L’écurie des Horsewives a fait peau neuve pour 2019 !

Courses / 23.01.2019

L’écurie des Horsewives a fait peau neuve pour 2019 !

L’écurie des Desperate Horsewives fait peau neuve. Réservée aux femmes et renommée écurie des Horsewives, elle arbore de nouvelles couleurs en 2019. Grâce à Jiosco (Dubawi) la casaque a déjà passé le poteau en tête, le 14 janvier à Cagnes-sur-Mer. Blanche de Granvilliers, qui la préside, nous présente la nouvelle formule.

Jour de Galop. – Comment fonctionne l’écurie des Horsewives ?

Blanche de Granvilliers. – Je m’occupe de l’écurie des Horsewives avec Hortense Ozmu, en charge de la communication et dont le rôle est essentiel. C’est bénévolement que l’on adresse aux membres des newsletters avec des nouvelles des chevaux, des engagements et de l’entraînement. Mais aussi des informations sur l’ancien cheval que l’écurie a pu avoir sous ses couleurs et qui a été racheté par une des associées pour assurer sa reconversion. Aujourd’hui, nous avons un cheval à l’entraînement en association avec sa propriétaire et entraîneur, Valérie Dissaux, il s’appelle Jiosco et a d’ailleurs gagné à Cagnes il y a une semaine. Nous remercions chaleureusement Valérie pour sa confiance et son travail car, grâce à cette victoire, nous allons essayer de réinvestir dans un cheval pour l’année 2019 !

Qui sont les membres de votre écurie de groupe ?

Ce sont uniquement des femmes, pour la plupart non-issues du monde des courses. L’idée de base était de promouvoir les courses auprès de personne qui ne connaissent pas le milieu. Pour beaucoup c’est un monde assez fermé et inconnu. Grâce à l’écurie, elles ne se sentent plus étrangères à ce milieu. Nous avons une page Facebook pour communiquer, et régulièrement, nous recevons des candidatures spontanées pour faire partie de l’écurie. Beaucoup de personnes sont amusées par l’idée d’avoir une part de cheval tout en partageant de bons moments.

Organisez-vous des manifestations différentes des courses ?

Nous avons déjà organisé pas mal d’événements différents autour des chevaux. Évidemment, nous organisons des matinées à l’entraînement, puis à l’hippodrome. Mais les filles se rencontrent aussi en-dehors autour d’un verre, c’est ce qui est sympa aussi.