Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

LE MAGAZINE - Les duos qui vont faire la Une en 2019

International / 09.01.2019

LE MAGAZINE - Les duos qui vont faire la Une en 2019

L’année 2019 s’annonce riche sur le plan sportif comme institutionnel. Nous vous présentons aujourd’hui une liste de dix duos qui vont faire parler d’eux cette année.

John Gosden & Frankie Dettori

John Gosden est l’homme qui a changé la vie de Lanfranco Dettori. C’est en 1993, sur un moment de déprime, que le pilote avait décidé de quitter l’Angleterre pour s’installer à Hongkong. Un coup de fil de l’entraîneur et un contrat de premier jockey ont convaincu Lanfranco de rester. Heureusement ! Vingt-cinq ans après, les deux sont toujours ensemble et ils continuent à s’amuser, même si un entraîneur de soixante-sept ans et un jockey de quarante-huit ans pourraient penser à la retraite.

Deux mille dix-neuf sera l’année des grands défis. Le troisième Arc d’Enable (Nathaniel), bien sûr, mais aussi les 2.000 Guinées de Too Darn Hot (Dubawi), soit le seul classique qui manque au palmarès de Gosden. Il est vrai que, comme on dit en Angleterre, un homme qui a un bon 3ans "ne se suicidera jamais", mais il y a quelque chose en plus qui explique cette envie de continuer. Il ne s’agit pas d’une question d’argent, ni de la gloire, mais plutôt de suivre sa vocation. En plus, John et Frankie ne sont pas faits pour flâner et à leur âge, au-delà des courses, le seul défi possible est de se lancer en politique. Gosden, qui a mis d’accord le cheikh Mohammed Al Maktoum et Coolmore, serait un premier ministre parfait, plus sage et aimé que Theresa May, pour l’Angleterre. Et vu la concurrence, même s’il est au niveau zéro en politique, Frankie ne ferait pas pire à la gouvernance de l’Italie que le trio Conte, Salvini & Di Maio…

Le cheikh Mohammed Al Maktoum & Charlie Appleby

Le cheikh Mohammed peut bien dédier une rue de Dubaï à Charlie Appleby. L’entraîneur a fait gagner deux de ses courses de rêve – le Derby et la Melbourne Cup – à la casaque Godolphin, qui est le drapeau de l’Émirat. Et il déjà assez surprenant qu’il n’ait pas encore créé la Masar Road ou la Place Dubawi ! La barre est posée encore plus en haut pour 2019.

Charlie Appleby doit apporter à son patron le premier Derby d’un fils de Dubawi ou, pourquoi pas, le Kentucky Derby. L’entraîneur maison connaît bien les ambitions du cheikh Mohammed et il est un interprète parfait dans ce rôle. Les bons chevaux ne suffisent pas pour expliquer la réussite de l’escadron Godolphin & Appleby. En 2018, le jeune entraîneur (quarante-trois ans) a gagné des Grs1 dans six pays différents : c’est exactement la réalisation de l’idée de base de Godolphin. Lorsqu’il avait créé sa dream team, dans les années 90, le cheikh Mohammed souhaitait parvenir à ce résultat, mais il était peut-être en avance de vingt ans sur son temps. Il lui a fallu croiser le chemin d’un anglais de Southampton, qui vit pour les chevaux.

Cyril Linette & Laurent de Gourcuff

L’un est chargé de faire revenir les parieurs… L’autre a pour mission de ramener du public sur les hippodromes, ou tout du moins à ParisLongchamp. Les missions de Cyril Linette, directeur général du PMU, et de Laurent de Gourcuff, fondateur et directeur du groupe Noctis, sont finalement complémentaires. Cyril Linette, nommé en 2018, a fait de nombreuses annonces chocs depuis sa nomination. En 2019, les actions commencent. La première est la réforme du Quinté +, plus proche de ce qu’il était à l’origine. Le Quinté + nouvelle formule entre en action ce jeudi et a pour but de consolider la base de parieurs existants. C’est la première phase du plan Linette. La deuxième phase sera celle de la conquête de nouveaux parieurs. Cela devrait commencer avec une nouvelle manière de communiquer : le PMU a ainsi choisi l’agence de publicité Buzzman pour l’aider dans sa mission et lui donner une nouvelle image. On doit déjà à Buzzman les publicités d’Ikea ou de Burger King.

L’action de Laurent de Gourcuff et du groupe Noctis a déjà été bien visible en 2018. Les Jeuxdi ont été une vraie réussite, ramenant du public à ParisLongchamp tous les jeudis soirs durant le printemps. Un public constitué de la jeunesse dorée parisienne, à conquérir, que ce soit en vue d’en faire de nouveaux parieurs ou de futurs propriétaires. Il y a encore du travail à faire pour atteindre cet objectif, mais l’étape numéro 1, c'est de les faire venir aux courses et ce fut une réussite. ParisLongchamp a vibré pendant tout le premier semestre… Peut-être faudrait-il aussi confier les clés des animations à Noctis sur les autres hippodromes parisiens ?

