BOUSSAC & TESIO - Comment Tesio a conçu ses plus grands champions

Élevage / 20.01.2019

BOUSSAC & TESIO - Comment Tesio a conçu ses plus grands champions

Par Yves d’Andigné

Il y a 150 ans, Federico Tesio voyait le jour dans le nord de l’Italie. Pour beaucoup, il est le plus grand éleveur de tous les temps. Pour d’autres il s’agit du Français Marcel Boussac. Ces deux resteront en tout cas comme les plus grands de l’histoire de l’élevage de l’Europe continentale. Après des années de recherche, Yves d’Andigné lève le voile sur quelques-uns des secrets de leur réussite… [Partie 3 sur 3]

De Cavaliere d’Arpino vers Tenerani : de la suite dans les idées. Un croisement particulier apparaît au début du XXe siècle : Cyllène sur fille de Hampton. Cyllène (1895, par Bona Vista & Arcadia) a la particularité de rassembler deux croisements à grands succès : Bend Or sur une fille de Macaroni, origines de Bona Vista, et Isonomy sur une fille d’Hermit, origines d’Arcadia. Trois de ces quatre noms font partie de la troisième série du lieutenant-colonel Vuillier. Il manque Hampton, Galopin et St Simon. Confondons ces deux derniers et ajoutons-y Macaroni (gagnant du Derby). Ce qui met en lumière le croisement Cyllène x Hampton qui donna Cicero (Cyllène & Gas, par Ayrshire - Hampton/Galopin), gagnant du Derby, et son contemporain Polymelus (Cyllène & Maid Marian par Hampton), cinq fois premier des pères de gagnants en Grande-Bretagne. Complément génétique évident : l’apport de St Simon (ou de Galopin). Appelons "SCH" ce croisement St Simon/Cyllène/Hampton.

Il est vite repéré par les éleveurs anglais : Cylgad (1909, par Cyllène & Gadfly, par Hampton), Cannobie (1913, par Polymelus & La Roche, par St Simon), etc.)… et par Tesio. Il achète coup sur coup, en 1919, Vice Versa (Cylgad & Taslett, par William the Third, par St Simon), en 1920 Chuette (1916, par Cicero et Chute par Carbine et Weir, par Galopin – inbred 5x3 Galopin), en 1921 Angelina (par St Frusquin par St Simon) et Seraphine par Cyllène & Virginal, par Ladas (Hampton) suitée, toutes trois marquées "SCH".

En 1922, Chuette est saillie par Cannobie, soit un inbreeding 2x2 Cicero/Polymelus aux pedigrees semblables. Ensuite naît Cranach, contemporain et compagnon d’Apelle (1923 Sardanapale & Angelina), le meilleur de cette génération que Cranach devance dans le Grand Prix de Milan !

CRANACH 1923

Cannobie

Polymelus

Cyllène

Maid Marian (Hampton)

La Roche

St Simon

Mill Mildred

Chuette

Cicero

Cyllène

Gas (Ayrshire-Hampton)

Chute

Carbine

Weir (Galopin)


Cavaliere d’Arpino, le meilleur de tous
. Tesio n’est pas homme à s’enfermer dans un croisement. Par la suite, Chuette rencontre des étalons très divers : Hurry On, Gay Crusader, Havresac II, Buchan, etc. D’origine française, Havresac II (1915, par Rabelais & Hors Concours, par Ajax – inbred sur St Simon, Angelica – sa propre sœur – et Galopin), acheté yearling, a brillé en Italie. Il engendre un champion, Manistee, dès sa première génération (1921). Il sera d’ailleurs 11 fois champion des pères de gagnants. Tesio lui envoie sept poulinières en 1925, parmi lesquelles Chuette et Vice Versa (Cylgad), sur laquelle nous reviendrons. En 1926 nait Cavaliere d’Arpino (1926 Havresac II), le deuxième champion engendré par Chuette.

Il est inbred 5x5 sur Atalanta (Galopin), la mère d’Ayrshire (Hampton), et très marqué par Galopin (4x7x6x5x6x6x4, dont 3 fois via St Simon et sa sœur Angelica).

Tesio prend patience pour révéler la grande qualité de ce champion aux jambes très fragiles : une course à 3ans et trois à 4ans, dont le Grand Prix de Milan quasi claqué. Toujours invaincu, il ne reparait pas ensuite. Pourtant Tesio rêvait d’un affrontement Cavaliere d’Arpino/Ortello, contemporain et champion d’Europe après sa victoire dans l’Arc de Triomphe.

