Pour ou contre…  Le retour de la prime à l’éleveur pour les chevaux d’âge

Courses / 18.01.2019

Pour ou contre… Le retour de la prime à l’éleveur pour les chevaux d’âge

Oui : 74,53 %

Non : 25,47 %

Fin 2017, France Galop a voté une réforme des encouragements comportant plusieurs volets. Parmi ceux-ci, la suppression de la prime à l’éleveur pour les chevaux de 6ans et plus en plat et de 10ans et plus en obstacle, hors Groupes. Jusque-là, cette prime était la même dans toutes les classes d’âge. En plat : 15 % pour les chevaux "conçus" et 10 % pour les "non-conçus" dans les courses ouvertes. En obstacle : 15 % dans toutes les courses (nous ne rentrerons pas ici dans le débat sur les primes à l’étranger et autres primes spécifiques car nous nous écarterions trop du sujet qui est la prime aux chevaux d’âge).

Deux éléments d’information sont utiles pour éclairer notre débat :

1) Le plan se caractérise par une baisse des encouragements de 25 M€. Historiquement, la répartition de l’enveloppe entre propriétaires et éleveurs a toujours été de 90/10 : 90 % pour les propriétaires (sous forme de gains et primes) et 10 % pour les éleveurs (primes). En supprimant la prime aux "vieux", France Galop a demandé un effort aux éleveurs de 2,8 M€, soit 11,2 % de l’effort global. Au regard de la règle des 90/10, l’effort des éleveurs semble supérieur. Mais quand on regarde les chiffres globaux, on se rend compte qu’il permet simplement de rattraper le déséquilibre qui s’était instauré ces dernières années, conduisant les éleveurs à percevoir plus de 11 % de l’enveloppe générale en 2016.

2) La réduction de la prime à l’éleveur, telle qu’elle a été conçue, a plus impacté le plat que l’obstacle : 2,5 M€ pour le plat et 0,3 M€ pour l’obstacle – rompant avec le traditionnel 2/3-1/3. Le plat a donc fait un effort proportionnellement supérieur à celui de l’obstacle.

Lors de la première étape de notre sondage, vous vous êtes exprimés à 74,53 % pour le rétablissement de la prime à l’éleveur pour les chevaux d’âge. Si cela devait être le cas, comment celle-ci serait-elle financée ? C’est la question que nous vous posons aujourd’hui (voir les choix, en fin d’article).

Mais avant de répondre, nous avons nous-mêmes procédé à trois petites études statistiques, comme autant de scénarios possibles.

Étude 1

Si France Galop avait maintenu la prime à 15 % chez les chevaux d’âge…

En nous appuyant sur les chiffres 2018 publiés par France Galop sur son site, nous avons divisé les allocations disponibles pour chaque tranche d’âge chez les pur-sang anglais par le nombre de sujets vus en compétition lors de la saison au sein de cette catégorie. On obtient alors le gain moyen indicatif d’un pur sang en plat, par catégorie d’âge. Par souci de simplification, nous avons appliqué les taux de primes comme si ce cheval était conçu "FR" et comme s’il n’avait disputé que des courses ouvertes. Ce gain moyen indicatif est un indice, il n’est pas officiel et ne prend pas en compte toutes les subtilités de la répartition des prix en France ("FR" ou non, conçus ou non conçus…). Son objectif est avant tout d’illustrer et d’être le support de différents scénarios. 

Dans notre exemple, si France Galop n’avait ni réduit de 2,8 M€ la prime à l’éleveur ni supprimé la prime aux vieux chevaux, un éleveur X aurait touché l’indice (insistons bien sur le fait que cette somme est un indice, et non la somme réellement touchée) "2.164,05 €" de prime en 2018 pour son cheval d’âge.

Âge Gains (€) Prime propr. (€) Total (€) Prime éleveur 15 % (€)
2ans 9.230 5.538 14.768 2.215,2
3ans 14.433 8.660 23.093 3.463,95
4ans 14.464 6.509 20.973 3.145,95
5ans 14.298 6.434 20.732 3.109,8
6ans + 10.687 3.740 14.427 2.164,05

Étude 2

Si France Galop rétablissait une prime unique pour tous les chevaux…

À enveloppe constante – car le budget ne permet pas de revenir sur la baisse des encouragements –, la réintroduction de la prime aux chevaux d’âge imposerait de baisser la prime dans les autres générations. C’est d’ailleurs ce que demandent beaucoup d’opposants à la décision de France Galop, qui jugent plus équitable que tous les chevaux soient mis à contribution de manière égale.

Selon l’indice calculé dans notre exemple 1, en répartissant l’économie sur tous les âges, on obtient à titre indicatif un taux de prime unique égal à 12,7 %, soit 2,3 % de moins que les 15 % actuels.

Âge Gains (€) Prime propr. (€) Total (€) Prime éleveurs unique 12,7 % (€)
2ans 9.230 5.538 14.768 1.875,54
3ans 14.433 8.660 23.093 2.932,81
4ans 14.464 6.509 20.973 2.663,57
5ans 14.298 6.434 20.732 2.632,96
6ans + 10.687 3.740 14.427 1.832,23

Concrètement, l’effort serait donc porté par toute la population, pour éviter que les chevaux d’âge ne soient les seuls sacrifiés.