Christophe Soumillon & Pierre-Charles Boudot

Le duel entre Christophe Soumillon et Pierre-Charles Boudot fait couler beaucoup d’encre depuis 2015, année où ils se sont partagé la Cravache d’or… Depuis, entre rivalité sous forme parfois de règlement de comptes, ils se livrent une lutte acharnée pour le titre. Pierre-Charles Boudot décroche en 2016 un record d’Europe ? Christophe Soumillon lui répond l’année suivante. En 2018, c’est l’aîné qui l’a emporté sur son cadet. En 2019… Les paris sont ouverts !

La lutte Boudot/Soumillon captive, parfois même au-delà des courses, comme l’a montré l’article publié dans L’Équipe, lequel a eu droit à beaucoup de commentaires. C’est une publicité pour les courses, bien entendu, mais elle éclipse aussi tous les autres jockeys évoluant en France. La chasse à la Cravache d’or, devenue pendant deux ans une chasse au record, suscite également des interrogations pour les jockeys évoluant en province, qui voient les têtes de liste débarquer régulièrement, car chaque point, chaque victoire, compte. D’où la question : n’est-il pas temps de réformer la Cravache d’or sur la saison de plat et non pas sur l’année, pour que chacun ait le maximum d’opportunités possible ?

Édouard de Rothschild & l’invité mystère

L’année 2019 rime avec année électorale. À ce stade, il est difficile de voir qui pourrait être un véritable adversaire au président actuel de France Galop, Édouard de Rothschild. Un invité mystère pourrait cependant émerger dans l’année, dans un contexte social assez tendu au sein des courses.

Tous les éléments sont réunis pour assister à une élection assez particulière cette année. Et, en 2019 peut-être plus que jamais, les cooptés devraient avoir en main les clés de l’élection à la présidence de France Galop. Un certain nombre d’entre eux vont être touchés par la limite d’âge et ne pourront plus siéger au Comité de France Galop. Nous devrions donc assister à un renouvellement assez important… Un élément qui pourrait changer la donne.

Philippe Savinel & Dominique de Bellaigue

C’est aussi une année électorale du côté de LeTrot. En décembre 2019, Dominique de Bellaigue devrait quitter la présidence de la société-mère, poste qu’il occupe depuis 1997. Il a annoncé en 2018 qu’il ne se représenterait pas en 2019… Une surprise reste toujours possible. Qui donc pour prendre la tête de LeTrot ? Le nom qui circule particulièrement est celui de Philippe Savinel. Il est entré au Conseil d’administration de LeTrot en décembre 2018, suite au retrait de Bernard Desmontils. Philippe Savinel est le président-directeur général du groupe Pernod Ricard. Comme l’ont souligné nos confrères de Paris-Turf, il devrait prendre sa retraite dans le courant de l’année 2019. Avec peut-être une nouvelle présidence à la clé.

François Nicolle & Jacques Détré

On les a vus partout en 2018… L’entraîneur au chapeau, François Nicolle, et les couleurs d’un de ses propriétaires, Jacques Détré (souvent en association). D’ailleurs, si vous regardez le top 5 des chevaux entraînés par François Nicolle l’an passé, vous constaterez que quatre d’entre eux sont liés à Jacques Détré : Bipolaire ** (Fragrant Mix), De Bon Cœur ** (Vision d’État), Polirico ** (Cokoriko) et Pic d’Orhy ** (Turgeon)… Tout n’a pas forcément été simple : Bipolaire n’a pas eu de chance dans le Grand Steeple-Chase de Paris et De Bon Cœur a dû faire une croix sur l’automne…

Les deux hommes sont armés sur tous les plans : steeple-chaser d’âge, hurdler d’âge, mais ils ont aussi à leur disposition un vrai vivier de jeunes chevaux qui sont en mesure de continuer à casser la barraque cette année… Auteuil leur appartient.

Guillaume Macaire & Benoît Gabeur

C’est le duo miroir à celui formé par François Nicolle et Jacques Détré… Guillaume Macaire et Benoît Gabeur dominent aussi Auteuil, d’une manière un peu différente. Benoît Gabeur apparaît surtout dans la colonne des éleveurs (avec sa femme). Son rôle est prépondérant dans la réussite des grandes casaques de Guillaume Macaire. L’année 2018 aura été contrastée pour le duo : So French (Poliglote) n’a pas été percutant, tout comme Device (Poliglote), sur la touche ensuite pour le second semestre…

Les chevaux liés à Guillaume Macaire et Benoît Gabeur ont malgré tout réalisé un très beau premier semestre… avant de se retrouver sur la touche à l’automne : c’est le cas de Whetstone ** (Saint des Saints), reine des 4ans sur le steeple au printemps, ou encore d’On the Go ** (Kamsin), lauréat du Grand Steeple-Chase de Paris et out à l’automne… L’année 2019 pourrait être celle du rebond de certains éléments et de l’avènement de nouveaux champions : on pense par exemple à Please God ** (Saint des Saints), invaincu en deux sorties à l’automne de ses 3ans, et avec la manière, ou encore à Thrilling (Network), invaincue sur le steeple de Pau…