SUN MET (Gr1) - Qui veut gagner cinq millions (de rands) ?

International / 25.01.2019

SUN MET (Gr1) - Qui veut gagner cinq millions (de rands) ?

KENILWORTH (ZA), SAMEDI

Savez-vous qu’il existe un point commun entre le Sun Met (Gr1) et l’Arc de Triomphe ? Leur allocation ! Elle est du même montant (cinq millions) mais il y a un petit bémol tout de même : pour avoir un euro il faut 15,36 rands… C’est pour cela que faire du Sun Met l’Arc de Triomphe du Cap est un peu exagéré. Même s’il y a au départ une championne qui peut réussir le doublé, comme en France. Son nom ? Oh Susanna (Street Cry). En 2018, elle a pleinement tiré profit du petit poids qui lui était accordé. Pourtant, cette année, elle sera opposée aux mâles dans des conditions moins favorables. Ils ne sont que 13 au départ mais ce n’est pas Oh Susanna qui a fait fuir les candidats. Il s’agit d’un autre pensionnaire de Justin Snaith, le 4ans Do It Again (Twice Over). L’année passée, dans la même réunion du Sun Met, il avait décroché la deuxième place dans le Cape Derby (Gr1). Le hongre a poursuivi sur sa lancée, il s’est promené dans le Durban July (Gr1) sur 2.200m. Après sa rentrée dans les Green Point Stakes (Gr2), où il a terminé troisième sur la même ligne que le gagnant Legal Eagle (Greys Inn), il a affiché d’importants progrès pour remporter le Queen’s Plate (Gr1).

La valse des jockeys. Pour qu’un cheval de 2.000m et plus arrive à gagner un Gr1 sur le mile, il faut qu’il soit bon. Et Do It Again est très bon. Il reste le favori, même après la valse des jockeys. En effet, Anton Marcus, partenaire attitré de Legal Eagle, a délaissé son vétéran pour monter Rainbow Bridge (Ideal World). Il remplace Bernard Fayd’herbe, associé à Oh Susanna, alors que Richard Fourie reste sur Do It Again, cheval dont il avait pris la monte à Marcus dans le Queen’s Plate. Même si on est loin du niveau d’un Arc, le Sun Met reste la course qui passionne le plus les turfistes du Cap…

CAPE PREMIER SALE

L’Afrique du Sud chute encore

Le chiffre d’affaires de la Cape Premier Sale a chuté pour la deuxième année consécutive. La vente boutique du galop sud-africain, qui se déroule en pleine ville, près du célèbre Waterfront, la promenade du Cap, a généré 83,13 millions de rands (5,31 millions d’euros) pour 193 lots vendus. Le chiffre d’affaires a chuté de 25 % par rapport à 2018. Mais, si on compare avec 2017, la dernière année de l’époque Markus Jooste, la baisse est encore plus importante. Le marché, qui était monté à 155 millions, a perdu 72,9 millions de rands. La chute est moins sévère pour le prix moyen, qui se fixe à 432.995 rands (27.666 €). Le médian se stabilise à 300.000 rands (19.168 €). Un grand investisseur local comme Markus Jooste n’est pas facile à remplacer sur le haut de gamme. Les lots millionnaires en rands sont passés de 42 à 17 en deux ans. Les propriétaires locaux, ceux qui font le middle market, sont encore présents, mais avec leur budget, c’est-à-dire sans faire trop de folies.

Le top price pour une Captain Al. Le top price, une pouliche issue de la dernière saison du top-étalon sud-africain Captain Al (Al Mufti), a été adjugé pour 4 millions de rands (255.000 €) à un client d’Anthony Stroud. Nic Jonsson, un des propriétaires du favori du Sun Met Do It Again (Twice Over), est monté à 3,2 millions (204.000 €) pour une pouliche par Duke of Marmalade (Danehill). Amanda Skiffington, agissant pour le compte de Fiona Carmichael, a acheté quatre poulains pour plus de 3 millions de rands. Le courtier local Jehan Malherbe s’est assuré pour 2 millions de rands (127.000 €) une pouliche qui vaut son poids en or. Il s’agit d’une fille de Var (Forestry) et River Jetez (Jet Master). La mère avait joué un bien mauvais tour à son propre frère Pocket Power (Jet Master) en l’empêchant de remporter pour la quatrième fois le Sun Met.