PEGASUS WORLD CUP TURF (GR1) - Bricks and Mortar a bâti son palace

International / 27.01.2019

PEGASUS WORLD CUP TURF (GR1) - Bricks and Mortar a bâti son palace

GULFSTREAM PARK (US), SAMEDI

Bricks and Mortar (Giant’s Causeway), avec un travail de maçon à l’ancienne, comme son nom (briques et mortier) l’indique, s’est bâti un palace de millionnaire. Il y a cinq mois, il était encore au centre de préentraînement de Stonestreet, en Floride, avec l’objectif de retrouver un champ de courses. Trois jours avant Noël, il a gagné une course à conditions, lors de sa rentrée après quatorze mois d’absence et ce samedi, il s’est imposé dans la Pegasus World Cup Turf (Gr1), avec à la clé un chèque de 2,65 millions de dollars (2,32 millions d’euros). Un conte de fées, si vous voulez, et très bien payé.

Magic Wand bonne deuxième. Irad Ortiz n’a pas paniqué en face, quand les leaders étaient déjà sur leur fin. Il a réussi à sortir son cheval qui a attaqué en troisième épaisseur et faisait déjà figure de gagnant à la fin du tournant. Bricks and Mortar a déposé Delta Prince (Street Cry), qui avait fait le gros du travail devant, et il s’est détaché franchement de la française Magic Wand (Galileo), pas très heureuse au moment du démarrage, qui a décroché une bonne deuxième place avec 796.875 $ (696.000 €). Le choix de courir sans Lasix, qui lui a donné droit à sept livres de décharge, n’a pas fait trop de différence. D’après le rating du Racing Post, Magic Wand a affiché 104, c’est-à-dire dix livres de moins que son standard en Europe. Pas de surprise, un cheval entraîné en Europe, fin janvier et après une campagne classique, ne peut pas faire plus.

La victoire de la patience. Chad Brown a décroché son premier Gr1 de la saison et a expliqué : « Ian Brennan a fait un grand travail à Stonestreet, tout comme le docteur Bramlage qui a opéré Bricks and Mortar quand il semblait perdu pour les courses. Nous avons fait un vrai travail d’équipe, avec beaucoup de patience. Je ne pensais pas avoir un cheval pour cette course et Bricks and Mortar a été prêt au bon moment, quand tous les autres étaient au repos. Les propriétaires, Seth Klairman et Bill Lawrence, ont eu du courage en payant un gros engagement. »

Un fils de Beyond the Waves. Seth Klairman (nom de course Klaravich Stables) est l’un des propriétaires américains les plus engagés dans les courses sur le gazon. Parmi ses meilleurs chevaux il y a la pouliche Newspaperofrecord (Lope de Vega), possible candidate aux 1.000 Guinées. Bricks and Mortar, acheté 200.000 $ à Keeneland Septembre, est le 33e lauréat de Gr1 issu du regretté Giant’s Causeway (Storm Cat), trois fois champion sire aux États Unis. Sa mère, Beyond the Waves (Ocean Crest), a gagné le Prix des Tourelles (L) et a pris plusieurs places dans les Groupes, dont la deuxième dans le Prix de Royallieu (Gr2), sous la férule de Jonathan Pease. Elle a donné deux autres gagnants de Stakes et cinq sujets black types.