ÉLECTIONS À L’ECSSO - La parole aux candidats

Élevage / 30.01.2019

ÉLECTIONS À L’ECSSO - La parole aux candidats

Le 2 février à Pau, le Syndicat des éleveurs du Sud-Ouest (Ecsso) va élire six nouveaux membres de son Conseil d’administrations pour une durée de six ans. Nous avons donné la parole aux candidats… Deuxième épisode avec Simon Urizzi et Virginie Fremiot.

Simon Urizzi : « Ne plus être simplement spectateur des décisions qui sont prises »

Pilier du haras des Faunes depuis de nombreuses années, Simon Urizzi élève aussi pour son compte. Le fer de lance de son jeune élevage personnel n’est autre que Sands of Mali (Qipco British Champions Sprint Stakes, Gr1). À l’approche de la trentaine, il a acheté une propriété avec son épouse.

« Au départ nous n’avions que deux ou trois juments. Nous en faisons saillir sept cette année, dont trois jeunes. J’essaye de produire des chevaux avec un coût de revient réaliste et j’utilise beaucoup les étalons régionaux, en misant sur la précocité. Mon objectif, c’est de sortir des 2ans, pour améliorer les pages de catalogues rapidement et accéder aux primes à l’éleveur sans attendre. Après des années à œuvrer dans cette filière, il apparaît logique de s’impliquer aussi dans l’aspect associatif de notre activité, pour ne plus être simplement spectateur des décisions qui sont prises. Je souhaite prendre part au débat, apporter mon point de vue et faire avancer les choses. Le grand Sud-Ouest bouge beaucoup, avec notamment l’arrivée de nouveaux entraîneurs. Ces jeunes professionnels connaissent une bonne réussite. Plusieurs jeunes éleveurs se lancent également et l’ensemble de ces éléments me pousse à croire que notre région, qui était parfois frappée par une certaine morosité, est en train de retrouver des couleurs. La réussite des ventes Osarus de La Teste représente un gros coup de pouce. Nous pouvons ainsi trouver un débouché pour notre production car les entraîneurs, du Sud-Ouest mais aussi d’ailleurs, y sont actifs. Aujourd’hui, il est nécessaire de se rapprocher des entraîneurs de la région car les éleveurs ont besoin de faire exploiter certains chevaux qu’ils ne veulent pas vendre à perte. Nous devons tous travailler pour retrouver de nouveaux propriétaires et je constante que cela bouge aussi un peu de ce côté-là dans la région. Il faut aussi s’appuyer sur des sociétés de courses dynamiques, comme celles de La Teste par exemple. La particularité de notre région, c’est d’être un mélange, avec des chevaux de plat, mais aussi de l’obstacle, des anglo-arabes et des pur-sang arabes »

Virginie Fremiot : « Marcher dans les traces de mon père »

À la suite de son père, Virginie Fremiot a repris les rênes du haras d'Ayguemorte, aux portes de Bordeaux. Yves Fremiot, qui a longtemps présidé le Syndicat des éleveurs du Sud-Ouest, a également transmis la fibre associative à sa fille qui, forte de son expérience, veut mettre son énergie au service de la filière locale.

« Reprenant le haras, je veux marcher dans les traces de mon père en m’investissant dans l’Institution. J’ai grandi dans cet univers et les courses me passionnent. J’ai d’ailleurs monté en course avant de venir travailler à l’élevage où je m’occupe des juments de mon père, de celles de nos clients mais également des miennes. La vente Osarus est l’image de l’élevage régional : elle sort tous les ans des bons chevaux, des 2ans bien sûr, mais surtout des sujets capables de durer, en plat comme sur les obstacles. Les acheteurs savent qu’ils peuvent y trouver des yearlings dans un bon rapport qualité/prix qui leur permettra de conserver une certaine rentabilité. Chaque année, le Sud-Ouest peut s’enorgueillir de produire de bons chevaux. À ce titre, l’année 2018 restera comme un bon cru, aussi bien en plat (Sands of Mali, Gailo Chop, Sexy Metro, Mr Satchmo…) que sur les obstacles (Master Dino, Pic d’Orhy, Mester, Balkan du Pecos, Alex de Larredya, Optimus Prime…). Le Sud-Ouest sort donc tous les ans des chevaux capables de briller parmi l’élite. Le haras d’Ayguemorte, comme beaucoup dans la région, produit aussi bien des chevaux de plat (Vertigineux…) que d’obstacle (Gemix…) ou des anglo-arabes (Erreur, Paban de France…). »