L’Angleterre peut dire merci à la France !

International / 26.01.2019

L’Angleterre peut dire merci à la France !

L’Angleterre peut dire merci à la France !

Les samedis d’hiver se suivent et se ressemblent. Les plus belles épreuves du programme d’obstacle anglais se disputent les unes après les autres et la France confirme qu’elle est bien la meilleure usine à fabrique de sauteurs au monde. Imaginez un peu les lots maigrelets et le niveau de l’obstacle britannique sans les french breds… De quoi avoir peur ! Samedi à Cheltenham, pour le Trial’s Day en vue du Festival, trois des cinq Groupes sont revenus à des français. Les anciens pensionnaires de Guy Cherel, Fakir d’Oudairies (Kapgarde) et Fine Brunello (Al Namix), ont pris les deux premières places de la préparatoire au Triumph Hurdle (Gr1). Le premier nommé a d’ailleurs été très séduisant. Achetés chez Arqana, Siruh du Lac (Turgeon) et Frodon (Nickname) ont chacun enlevé leur Groupe avec la manière. Depuis son arrivée en Angleterre, Frodon n’a cessé de progresser et il est maintenant un candidat à la Cheltenham Gold Cup (Gr1). Du côté de Doncaster, Dynamite Dollars (Buck’s Boum) a poursuivi sa moisson de succès en gagnant le Lightning Novices’ Chase (Gr2) en vue de l’Arkle Chase (Gr1). Quatre des huit Groupes programmés en Angleterre sont revenus à des français. Ce sont tous d’excellents chevaux. Mais, à l’exception de Dynamite Dollars qui évolue sur un créneau spécial (3.200m), auraient-ils fait la carrière qui est la leur en France ? Ce n’est pas sûr du tout. Pourquoi ? Parce qu’ils auraient peut-être trouvé plus fort qu’eux, que ce soit du côté des steeple-chasers ou de nos jeunes hurdlers. Voilà pourquoi les chevaux entraînés dans l’Hexagone ne devraient pas hésiter à conquérir la Grande-Bretagne… avant, peut-être, que ses portes ne se ferment !