Il dira plus tard, après la carrière de Nearco, que Cavaliere d’Arpino était le meilleur cheval qu’il ait élevé … !

CAVALIERE D’ARPINO 1926

Havresac II

Rabelais

St Simon

 (Isonomy)

Hors Concours

Ajax (Flying Fox)

Simona (St Simon)

Chuette

Cicero

Cyllène

Gas (Ayrshire-Hampton)

Chute

Carbine

Weir (Galopin)


En dépit de ses principes, Tesio lui envoie des poulinières 37 fois pour 13 mâles et sept femelles nés chez lui parmi lesquels Bellini (Bella Minna par Bachelor’s Double), Ursone (Duet par Great Sport) et Nardina (proche parente de Nogara). Son meilleur fils, Traghetto, sur lequel nous reviendrons, naît ailleurs.

De Vice Versa à Tofanella. Tesio obtient de Vice Versa trois bons chevaux : Ingoberta (1927, Hurry On), Jacopa del Sellaio (1929, Coronach) et Iacopo da Pontormo (1932, Captain Cuttle), c’est-à-dire avec Hurry On et deux de ses fils ! Croisement tenté avec Chuette en 1923 qui avorte.

L’hiver 1932, après les exploits de Jacopa del Sellaio et le dernier produit de Vice Versa, Tesio investit en achetant Try Try Again (1922, par Cylgad & Perseverance, par Persimmon, l’un des meilleurs fils de St Simon) : autrement dit la "copie" de Vice Versa ! Avec la marque "SCH". Étonnant !

Elle est suitée d’une fille d’Apelle : Tofanella qui a le double sceau "SCH", un genre d’inbreeding 2x1 rappelant la situation de Cranach. Tesio l’entraîne et elle montre de grandes dispositions, gagnant le Boschetti et le Braunes Band (All). 

Tofanella 1931

Apelle

Sardanapale

 

Gemma (Florizel II-St Simon)

Angelina

St Frusquin (St Simon)

Seraphine (Cyllène/pf Hampton)

Try Try Again

Cylgad

Cyllène

Gadfly (Hampton)

Perseverance

Persimmon (St Simon/Hampton)

Reminiscence

Tesio suit son idée et présente Ingoberta à Cranach : Incisione (1936), marquée de trois sceaux "SCH" (2x2x2), s’avère bonne.

Incisione 1936

Cranach

Cannobie

Polymelus

La Roche (St Simon)

Chuette

Cicero

Chute (Weir-Galopin)

Ingoberta

 Hurry On

 

 

Vice Versa

Cylgad (Cyllène/f de Hampton)

Taslett (Will.the 3d-St Simon)


Tofanella rencontre trois fois Navarro (Michelangello & Nuvolona, par Hurry On), qu’il a élevé, d’où Tokamura (1940 - Regina Elena, 1.000 Guinées italiennes et St Leger, etc.) remarquable poulinière, puis, guerre oblige, deux fois à Ortello, enfin Bellini (Cavaliere d’Arpino) engendre Tenerani – trois sceaux "SCH" (2x3x2) – s’inspirant d’Incisione. Cheval très dur, résistant, avec une forte tenue, il remporte 17 victoires, dont les principales pour 3ans (Derby italien, Premio d’Italia, Gran Premio de Milan, St Leger italien, Gran Premio del Jockey Club), puis, à 4ans, plusieurs courses italiennes, et en Angleterre, les Queen Elizabeth Stakes et la Goodwood Cup (devant Arbar, à Mr Boussac). Sans réelle pointe de vitesse, ce n'est pas encore le cheval de rêve.

Tenerani 1944

Bellini

Cavaliere d’Arpino

Havresac II (Rabelais-St Simon)

Chuette (Cicero)

Bella Minna

Bachelor’s Double

Santa Minna

Tofanella

Apelle

Sardanapale

Angelina (St Frusquin/    Séraphine)

Try Try Again

Cylgad (Cyllène/f.d. Hampton)

Persévérance (Persimmon-St Simon)


Les prémices de la conception de Nearco.
L’aventure commence en 1909 avec l’achat, au Major Loder, de Chin (1905, par Laveno & Chinook, une américaine). Cet éleveur irlandais de talent fit naître d’excellents chevaux : Star Shoot, Hammerkop, Sirenia et surtout Pretty Polly. À partir de poulinières, dont des américaines, achetées à un prix peu élevé. Audace de Tesio, jeune éleveur !

