de vulnérabilité. Storm of Saintly a été arrêté presque deux ans, il a eu toutes sortes de soucis agrémentés d’un problème de cancer qu’il a fallu faire opérer en Allemagne. Ce sont des chevaux qui ont forcément des carrières derrière eux. Nous avons suivi la logique en allant sur cette Listed. On ne lui a pas demandé de gagner d’un kilomètre. D’ailleurs, il n’a jamais gagné d’un kilomètre ; le Grand Steeple, il l’a gagné de peu. Il est comme il est, il a fait son boulot. Je ne sais pas quel va être son futur. Il venait d'effectuer sa rentrée sur 3.500m, ça n’était pas son sport. Là, le terrain était lourd et la distance plus à son avantage. Aujourd’hui, les conditions se rapprochaient plus de ce qu’il a fait de mieux. » Toujours aussi ému après un succès de Storm of Saintly, son propriétaire-éleveur, Jeannot Andt, nous a dit : « Comme d’habitude, je n’ai pas regardé la course. Je suis trop tendu pour cela. J’ai marché de long en large sans écouter ni regarder… D’autant que j’ai perdu son frère Storm del Santo à Compiègne. C’est un vrai bonheur de le voir revenir et gagner à Auteuil. »

Né sur les terres de Saônois. Storm of Saintly a été élevé par son propriétaire-éleveur, Jeannot Andt. Il est né de Saint des Saints, étalon au haras d'Étreham et de The Storm (Garde Royale), une jument d’Olivier Corbière, l’éleveur de Saônois (Chichicastenango), du haras de Nonant-le-Pin, qui a été vendue à Jeannot Andt. Ce dernier nous avait expliqué à l’issue des débuts victorieux de Storm of Saintly : « J’ai débuté dans les courses et l’élevage il y a cinq ou six ans. J’avais alors acheté un cheval à monsieur Corbière, mais il est malheureusement mort au champ d’honneur en tombant à Strasbourg. Monsieur Corbière m’avait alors dit: "Si tu repasses en Normandie, j’ai deux poulinières à vendre, deux filles de Garde Royale, si tu veux te lancer dans l’élevage." Il s’agissait de The Storm, la mère de Storm of Saintly et d’Ecaline. Elles avaient de beaux papiers et j’étais intéressé pour les prendre. The Storm nous avait donné un mâle par Polish Summer, mais ça n’allait pas. Et nous n’avions pas pu l’exploiter. Du coup, on l’a reconverti en cheval de promenade chez nous, en Alsace. Pour la saillie suivante, nous avions choisi Saint des Saints comme étalon parce que le croisement Saint des Saints sur une fille de Garde Royale marche bien. Nous avions acheté The Storm pour l’obstacle et nous nous sommes dit qu’il fallait prendre un bon étalon. Même si j’avais mes couleurs, je voulais faire un bon papier pour pouvoir vendre si cela se passait mal. Ensuite, Storm of Saintly est né en 2009. J’allais le voir une ou deux fois par an. Mais déjà, lorsqu’il était foal, nous avions eu des offres. C’était un très beau cheval, qui sortait du lot. De 2009 à 2012, The Storm est restée vide, mais elle est vieillissante. J’avais pris une carte de Nickname et elle nous avait donné un mâle de cet étalon, nommé Trazom Nick, en 2012. »

The Storm a très bien gagné sa vie en plat, remportant neuf courses. Au haras, elle a produit cinq gagnants et le meilleur est bien sûr Storm of Saintly. En 2014, elle a donné le jour à Storm del Santo (Saint des Saints), qui a gagné deux courses mais s’est accidenté mortellement. Deuxième mère de Storm of Saintly, Santa Ana Wind (Empery), a gagné en haies et en steeple. Quatre de ses cinq produits vus en piste se sont imposés.

 

 

 

Green Dancer

 

 

Cadoudal

 

 

 

 

Come to Sea

 

Saint des Saints

 

 

 

 

 

Pharly

 

 

Chamisène

 

 

 

 

Tuneria

STORM OF SAINTLY (H9)

 

 

 

 

 

 

Mill Reef

 

 

Garde Royale

 

 

 

 

Royal Way

 

The Storm

 

 

 

 

 

Empery

 

 

Santa Ana Wind

 

 

 

 

Political Princess