En partant de notre exemple, et donc à titre indicatif, cet effort représenterait une baisse de 15,3 % des revenus pour tous, sauf évidemment pour les vieux.

Âge Prime 2018 (15 % sauf vieux) Prime unique 12,7 % (€) Évolution (€) Évolution (%)
2ans 2.215,20 1.875,54 -339,66 -15,3
3ans 3.463,95 2.932,81 -531,14 -15,3
4ans 3.145,95 2.663,57 -482,38 -15,3
5ans 3.109,80 2.632,96 -476,84 -15,3
6ans + 0 1.832,23 1 832,23 NS

L’avantage de ce système est évident : l’éleveur touche des primes durant toute la carrière de son cheval si celui-ci court longtemps. Mais ce n’est pas le cas de tous les chevaux. Il est donc intéressant d’étudier ce que ce taux unique à 12,7 % implique pour tous.

Prenons l’exemple d’un cheval qui aura couru régulièrement entre 2ans et 6ans : 1.832 € à 6ans au lieu de 0 ; mais 1.830 € de moins (339,66 + 531,14 + 482,38 + 476,84) entre 2ans et 5ans. Dans une logique absolue,  puisque nous raisonnons à enveloppe égale, le résultat final est inchangé (hors écart marginal de 2 € lié aux arrondis). Mais pour l’éleveur de notre cheval-type, la somme finale ne sera la même que si son cheval court encore à 6ans. Sinon il touchera moins. Pour info, à ce sujet, seule la moitié des chevaux actifs à 3ans sera encore en piste à 6ans.

L’autre effort de bord négatif, c’est que l’éleveur dont le cheval aura couru entre 2ans et 6ans aura – certes – perçu la même somme, mais sur plus de temps. Cela veut dire moins de trésorerie dans l’attente de la cinquième année…

Étude 3

Si les propriétaires payaient pour les éleveurs…

Même si ce serait contraire à l’équilibre des 90/10 et à la santé du galop français, nous avons voulu tester l’hypothèse qui consisterait à faire payer la prime à l’éleveur des chevaux d’âge aux propriétaires. Pour cela, en restant dans notre exemple, nous avons prélevé notre indice "2.164 €" sur les primes perçues par les propriétaires.

Cela revient à appliquer une baisse de 7 %. De ce fait, la prime propriétaires des 2ans et 3ans qui est aujourd’hui de 60 % passerait à 55,8 %, la prime pour les 4ans et 5ans baisserait de 45 % à 41,85 %, etc.

Catégorie Gains (€) Taux prime actuel Prime propr. actuelle (€) Nouveau taux avec - 7 % Prime avec - 7 % (€) Évolution (€)
2ans 9.230 60 5.538 55,8 5.150,34 -387,66
3ans 14.433 60 8.659,81 55,8 8.053,61 -606,19
4ans 14.464 45 6.508,8 41,85 6.053,18 -455,62
5ans 14.298 45 6.434 41,85 5.983,71 -450,39
6ans + 10.687 35 3.740,45 32,55 3.478,62 -261,83
Total 30.881 28.717 (- 7 %)

Vous avez été très nombreux à participer au sondage en dix questions que nous avons lancé la semaine dernière, au sujet de l’avenir du galop français. Comme nous vous l’avions promis, nous vous proposons à présent de compléter vos choix en entrant dans le détail de leur mise en pratique lorsque cela le mérite. Chaque jour de cette semaine, nous allons reprendre ensemble les questions les unes après les autres. Il est encore temps de nous donner votre opinion sur le prélèvement de 0,1 % des gains au profit de la reconversion des chevaux :

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSfXPVTDPouK-4xvluaBPIG6CjGibaSeWQBhxvZYfJ0AZJV3IQ/viewform

et sur les modalités du retour du Quinté sur une grande chaîne nationale : https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSfXPVTDPouK-4xvluaBPIG6CjGibaSeWQBhxvZYfJ0AZJV3IQ/viewform

Nous poursuivons aujourd’hui avec le retour de la prime à l’éleveur pour les chevaux d’âge

Demain soir (daté samedi) : taxer les chevaux entraînés hors de France

Samedi soir (daté dimanche) : créer une prime propriétaire en obstacle

Dimanche soir (daté lundi) : professionnaliser le corps des commissaires

Votez !

Vous allez pouvoir voter sur le détail des modalités du retour à la prime à l’éleveur pour les chevaux d’âge avec ce lien :

https://docs.google.com/forms/d/1-WxImsTr8mAR-uJc1fTRprySg3rxB1LgFXEJhbcljW4/edit?usp=sharing

Voici les choix que nous vous proposons :

  • Faut-il évoluer vers une prime à l’éleveur unique de 12,7 % pour toutes les catégories d’âge ?

Oui

Non

  • Faut-il que l’obstacle fasse le même effort que le plat ?

Oui

Non

  • Faut-il décaler l’âge limite de perception de la prime à l’éleveur en plat ?

Oui

Non

  • Si oui, quel serait le bon âge limite en plat ?

7ans

8ans

9ans

10ans

Plus

  • Faut-il décaler l’âge limite de perception de la prime à l’éleveur en obstacle ?

Oui

Non

  • Et en obstacle ?

11ans

12ans

13ans

Plus

  • Faut-il mettre à contribution les propriétaires, en baissant leur prime, pour financer la prime à l’éleveur pour les vieux chevaux ?

Oui

Non