Un vainqueur de Derby aux enchères

Institution / Ventes / 25.01.2019

Un vainqueur de Derby aux enchères

C’est un véritable peloton de champions qui sera proposé aux enchères le 22 février prochain par Beaussant Lefèvre à Drouot. Collectionnés avec passion, ces quatorze bronzes représentant tous des pur-sang et leurs jockeys sont l’œuvre de grands sculpteurs animaliers de la seconde moitié du XIXe siècle tels qu’Emmanuel Frémiet, Isidore Bonheur, Pierre-Jules Mène et Alfred Barye. Le cheval est l’animal dont la représentation est la plus ancienne dans l’histoire de l’art. Les premières œuvres apparaissent dès 37.000 ans avant Jésus-Christ, dans les grottes italiennes des Balzi Rossi. Au fil des siècles, il apparaît sur tous les types de supports, le plus souvent au milieu de batailles, dans des œuvres individuelles, comme monture de personnes importantes, ou attelé à des véhicules hippomobiles. L’art grec témoigne d’une véritable recherche anatomique, tandis que le Moyen Âge lui laisse peu de place. La Renaissance, en particulier italienne, est l’apogée de la statue équestre, devenue un genre à part entière. Le XIXe siècle voit une importante production artistique et le développement des sujets hippiques avec l’engouement, aussi bien en Angleterre qu’en France, pour les courses.

La collection que nous présentons lors de cette vente témoigne de cette fascination pour le cheval de course plus particulièrement : toutes les attitudes de l’animal sont croquées, que ce soit avant, pendant ou après la course.

Gladiateur, le grand champion. Dans cette vente sera proposée une œuvre représentant l’un des chevaux les plus célèbres de l’histoire des courses françaises. Il s’agit d’un bronze d’Alfred Barye dit « le Fils », qui représente le grand champion Gladiateur (Monarque), vainqueur du Derby d’Epsom et du Grand Prix de Paris en 1865.

Né au haras de Dangu dans l’Eure en 1862, Gladiateur fut entraîné d’abord en France, près de Compiègne, puis envoyé à Newmarket chez l’entraîneur Tom Jennings. Il débute à l’automne de ses 2ans, mais sans vraiment briller, ne s’imposant qu’une fois en trois sorties. C’est à 3ans qu’il s’affirme comme le meilleur poulain de sa génération. Il remporte les 2.000 Guinées, puis devient le premier cheval étranger à s’adjuger le Derby d’Epsom.

De retour en France, où il jouit d’une grande popularité due à sa victoire outre-Manche, Gladiateur est surnommé « le vengeur de Waterloo ». Il remporte le Grand Prix de Paris, créé deux années plus tôt, devant une foule enthousiaste de 150.000 personnes.

Il traverse à nouveau la Manche pour disputer le St. Leger à Doncaster, où sa victoire lui permet de ravir la Triple Couronne britannique, puis continue ses allers et retours par une victoire dans le Grand Prix du Prince Impérial (le futur Prix Royal Oak).

Gladiateur poursuit sa carrière à 4ans, s’affirmant de plus en plus dominateur. Il remporte ainsi le Grand Prix de l’Empereur – devenu de nos jours le Prix Gladiateur, un Gr3 – ou encore l’Ascot Gold Cup. Il termine sa carrière à la fin de son année de 4ans, après 16 victoires en 19 courses.

Pour découvrir l’ensemble des œuvres présentées à cette vente du 22 février, cliquer ici

http://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/BEAUSSANT-LEFeVRE.pdf

La vente aura lieu le vendredi 22 février à Drouot Richelieu. Expositions publiques : jeudi 21 février de 11 h à 21 h et vendredi 22 février de 11 h à 12 h.