Chin est présentée plusieurs années de suite à l’étalon champion italien Signorino (Best Man & Signorina, par St Simon). Claudia Lorena naît en 1912. Elle remporte le Regina Elena (1.000 Guinées) quelques mois avant une vente par les héritiers du Major. Chin eut ensuite deux poulains classiques : Canova (1916, Lally - Premio Parioli, etc.) et Cima da Conegliano (1920, Signorino Derby Italien).

En pleine guerre, malgré le Jersey Act (1913), Tesio achète, pour 75 £, une jeune poulinière, Catnip.

Catnip (1910) est née de deux classiques : Spearmint (Derby & Grand Prix de Paris) et Sibola (1.000 Guinées), américaine, mère d’un deuxième du St Leger. Saluda, sa mère, est fille de Mortemer, gagnant de l’Ascot Gold Cup, bon étalon aux États-Unis, et de Perfection qui compte dans ses origines Leamington, Lexington et Glencöe, trois étalons américains exceptionnels.

Il élimine deux filles de Spearmint qu’il a fait naître : Scaramuccia (1916, Spring Chicken-Gallinule) et Una Modella (1918, Ukraine-Cicero).

Tesio a l’expérience de Fausta (1911, par Spearmint & Madrée). Après une carrière magnifique (Derby & Oaks italiens, etc.), elle entre au haras en 1915 et est présentée à Signorino cinq années de suite, donnant trois gagnants du Derby Italien : Meissonier, Michelangelo, Melozzo da Forli.

Faire saillir à l’étranger. Dès la fin de la guerre, Tesio assume des ambitions supérieures. Il envoie Fausta à de grands étalons anglais à l’exception de Kibwesi en 1921 et Havresac II en 1925, avec lequel elle eut Michelozza, qu’il vendit !

En 1915, Catnip, pleine de Cock-a-Hoop (propre frère de Pretty Polly), a déjà donné deux pouliches. La guerre la maintient dans les îles britanniques. Le poulain meurt. Tesio la fait saillir par Lemberg. Elle reste vide et rencontre, Tracery. Elle met bas Nera di Bicci, à Dormello, en 1918. Suivent Nomellina (1919 St Amant), Nesiotes (1923, Hurry On), Nicomaco (1925 Gainsborough), bons chevaux issus d’étalons très différents. En 1925, elle accompagne Fausta à la saillie d’Havresac II (Rabelais et Hors Concours, par Ajax, inbred 2x3 sur St Simon), étalon champion en Italie, pour avoir une médiocre pouliche. Après Niceas (1926), honnête produit de Michelangelo, elle retrouve Havresac II en 1927 d’où Nogara. Au printemps 1929, une propre sœur suivit.

Nogara, la mère de Nearco. Nogara marque son éleveur par son action fluide et sa carrière de courses (Bimbi, Criterium Nazionale, etc., à 2ans ; Parioli, Regina Elena, Emanuele Filiberto, etc., à 3ans) mais manque un peu de tenue.

Alors que Tesio admire Cavaliere d’Arpino, "son meilleur élève", il ne garde au haras que Nogara des huit pouliches qu’il eut d’Havresac II ! Michelozza, vendue, donnera la vie à Michela (Oaks d’Italie 1940) avec Cranach qu’il a élevé !

La première année, Nogara rencontre Sagacity (Sunstar), stationné en Italie, demi-frère de Salmon Trout (1921, The Tetrarch - St Leger). Prudent, l’éleveur aux moyens limités reproduit le croisement d’Alena, vainqueur de Nogara dans le Gran Criterium, d’où Nicoletto da Modeno (assez bon, 7 victoires). Puis elle est vide de Blenheim, alors en France.

