Cagnes-sur-Mer soutient Cœur de course, une association de reconversion de chevaux de course

Courses / 31.01.2019

Cagnes-sur-Mer soutient Cœur de course, une association de reconversion de chevaux de course

L’association Cœur de course est accréditée par Au-delà des pistes et participe activement à la prise en charge des chevaux réformés. Elle fonctionne en partenariat avec l’hippodrome de Cagnes-sur-Mer. Ludyvine Crépeau, gérante de la structure, nous décrit son association et son processus de reconversion.

Venant du milieu du spectacle équestre, Ludyvine Crépeau a découvert celui des courses grâce à son compagnon. Elle a vite été touchée par l’importance de la reconversion des chevaux de course. Elle nous a dit : « J’ai été approchée par beaucoup d’entraîneurs et en voyant les besoins de ces chevaux, j’ai créé Cœur de course, en partenariat avec l’hippodrome de Cagnes-sur-Mer, en 2015. »

Déjà plusieurs chevaux reconvertis. Dotée d’une capacité d’accueil de 15 chevaux, Cœur de course dispose aussi d’un paddock, d’une petite carrière et un rond de longe sur l’hippodrome de la Côte d’Azur. Ludyvine Crépeau précise : « Les chevaux ont également accès aux pistes et aux grandes carrières de l’hippodrome. Je m’occupe des chevaux avec plusieurs bénévoles très investis dans l’association. Je travaille aussi avec une cavalière qui a elle-même collaboré avec Rodrigo Pessoa. Ce sont les chevaux qui nous disent ce qu’ils feront comme sport après les courses. » À ce jour, l’association a déjà reconverti plus de 150 chevaux et 99 % d’entre eux sont ensuite replacés chez des particuliers et même professionnels.

« Le processus de reconversion est effectué au cas par cas. En arrivant, les chevaux ont d’abord une phase de repos, qu’ils aient besoin d’une période de convalescence ou non. Les chevaux convalescents sont bien évidemment soignés. Tous les pensionnaires sont promenés sur l’hippodrome où ils sont confrontés à un environnement extérieur. » Les chevaux sains sont longés puis montés et essayés sur des sauts en longe. « Ce sont des chevaux avec un bon tempérament, faciles, qui se plient à beaucoup de choses. Ils sont intelligents, ils comprennent qu’on leur veut du bien. »

Une Société des courses impliquée. L’hippodrome de la Côte d’Azur est partenaire de l’association Cœur de course. François Forcioli-Conti, président de la Société des courses de la Côte d’Azur, nous a dit : « L’association gère la reconversion des chevaux de course. De notre côté, nous leur mettons à disposition une quinzaine de boxes à l’année, mais aussi certains espaces de l’hippodrome pour entraîner les chevaux. Ludyvine Crépeau travaille avec une équipe compétente pour former les chevaux qui lui sont confiés. » Ce partenariat témoigne d’une réelle implication des professionnels dans le processus de réforme des ex-chevaux de course. François Forcioli-Conti ajoute : « Nous avons une image à redorer, il est donc primordial d’être impliqué dans la seconde vie des chevaux de course, de quelque manière que ce soit. C’est pourquoi ce partenariat existe. »

Redorer l’image. Le fait que l’association travaille sur l’hippodrome participe à améliorer l’image des courses. Ludyvine Crépeau précise : « L’hippodrome est le meilleur endroit pour côtoyer les professionnels. Ils voient les chevaux travailler et nous leur donnons des nouvelles de leurs anciens pensionnaires. Des gens de l’extérieur sont aussi amenés à venir sur place. Ils voient évoluer les chevaux dans un autre environnement, ils voient des gens dévoués, cela leur ouvre les yeux sur les courses d’une manière différente. »