Hermine Bastide - « Depuis le premier jour où les No Nay Never sont arrivés à Ballydoyle, ils nous ont impressionnés. »

Élevage / 18.01.2019

Hermine Bastide - « Depuis le premier jour où les No Nay Never sont arrivés à Ballydoyle, ils nous ont impressionnés. »

Hermine Bastide : « Depuis le premier jour où les No Nay Never sont arrivés à Ballydoyle, ils nous ont impressionnés. »

Après une décennie au sein de l’écurie d’Aidan O’Brien, Hermine Bastide vient d’être choisie pour être le représentant français de Coolmore. Quelques heures avant de prendre la direction de la Normandie pour la Route des Étalons, elle nous a présenté son parcours et les grands espoirs du plus grand haras irlandais pour 2019.

Par Adrien Cugnasse

Jour de Galop. - Quel a été votre parcours avant Ballydoyle ?

Hermine Bastide. - J’ai effectué mes études supérieures au lycée agricole de Sées avant de partir directement travailler pour Aidan O’Brien en 2009. J’ai commencé à Ballydoyle en tant que cavalière d’entraînement et groom de voyage. Depuis quelques années, j’ai également intégré la racing office. Mes missions étaient multiples, mais elles concernaient notamment la logistique des chevaux à l’entraînement, les engagements et les déclarations.

Lors de quels événements les éleveurs français vont-ils pouvoir venir à votre rencontre dans les semaines à venir ?

Je serai présente ce week-end sur la Route des Étalons. Par la suite, j’espère rencontrer le plus d’éleveurs possible aux ventes de février de l’agence Arqana.

Le risque était réel que la lignée mâle de Montjeu s’éteigne en plat. Heureusement, avec Camelot, il a peut-être trouvé son successeur. Celui-ci a réalisé une fantastique saison 2018…

En effet, Camelot (Montjeu) a eu une année spectaculaire grâce à sa production. Celui qui est passé proche de réaliser la triple couronne anglaise a notamment donné deux gagnants à Royal Ascot, dont le 2ans Arthur Kitt (Camelot), lauréat des Chesham Stake (L), alors qu’Hunting Horn (Camelot) s’est imposé dans les Hampton Court Stakes (Gr3). Camelot a donné trois gagnants de Gr1 en 2018 : deux 3ans, Latrobe (Derby Irlandais) et Athéna (Belmont Oaks) et une femelle de 2ans contre les mâles Wonderment (Critérium de Saint-Cloud). Pink Dogwood — la propre sœur de Latrobe — est une autre pouliche dont on considère à Ballydoyle qu’elle a beaucoup de potentiel. Je pense qu’elle pourrait briller cette année et faire partie des nombreuses stars à venir dans la production de Camelot !

Scat Daddy est le type d’étalon capable de donner vitesse et précocité, mais aussi des classiques (Justify). La production de son fils No Nay Never a impressionné en 2018. Avez-vous déjà eu un sire de première production avec de telles statistiques ?

Depuis le premier jour où les No Nay Never (Scat Daddy) sont arrivés à Ballydoyle, ils nous ont impressionnés. Surtout, ce sont des chevaux qui continuent à évoluer dans le bon sens avec le travail et les courses. Ils nous font rêver comme leur père nous a fait rêver avant eux ! C’est aussi le cas de nos autres fils de Scat Daddy (Johannesburg). Carravaggio (Scat Daddy) était un bien meilleur sprinter. Sioux Nation (Scat Daddy), comme No Nay Never, est un joli cheval, puissant, avec de la taille.

Ruler of the World a signé une belle première saison, donnant une gagnante de Gr1 et plusieurs bons 2ans. À seulement 8.000 € en 2019, il présente un tarif très attractif. Sa carrière connaît-elle un second souffle ?

Cet étalon avait malheureusement dû être arrêté à cause d’une blessure lors de la deuxième moitié de sa première saison de monte. C’est la raison pour laquelle Ruler of the World (Galileo) a eu une production quantitativement très faible en 2018, soit l’année de ses premiers 2ans en piste. Avec seulement dix-neuf partants, il a réussi à produire une gagnante de Gr1. Il s’agit d’Iridessa, lauréate des bet365 Fillies' Mile Stakes (Gr1). Cette pensionnaire de Joseph O’Brien est un espoir classique pour cette année. Ruler of the World a également donné un gagnant black type en Italie. Fort de ces résultats et de son excellent rapport qualité-prix, il va effectivement saillir un plus grand nombre de juments cette année.

Australia, lui aussi un Derby winner, a donné trois placés de Gr1 et un gagnant de Gr2 avec ses premiers 2ans. L’année 2019 s’annonce donc sous les meilleurs auspices pour la production de celui qui fut le meilleur 3ans européen de sa génération ?

Depuis le premier jour, Aidan O’Brien croit énormément au potentiel d’Australia (Galileo) en tant qu’étalon. Il attend d’énormes progrès de la part de sa première génération, qui prend 3ans. Coolmore propose aux éleveurs un large panel de jeunes étalons et sires confirmés. Nous lançons d’ailleurs quatre débutants en 2019 : Gustav Klimt (Galileo), U S Navy Flag (War Front), Saxon Warrior (Deep Impact) et Sioux Nation (Scat Daddy). Ils ont tous beaucoup d’arguments à faire et sont très bien accueillis par les éleveurs. Les quatre vont saillir un grand nombre de juments de qualité.

L’Irish Stallion Trail a battu un record de fréquentation. Pour Coolmore est-ce une autre manière de faire découvrir les courses au grand public, après avoir beaucoup œuvré pour l’émergence du musée du cheval à Fethard ?

Oui, il est vrai que cette année encore cet événement fut un succès. Une part importante du public irlandais a un lien direct ou indirect avec le monde des courses. Les Irlandais apprécient vraiment l’opportunité qui leur est offerte par les haras de pouvoir retrouver les champions d’hier.