Après sa belle carrière (Champion Stakes, deux fois ; deuxième du Derby de Papyrus), Pharos est étalon trois années en Angleterre où il engendre Cameronian (Una Cameron, par Gainsborough), gagnant du Derby 1931, ce qui lui vaut la première place des pères de gagnants en Grande-Bretagne. En France ensuite, Tesio l’utilise dès 1930 pour Bunworry (Great Sport - Gallinule), d’où Bernina excellente à 2ans et à 3ans (Oaks d’Italie 1934). Le pacte Tesio-Pharos est scellé ! Il l’utilise chaque année de 1930 à 1935. En 1933, Pharos reçoit Gay Gamp (Gay Crusader-Bayardo), refaisant le croisement de Cameronian. Naît El Greco, cheval de grande classe contemporain de Donatello II. À 4ans, seul Nearco le devance.

Le croisement de Nearco. Fairway (St Leger, etc…), propre frère de Pharos, entre au haras en 1931. Il reçoit Gay Gamp en 1932, d’où Ettore Titto, bon cheval qui ne valait pas El Greco, quasi propre frère, puis naît en 1933 Nuwara Eliya (Craig-an-Eran & Alista, par Farasi), d’où Angelo Bronzino, honnête cheval.

À qui présenter Nogara, vide de Blenheim, ce printemps 1934 ? D’après des auteurs, Tesio voudrait Fairway mais ne peut avoir une saillie. Il se rabat sur Pharos, dont il craint une tenue insuffisante pour Nogara, qualifiée de miler. Nearco naît en 1935. Son pedigree s’appuie sur St Simon (5x4x4x5), choix de Tesio via Havresac II et Pharos, soit un assemblage américano-franco-anglais qui réussit chez Boussac !

Craignant le manque de tenue de Nearco, alors invaincu, Tesio lui fait faire, quelques jours avant le Grand Prix de Milan (3.000m, 3ans et plus), un galop sur 3.000m qu’il qualifie de severissimo et qui reste un exemple célèbre de ses méthodes d’entraînement. Nearco remporte le Grand Prix de Milan. Huit jours et un voyage Milan-Paris en train plus tard, Bistolfi, son partenaire, gagne le Prix d’Ispahan, et Nearco le Grand Prix de Paris. Puis Nogara rencontre des étalons très différents pour avoir six fils et une seule fille :

Nom

Sexe

Né en

Père

Performances

Niccolo dell’Arca

m

1938

Coronach

Invaincu à 3ans (7v), 10v 3p, excellent père de mères

Nicolaus

m

1939

Solario

9v, 14p

Nakamuro

m

1940

Cameronian

Deuxième du Derby italien, 4v 3p, (croisement de Nearco)

Nervesa

f

1941

Ortello

Oaks d’Italie, 3v 8p, 3x4 Ajax & 4x3 Rabelais

Niccolo d’Arezzo

m

1942

Ortello

3v 6p

Naucide

m

1945

Bellini

Invaincu à 2a (4v), 6v 3p, 3x2 Havresac II

King of Tara

m

1947

ElGreco/Torbido

Vendu in utero en GB,


La diversité des croisements évoqués pour Fausta et Catnip montrent un Tesio sans schéma préconçu.

Les essais peu nombreux de Tesio pour refaire le croisement de Nearco échouèrent. 

Tenerani, le père de Ribot. Tenerani entre au haras en 1949 en Italie, époque où le contrôle des changes s’éloigne. Il y reste trois ans et reçoit 17 poulinières de Tesio, puis 11 et la dernière année 23, dont sortiront deux classiques, Derain (St Leger Italien) et Ribot.

Examinons le côté maternel. Dans la recherche de vitesse, les éleveurs anglais ont remarqué le rôle de l’étalon Springfield. Tesio a un faible pour la rencontre dans un pedigree d’un frère et d’une sœur : St Simon & Angelica, etc… Sainfoin (Derby 1890) & Sierra (Springfield). Celle-ci engendre Sundridge, père de Sunstar (Derby 1911), très en vue pendant et après la guerre. Sainfoin est le point de départ de la lignée Rock Sand (Triple couronne anglaise) - Tracery (St Leger) - Papyrus (Derby 1923) et est le grand-père maternel de Phalaris et Hurry On ! Or, Tesio a un faible pour Tracery et Hurry On et réussit bien avec Pharos (Phalaris). Sainfoin et/ou Sundridge, qui apportent de la vitesse classique au sens Tesio, se retrouvent dans presque tous ses chevaux.

Tesio cite dans ses références le croisement Bayardo/Sundridge comme toujours excellent : c’est celui de Gay Gamp (1923, Gay Crusader - Bayardo - et Parasol, par Sunstar), achetée en 1931 et qui produit El Greco (1934 Pharos - inbred 4x5 Sainfoin/Sierra), remarquable en course, entré au haras en 1939.

Comment il a fabriqué la souche. Tesio achète foal Barbara Burrini (1937, par Papyrus & Bucolic, par Buchan – linebred 4x5 Sainfoin/Sierra), future deuxième mère de Ribot. Elle gagne six fois. Curiosité : Talma (1933, Papyrus & Tolbooth, par Buchan), au pedigree semblable, met au monde, dans un autre haras, un fils de Cavaliere d’Arpino, Trau, qui gagne 13 courses, puis son frère Traghetto (1942 - 13 victoires en 15 sorties), meilleur cheval de son année. Au haras, en 1942, la logique voudrait que Tesio la présente à Cavaliere d’Arpino, hélas réformé, ou à Bellini, son meilleur fils qui entre au haras. Elle est saillie par El Greco et ne sera jamais présentée à Bellini ! Elle est seulement saillie tardivement par Tenerani, son fils, pour être vendue. Etonnant ! …Tesio obtient Romanella (1943).

Très vive cette pouliche est délicate. Sans doute ses linebreeding 4x4 Sunstar et 5x5 Sainfoin (soit 5x6x5x6 sur Sainfoin/Sierra) l’ont-ils marquée. Remarquable 2ans, elle ne peut pas courir à 3ans, âge auquel elle est présentée au champion Niccolo dell’Arca. Elle met bas une pouliche deux années de suite, la dernière, Rosalba Bernini, de niveau petit Groupe.

En 1948, troisième saison, Tesio l’envoie à … Traghetto (Il est vrai que Bellini a été vendu aux Allemands fin 1944 et son excellent fils Tenerani entre au haras en 1949) : inbreeding 2x2 Talma/Barbara Burrini ! Audacieuse expérience mais son poulain meurt très tôt.

Le croisement qui a donné Ribot. Le croisement avec un descendant mâle de Cavaliere d’Arpino (Trau et Traghetto, trop proches parents mis de côté) n’est toujours pas tenté lors des deux années suivantes car les frontières sont à nouveau ouvertes et Tesio trépigne d’impatience de procurer à son élevage les courants de sang mis en évidence en Grande-Bretagne pendant la guerre. Il envoie Romanella à la saillie d’Airborne (Derby), petit-fils d’Hurry On, comme Niccolo dell’Arca, avec qui elle avait eu d’honnêtes femelles. Un poulain et une pouliche voient le jour ; ils sont médiocres. Pour cette sixième saison au haras, Tesio tente enfin le croisement de Traghetto.

Peut-être s’est-il fait aussi la remarque que Romanella amènerait de la vivacité à la production d’un étalon dur, solide mais sans réelle pointe de vitesse. Autrement dit, un beau complément de qualités pour faire le grand cheval après lequel court l’éleveur qu’il est.

Le marquis Incisa della Rochetta indique dans ses mémoires que Tesio détestait à la fois Romanella, qui l’avait beaucoup déçu, et Tenerani, qu’il trouvait laid. Comment accepter cette explication quand on s’aperçoit que Tesio a envoyé à Tenerani 51 poulinières en 3 ans – plus que le très apprécié grand-père Cavaliere d’Arpino en une carrière –- et que la dernière année, il en reçut 23, dont la mère, Romanella, et la fille, Rosalba Bernini ? Est-ce une hérésie de croire que Tesio avait une idée précise de la réussite éventuelle de ce croisement ?

Ribot 1952

Tenerani (2x3x2 SCH)

Bellini

Cavaliere d’Arpino

Bella Minna

Tofanella

Apelle

Santa Minna

Romanella (5x6x5x6 Sainfoin/Sierra)

El Greco

Pharos

Gay Gamp (Gay Crusader)

Barbara Burrini

Tracery

Bucolic (Buchan)

Ainsi naquit Ribot, le cheval du siècle, invaincu en 16 courses réalisées en trois saisons dans trois pays avec à son palmarès les plus grandes courses : deux fois l’Arc de Triomphe, les King George VI and Queen Elizabeth Stakes, Grand Prix de Milan, Gran Premio du Jockey Club (Italie), Gran Criterium (2ans). Ce petit parcours chez Tesio montre que Ribot est l’aboutissement de plusieurs recherches du Mmaestro et de sa persévérance.